dans

Rian Hughes livre une saga de science-fiction moderniste aux proportions épiques dans son premier roman, «  XX  »

L’auteur Rian Hughes repousse les limites des romans de science-fiction modernes avec son premier album « XX » (The Overlook Press, 2020).

S’enfouissant profondément dans le langage de base de la conception graphique et comment il peut être utilisé pour manipuler des idées et communiquer, «XX» de Hughes est une pièce étonnante de science-fiction sérieuse qui vous laissera ébranlé longtemps après la dernière page.

Hughes est un designer et artiste de bandes dessinées primé dont l’art et les mots ont été présentés dans des œuvres de 2000 après JC, DC Comics et Marvel Comics. Ici, dans son premier roman expérimental, il applique une multitude de techniques typographiques pour dérouler un conte de premier contact provocateur, incorporant des transcriptions de la NASA, des articles de journaux et de magazines, des pages Wikipédia fictives, des publications Twitter et des alphabets non déchiffrés.

En relation: Les meilleurs livres de science-fiction

Image 1 sur 8

XX

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)
Image 2 sur 8

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)
Image 3 sur 8

XX

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)
Image 4 sur 8

XX

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)
Image 5 sur 8

XX

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)
Image 6 sur 8

XX

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)
Image 7 sur 8

XX

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)
Image 8 sur 8

XX

(Crédit d’image: Rian Hughes / Abrams)

Voici le synopsis officiel:

«À l’observatoire de la Jodrell Bank, un étrange signal d’origine extraterrestre a été détecté. Jack Fenwick, expert en intelligence artificielle et sur le spectre, pense pouvoir le décoder. Mais lorsqu’il trouve un moyen d’entrer dans le royaume extraterrestre que le signal code, il découvre qu’il est déjà occupé – par des entités fantomatiques qui peuvent provenir de notre propre passé. « XX » présente une vision convaincante de la place unique de l’humanité dans l’univers, et une représentation réaliste de ce qui pourrait se passer à la suite de la plus grande découverte scientifique humaine l’histoire. »

45secondes.fr s’est connecté avec Hughes pour apprendre comment ce projet de déconstruction est né, comment il s’est inspiré de son amour des bandes dessinées et des romans graphiques, des films et des livres de science-fiction influents qui ont stimulé ce roman moderniste et ce qu’il espère que les lecteurs s’imprègnent son épopée de 1000 pages.

45secondes.fr: D’où est venue la graine de ce projet ambitieux et combien de temps a-t-il fallu pour terminer?

Rian Hughes: La graine a été plantée il y a environ 25 ans – l’idée que le langage plus large de la conception graphique pourrait être utilisé pour raconter une histoire. Pourquoi définir chaque roman dans une police, une taille de point, partout? Où est le plaisir là-dedans? Au total, il m’a fallu environ 3-4 ans pour écrire et concevoir, bien qu’il y ait eu de grandes hiatus où je travaillais sur d’autres projets.

Alors que je réalisais que j’approchais de la fin, j’ai mis de côté un bloc de temps solide pour le terminer et le modifier – il a parcouru plus de quatorze brouillons, chacun maquillé à l’aide de l’impression à la demande, il ressemblait donc à un vrai livre relié, comme l’objet fini. C’est ce que mon agent a envoyé. Je ne pense pas que cela aurait été aussi convaincant qu’un manuscrit dactylographié traditionnel.

45secondes.fr: Comment êtes-vous arrivé au format expérimental et quels livres vous ont inspiré à adopter cette approche?

Hughes: Il y a une histoire de la conception de caractères expérimentale et expressive qui remonte aux futuristes, aux constructivistes, aux lettristes, à la poésie concrète – dont certaines sont référencées dans «XX». J’ai apprécié « House of Leaves », et plus récemment « S » de Doug Dorst et JJ Abram, par exemple. De plus en plus d’auteurs jouent avec le formulaire de manière intéressante.

45secondes.fr: Pouvez-vous nous emmener dans un aperçu rapide de l’intrigue et de ses thèmes dominants?

Hughes: OK, voyons voir – nous avons un possible vaisseau extraterrestre qui s’est écrasé de l’autre côté de la Lune, et un astronaute solitaire qui va enquêter. Nous avons un mystérieux Signal de l’Espace qui résiste à tous les efforts pour le déchiffrer, et qui peut en quelque sorte être connecté.

Nous avons des entités mémétiques de notre propre passé qui semblent avoir été conçues pour une telle éventualité, une sorte de réponse immunitaire culturelle. Et nous avons un roman-dans-le-roman, « Ascension » par Herchel Teague, un auteur oublié des années 60 et un gourou de la contre-culture, dont l’histoire est parallèle à l’actualité. Tout cela est raconté dans une variété de styles typographiques, des rapports expurgés, des échanges de courriels, des coupures de journaux, des collages Dada, des dépliants Punk et autres.

D’un côté c’est un thriller, de l’autre une discussion philosophique sur la conscience, le langage, le sens et l’avenir ultime de l’organisme humain.

45secondes.fr: Sur quels mouvements artistiques vous êtes-vous inspiré pour « XX »?

Hughes: Beaucoup – le Bauhaus, la conception de magazines du milieu du siècle, les futuristes susmentionnés, mais aussi de nombreux mouvements modernes du XXe siècle, le domaine naturel de «XX». Je me suis ensuite replongé dans les larges côtés du 19e siècle et leur profusion d’essences de bois, et je les ai renvoyés vers des formes de communication contemporaines telles que Twitter et les podcasts. S’il était expressif, je l’ai mis en service.

45secondes.fr: Comment avez-vous espéré explorer le potentiel du design pour amplifier le sens des œuvres littéraires?

Hughes: Le «ton de la voix» d’un texte est intimement lié à la police dans laquelle il est placé. La plupart des livres essaient de quelque chose d’aussi neutre que possible, sous l’hypothèse que le parieur souhaite que l’expérience de lecture soit aussi transparente que possible. Mais pourquoi ne pas utiliser différentes polices pour différents caractères? Différentes tailles de point pour suggérer du volume? Différentes dispositions pour suggérer un mouvement cinétique, pour contrôler le rythme et l’œil? Tant de choses n’ont pas été essayées auparavant à cet égard, et le potentiel expressif de la conception narrative, du «roman, graphique», n’a pas encore été exploré en détail.

45secondes.fr: Quels sont certains de vos souvenirs formatifs du cinéma, de la télévision ou des jeux vidéo non linéaires?

Hughes: Bien qu’ils n’aient pas d’impact sur le livre, je me souviens de ces livres «Choisissez votre propre aventure», ou des captures d’écran multiples de l’original «Thomas Crown Affair». Ou la façon dont « Monty Python » gâcherait le format d’une émission de comédie télévisée ou d’un film – ils incluraient des publicités, des sous-titres, un élément secondaire qui envahit le film principal, ils déconstruisaient joyeusement la forme et la refaisaient pour leur propres fins. Dans «XX», j’étais déterminé que la typographie n’était pas simplement un gadget, mais une partie intégrante de l’histoire que je racontais.

45secondes.fr: De quelle manière votre expérience en graphisme et en bandes dessinées vous a-t-elle aidé à former le modèle de votre nouveau roman?

Hughes: Les bandes dessinées sont des mots et des images, disposés pour former un récit. Si l’illustration est 2D, la bande dessinée est 3D, la troisième dimension ici n’étant pas celle de l’espace, mais celle du temps. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas de frontières nettes et rapides entre ces disciplines – design, illustration, bande dessinée, typographie – et qu’un récit peut utiliser toutes les combinaisons de ces outils. C’est un vaste domaine. L’art est un continuum, pas une série de formes discrètes.

45secondes.fr: Où voyez-vous la technologie de l’IA s’intégrer dans la société au cours de la prochaine décennie?

Hughes: Je pense que la connexion entre nous et le flux d’idées mémétiques partagé à l’échelle de l’espèce que nous appelons «culture» ne fera que devenir plus intime. Aujourd’hui, nous devons utiliser nos sens à l’ancienne pour communiquer – nous devons parler, écouter, taper, lire. C’est un problème d’entrée / sortie – pour moi, prendre ce que j’ai dans la tête et le mettre dans votre tête avec une fidélité raisonnable demande du travail.

D’une certaine manière, c’est un problème de conversion de format – les idées doivent être transformées en mots ou en discours, et inversement. S’il y avait un moyen plus direct de faire cela, une sorte de télépathie sémiotique, notre bande passante de communication serait beaucoup plus grande – même si j’imagine qu’il y aurait toutes sortes d’inconvénients à cela, comme c’est le cas aujourd’hui avec les médias sociaux.

45secondes.fr: Comment avez-vous été attiré pour la première fois par la littérature ou les films de science-fiction et comment ont-ils façonné vos perceptions de l’humanité?

Hughes: Je me souviens avoir lu les histoires sur le passage à l’âge adulte d’André Norton, et plus tard la dure SF d’Arthur C. Clarke. Ces deux éléments étaient des influences sur «XX». Clarke, en particulier, a évoqué ce sentiment de crainte expansif, cette ouverture de la scène de l’humanité à l’univers plus large. Comment nous gérons cela, et comment cela nous change, sont explorés dans le roman.

45secondes.fr: En recherchant «XX», quels faits surprenants / choquants avez-vous découverts en lisant d’anciens rapports et briefings de la NASA?

Hughes: À part trouver la preuve qu’il y a vraiment des extraterrestres dans la zone 51? Que les scientifiques de haut niveau sont des êtres humains, tout comme le reste d’entre nous, et posent bon nombre des mêmes questions, au premier rang desquelles « que signifie réellement cette nouvelle découverte? »

45secondes.fr: Comment votre expérience de travail sur ce travail de déconstruction a-t-elle changé et vous a-t-elle préparé à la pandémie mondiale à laquelle nous sommes confrontés?

Hughes: On a parfois l’impression de vivre un roman de SF dystopique, n’est-ce pas? Je pense que la vie de l’écrivain ou du designer est un peu solitaire, juste vous et votre travail, donc à certains égards, la vie a continué comme avant. Mais je suis sûr qu’être mariné en SF dès le plus jeune âge signifie que nous avons une résilience intrinsèque à tout ce que l’avenir peut nous apporter – nous avons été à l’épreuve du futur.

«XX» de Rian Hughes est disponible dès maintenant auprès de The Overlook Press.

Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom et sur Facebook.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • La science-fiction et son contraire. Révélations et découvertes de Claude Fourny - Guillaume Moingeon - Livre
    Occasion - Bon Etat - Panthéon GF - Grand Format - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Une histoire de la science-fiction Tome I : Les premiers maîtres (1901-1937) - Jacques Sadoul - Livre
    Occasion - Etat Correct - Livre de bibliothèque, tampons présents - Librio - Poche - Structure Coopérative d'insertion à but non lucratif.
  • Mon premier lit junior graphite 70x140 - 70 cm x 140 cm - H62 cm L142.5 cm l75 cm
    Le lit idéal pour accompagner votre enfant dans la prise de l’indépendance. La transition du lit bébé vers le lit enfant qui se fait en douceur grâce aux barrières des deux côtés qui sécurisent votre enfant lors de son sommeil. Et puis, avec le temps vous pouvez enlever les barrières pour faire dormir votre enfant « comme les grands ».