lundi, mai 27, 2024
AccueilActualitéScienceGaucher, gauchère les scientifiques tiennent peut-être l'explication de cette gaucherie

Gaucher, gauchère les scientifiques tiennent peut-être l’explication de cette gaucherie

L’étrangeté et la beauté de la nature humaine résident souvent dans ses mystères les plus profonds, et parmi eux, la question de la latéralité – pourquoi certaines personnes sont-elles gauchères tandis que d’autres sont droitières ?

Longtemps sujet à controverses et à diverses théories, ce phénomène semble enfin trouver un début d’explication grâce à la science moderne et à une récente découverte génétique.

Lire aussi :

À la Recherche du Gène de la Gaucherie

Des neuroscientifiques de l’Institut Max-Planck de psycholinguistique à Nimègue, Pays-Bas, ont peut-être percé une partie du voile entourant le mystère de la latéralité. Leur travail, exposé dans la revue scientifique Nature Communications, se penche sur une variation génétique spécifique qui pourrait être à l’origine de la préférence manuelle d’une personne.

La Découverte du TUBB4B

L’équipe de recherche a exploré les données génomiques de la UK Biobank, qui inclut les profils génétiques de plus de 330 000 individus, à la fois gauchers et droitiers. Leur analyse a mis en lumière un gène particulier, nommé TUBB4B, associé à une variation très rare. Ce gène produit une protéine, la tubuline, qui joue un rôle clé dans la construction des microtubules, des composants essentiels au développement cellulaire.

Comprendre l’Impact des Microtubules

Les microtubules, en formant un réseau complexe à l’intérieur des cellules, contribuent à déterminer leur forme et leur mouvement. La variation du gène TUBB4B affecterait la composition de la tubuline, modifiant ainsi l’assemblage des microtubules. Cette altération pourrait influencer l’organisation cellulaire de manière à favoriser une prédominance de l’usage de la main gauche chez certains individus.

Une Corrélation, Pas Une Causalité

Bien que cette découverte soit révolutionnaire, elle ne clôt pas définitivement le débat. Tous les gauchers n’ont pas cette variation du gène TUBB4B, bien qu’ils aient statistiquement plus de chances de la posséder que les droitiers. Cela suggère que d’autres facteurs génétiques ou environnementaux pourraient également influencer la latéralité.

Au-delà de la Gaucherie

Cette recherche s’inscrit dans un champ d’étude bien plus vaste, celui de l’asymétrie cérébrale et de son influence sur les capacités linguistiques, cognitives, et même sur certaines conditions médicales. La latéralité n’est donc qu’une pièce du puzzle complexe de la neurologie humaine.

Perspectives Futures

Malgré cette avancée significative, le chemin vers une compréhension complète de la latéralité est encore long. Les chercheurs espèrent que de futures études permettront d’élargir notre connaissance des mécanismes génétiques et cellulaires influençant non seulement la préférence manuelle mais également d’autres aspects de l’asymétrie humaine.

Cet article explore la découverte d’une variation génétique associée à la gaucherie, identifiée par des chercheurs néerlandais. Bien qu’elle ouvre de nouvelles voies de recherche sur la latéralité et l’asymétrie cérébrale, cette avancée ne résout pas entièrement le mystère. Elle révèle cependant l’impact potentiel de notre code génétique sur des traits aussi fondamentaux que la préférence manuelle, invitant à une réflexion plus large sur les intrications entre génétique et comportement humain.

Top Infos

Coups de cœur