dans

«  Zack Snyder’s Justice League  »: l’épopée de super-héros de DC bat le drapeau de l’excès, et c’est son principal problème

La version de Zack Snyder de «  Justice League  » dure quatre heures, un excès super-héroïque avec lequel, Soyons honnêtes, peu importe si nous sommes des partisans de la vision sombre et formidable des héros DC du réalisateur. Ou que l’on préfère la vision plus insouciante du genre dans le style Marvel, ou même celle de films DC plus colorés comme «Aquaman» ou «Shazam». Ou même un point intermédiaire très courant: la vision de Snyder de Batman et Superman peut sembler inélégante, mais en même temps, il est clair que le réalisateur est capable d’évoquer des images d’une épopée considérable.

Quelle que soit l’opinion de chaque spectateur face à la vision définitive de Snyder, la vérité est que Il faut lui reconnaître une mégalomanie sans limites et une confiance dans sa vision hors de tout doute. La valeur du résultat est laissée à chaque spectateur pour juger, mais force est de constater que l’on ne voit pas chaque jour une production de cette taille et de cette ambition (heureusement). La question qui reste à résoudre est la suivante: cela en valait-il la peine?

Sans aucun doute, pour les fans du style Snyder, la réponse est oui. Tous les tics de l’auteur, absolument sans aucune restriction, sont ici. C’est-à-dire des couleurs ocres dans la photographie, indigestes collantes (des chansons sur la bande originale à l’esthétique horrible de personnages comme Steppenwolf, Cyborg ou Flash), beaucoup de ralenti, des postures comme des pages d’éclaboussures, une absence totale d’ironie , une vision des héros et des méchants sans ambiguïté et sans place pour la miséricorde ou le pardon (la base de sa vision à juste titre controversée de Superman) …

Pour le meilleur, pour le pire et pour cet espace gris dans lequel se trouvent des films innommables comme ses «Watchmen», cette «Justice League» est à cent pour cent Snyder. Oui De ce point de vue, les tweeters qui se battent pour l’apparition de ce montage depuis des mois ont leur récompense. Cette fois, Snyder n’a eu personne par-dessus son épaule lui disant «peut-être que ça devrait être coupé» ou «cette chose est redondante».

A lire :  Spotify continue de garantir d'excellentes exclusivités, maintenant un podcast avec… Harry et Meghan?

Le problème survient lorsque cette vision de l’auteur consiste, directement, à fabriquer un camion à benne basculante avec tout le matériel filmé. Et accessoirement perdre la perspective que mettre un film sur ses pieds élimine également l’excès de matière filmée, choisissez ce qu’il faut introduire ou non dans l’assemblage final pour éviter les redondances. Et de ce dernier, ‘Justice League’ est bien servi, avec des séquences qui ne sont que des personnages marchant tranquillement ou ayant des dialogues qui auraient dû tomber dans la salle de montage en raison de leur manque d’intérêt. Le chapitre 5, où la résurrection de Superman est mise en place, ou l’épilogue d’une demi-heure involontairement hilarant sont strictement cela: du remplissage et plus de remplissage.

L’excès comme discours

Il est inévitable de comparer la version de Joss Whedon de «Justice League» avec celle de Zack Snyder. Comme nous savons, le premier est simplement une version très réduite du second, avec quelques reshoots et quelques changements clés: Darkseid disparaît complètement, une partie de l’arrière-plan de personnages comme Flash ou Cyborg est supprimée et en général, le ton et le style de la version sortie en salles sont plus colorés et insouciants que dans cette nouvelle coupe finale.

Mais essentiellement, c’est le même film. Quatre-vingt pour cent (ou plus) de la version de Whedon était du matériel déjà tourné par Snyder. La seule chose que fait la nouvelle version est d’allonger les séquences que Whedon avait déjà organisées dans un film qui respectait largement la version originale de Snyder. Dans certains cas, l’étirement est pour le mieux (le match final avec Steppenwolf est décidément bien supérieur dans la version Snyder), dans d’autres pas tellement (toute la partie d’Atlantis a besoin de ses bons ciseaux, et les scènes solo de Flash et Cyborg ne seraient pas mauvaises … si elles duraient moins).

A lire :  Daimler s'associe à Amazon pour l'aider à tester les camions autonomes de niveau 4

Au final, ce n’est pas tant une question d’excès de matière: quatre heures sont parfaites pour raconter une histoire comme celle-ci, avec de nombreux personnages mais qui, au fond, est relativement simple. Mais on ne comprend pas pourquoi une bonne mini-série de quatre épisodes forts n’a pas été réalisée. La raison est la même raison pour laquelle le film de quatre heures ne fonctionne que parfois: le rythme.

Capture d'écran 2021 03 15 To S 17 02 33

Peu importe ce que Snyder porte, sa version originale de «  Justice League  » Ce n’était pas pour un film de quatre heures: c’était pour un film de deux heures et demie, comme il le fait habituellement.. Il a tourné des images pour quatre parce que, eh bien … c’est comme ça que les films sont faits. Mais ce qu’il lui a donné avec sa coupe de réalisateur, ce sont des hauts et des bas de rythme absurdes: l’intrigue s’arrête aux moments les plus inappropriés (la résurrection de Superman est bonne pour un peu plus d’explications, mais pas quinze minutes de regards et de paysages en plein paroxysme). Ou des distorsions d’intrigue assez courantes qui ne vont nulle part (le flashback de football de Cyborg est presque «  Land As You Can  » de «  Justice League  »).

Tous ces éléments sont défendables et améliorent sur le papier ce que Whedon a proposé. Il est clair que l’apogée fonctionne mieux car Snyder l’a laissé qu’avec la bêtise de voiture et de fille. Les explications supplémentaires sur la Mother Box terrestre et comment elle atteint Cyborg donnent cohérence et vraisemblance à l’ensemble. Les relations entre les membres de la Justice League sont désormais un peu plus naturelles et des amitiés et des rivalités se nouent. Mais le rythme est complètement sacrifié: ce n’est tout simplement pas un film de quatre heures, mais un film très lent de deux heures.

A lire :  La vidéo teaser exclusive de PlayStation 5 Returnal est sortie avant le lancement le 19 mars

Le résultat n’est pas un désastre, mais il est plus proche de la solution sans conséquence ou du produit pour les fans que d’une véritable révolution du genre, comme on l’a dit (évidemment, on l’a dit avant de le voir). Il est plus proche de ces horribles «Le Hobbit» de Peter Jackson qui ne comprenaient même pas à distance où résidait la magie succincte du livre original, que d’un virage radical vers le cinéma de super-héros. Dommage car Marvel et DC ont besoin d’une répulsion le plus tôt possibleMais la solution n’est pas de se gaver des arguments stéroïdiens.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Sloggi Slip "Le Super-Héros" - lot de 2 - Noir - Taille : S - Blancheporte
    S - Une coupe exclusive spécial embonpoint, avec une matière ultra confortable et une ceinture sans élastique... Slip ""Le Super-Héros", la bonne idée Sloggi® ! - Couleur noir - Taille 79/84 - COMPOSITION • Maille jersey 95% coton issu de l'agriculture biologique, 5% élasthanne Lycra® DETAILS • Confort stretch
  • Sloggi Slip "Le Super-Héros" - lot de 2 - Gris - Taille : S - Blancheporte
    S - Une coupe exclusive spécial embonpoint, avec une matière ultra confortable et une ceinture sans élastique... Slip ""Le Super-Héros", la bonne idée Sloggi® ! - Couleur gris - Taille 79/84 - COMPOSITION • Maille jersey 95% coton issu de l'agriculture biologique, 5% élasthanne Lycra® DETAILS • Confort stretch
  • Sloggi Slip "Le Super-Héros" - lot de 2 - Bleu - Taille : S - Blancheporte
    S - Une coupe exclusive spécial embonpoint, avec une matière ultra confortable et une ceinture sans élastique... Slip ""Le Super-Héros", la bonne idée Sloggi® ! - Couleur bleu - Taille 79/84 - COMPOSITION • Maille jersey 95% coton issu de l'agriculture biologique, 5% élasthanne Lycra® DETAILS • Confort stretch