dans

La mission Hope des Émirats arabes unis sur Mars en photos

Image 1 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

La première mission interplanétaire des EAU

La mission Hope des Émirats arabes unis, qui doit arriver sur Mars le 9 février 2021, procédera à un examen détaillé de l’atmosphère martienne.

Également connu sous le nom de mission Emirates Mars, Hope est un orbiteur conçu pour passer une année martienne (deux années terrestres) à observer l’atmosphère de la planète rouge, étudiant comment elle s’est érodée au fil du temps jusqu’à ce que Mars ne soit plus en mesure d’héberger de l’eau liquide à la surface.

Cliquez sur cette galerie 45secondes.fr pour découvrir pourquoi le pays arabe s’est engagé dans une mission aussi audacieuse et ce que cela signifiera pour les communautés scientifiques, d’ingénierie et d’éducation du pays.

Image 2 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

Fierté de l’ingénierie

On voit ici des techniciens travaillant sur la mission Hope au centre spatial Mohammed Bin Rashid à Dubaï.

Aller sur Mars visait à stimuler l’industrie technologique du pays vers de grands sommets, et aussi à créer une communauté scientifique planétaire dans une région où il n’y en avait pratiquement pas avant la mission.

C’est la première fois qu’un pays arabe tente une mission sur la planète rouge, et le développement s’est produit rapidement lorsque les dirigeants des Émirats arabes unis ont envisagé pour la première fois un orbiteur sur Mars en 2014.

Image 3 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

En regardant le bus de l’engin spatial

Les EAU ont décidé de développer leurs propres technologies de construction d’engins spatiaux – telles que la construction du «bus» de Hope, ou principal composant structurel vu sur cette image – pour diversifier les industries du pays.

Le pays est en grande partie bâti sur les revenus pétroliers et cherche à créer d’autres flux de revenus en plus de celui-ci, et il espère que la mission sur Mars aidera à stimuler le développement technologique dans d’autres secteurs, tels que l’électronique.

Image 4 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

La touche finale

L’orbiteur Hope Mars, presque complet, subit des contrôles lors des derniers préparatifs de lancement le 6 juin 2020.

L’équipe a fait appel à des partenaires internationaux pour aider à préparer efficacement le vaisseau spatial, y compris l’Université du Colorado au laboratoire de Boulder pour la physique atmosphérique et spatiale.

Le partenariat a bénéficié de l’expertise de l’université sur la mission Mars Atmosphere and Volatile Evolution (MAVEN), qui étudie également l’atmosphère martienne avec différentes questions scientifiques.

Image 5 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

L’espoir est prêt!

Certains ingénieurs d’engins spatiaux posent devant l’orbiteur Hope le 18 février 2020. Les EAU ont construit le vaisseau spatial au pays, tout en demandant une expertise internationale pour atteindre leur objectif de réaliser de nouvelles sciences sur Mars avec leur toute première mission.

Le personnel s’est rapidement intégré dans la communauté internationale des scientifiques de Mars pour se mettre au courant des dernières avancées scientifiques et pour choisir les aspects de la planète qui méritaient le plus d’être étudiés.

Image 6 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

La fusée

Hope montera en orbite une fusée japonaise H-2A, décollant du centre spatial de Tanegashima au Japon.

Ce booster a déjà envoyé en l’air au moins une mission interplanétaire – le vaisseau spatial japonais Akatsuki, qui a étudié la planète Vénus. Parmi les autres missions importantes lancées sur ce type de fusée, citons Selene (alias Kaguya) qui a étudié la lune, le vaisseau spatial Ikaros à voile solaire et la mission Hayabusa 2 qui a renvoyé un échantillon de l’astéroïde Ryugu à la fin de 2020.

Image 7 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

Croisière vers Mars

L’illustration de cet artiste montre l’orbiteur Hope faisant son chemin dans l’espace au-dessus de la fusée H-2A.

Le satellite a une masse totale, avec carburant, de 3 300 livres. (1 500 kilogrammes), selon la NASA, et a à peu près la taille et le poids d’une petite voiture.

Le vaisseau spatial devrait durer au moins deux années terrestres sur l’orbite de Mars, mais sa mission peut être prolongée jusqu’en 2025 si le vaisseau spatial reste en bonne santé et si un financement est disponible pour l’extension de la mission.

Image 8 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

Manœuvres compliquées dans l’espace

Cette illustration montre en détail toutes les étapes de la mission nécessaires pour mettre Hope en orbite autour de Mars.

Peu de temps après son lancement, il déplie ses panneaux solaires pour recharger ses batteries pour le voyage vers Mars. Alors que Hope s’approchait de la planète rouge, il utilisa ses suiveurs d’étoiles pour naviguer et entrer sur l’orbite correcte.

L’orbite finale sera un chemin légèrement elliptique de 55 heures autour de Mars qui mesure environ 12500 sur 26700 miles (20000 sur 43000 kilomètres). À son plus large, l’orbite de Hope sera 10 fois le diamètre de Mars.

Image 9 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

Instruments martiens

Il y a trois instruments principaux sur l’orbiteur Hope:

La Spectromètre infrarouge Emirates Mars (EMIRS) examinera la poussière, les nuages ​​de glace, la vapeur d’eau et le profil de température de l’atmosphère martienne.

La Imageur d’exploration Emirates (EXI) imagera l’atmosphère martienne pour rechercher la poussière, la glace d’eau et l’abondance d’ozone.

La Spectromètre ultraviolet Emirates Mars (EMUS) est un spectromètre qui examinera les changements dans l’atmosphère et les émissions d’hydrogène, d’oxygène et de monoxyde de carbone, entre autres.

Image 10 sur 13

(Crédit d’image: MBRSC)

Gros plan EMIRS

Il s’agit d’un gros plan du spectromètre infrarouge Emirates Mars (EMIRS).

En collaboration avec l’Arizona State University, le centre spatial Mohammed bin Rashid de Dubaï a conçu EMIRS pour mesurer la poussière, les nuages ​​de glace, la vapeur d’eau et le profil de température de l’atmosphère martienne. Ces observations viendront s’ajouter aux travaux d’autres missions sur la planète rouge et conduiront à une meilleure compréhension des atmosphères planétaires de manière plus générale.

Image 11 sur 13

Lancement d'espoir

(Crédit d’image: MBRSC)

Hope, à bord d’une fusée japonaise H-IIA, lancée avec succès le 19 juillet 2020 depuis le centre spatial de Tanegashima au Japon. Il s’agissait d’un lancement historique pour les Émirats arabes unis, car il s’agit de leur premier lancement de mission sur Mars.

Les foules, les techniciens de lancement et la présence officielle étaient strictement limités en raison de la pandémie de coronavirus en cours, tout le monde portant des masques pour minimiser le risque de transmission.

Outre les nouvelles précautions mises en œuvre pour contenir la pandémie, le lancement s’est déroulé comme prévu et le vaisseau spatial a commencé avec succès son voyage de sept mois vers Mars.

Image 12 sur 13

Lancement d'espoir

(Crédit d’image: MBRSC)

Des responsables masqués applaudissent le lancement réussi de la mission Hope des Émirats arabes unis le 19 juillet 2020. Les masques étaient nécessaires pour contenir la propagation de la nouvelle pandémie de coronavirus, qui constituait une menace mondiale en mars lors des dernières phases de planification du lancement. Le lancement, avec de nouvelles précautions mises en place pour contenir la propagation, a été un succès.

Image 13 sur 13

Image de l'espoir de Mars

(Crédit d’image: MBRSC)

Il s’agit d’une image de Mars prise par le star tracker lors de la mission Hope des Émirats arabes unis en août 2020 et partagée dans le monde entier sur les réseaux sociaux. Comme la sonde était encore loin de la planète avant son arrivée prévue en février 2021, Mars est apparu comme un minuscule point.

« La sonde Hope fait officiellement 100 millions de km [60 million miles] dans son voyage vers la planète rouge », Mohammed bin Rashid Al Maktoum, premier ministre des Émirats écrit sur Twitter le 24 août 2020. « Mars, comme le montre l’image capturée par le suiveur d’étoiles de la sonde, est devant nous, laissant Saturne et Jupiter derrière. »

L’image a été partagée quelques jours après que la mission ait cloué sa première manœuvre majeure en route vers la planète rouge, réalisant en toute sécurité une correction à mi-parcours.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Alternatives Economiques - Abonnement 12 mois
    Alternatives Economiques, c'est l'abonnement magazine économie qui permet d'appréhender un autre regard sur l'économie et la société.Alternatives Economiques NOUVELLE FORMULE en mars 2019 :Une mise en page plus nerveuse, moins dense, avec davantage de photos et d’illustrations.Un magazine beaucoup plus
A lire :  L'automatisation pour favoriser la continuité des activités, l'efficacité et la valeur ajoutée des ressources humaines