in

La Tunisie lance son premier satellite Challenge-1 à bord de la fusée russe Soyouz

La Tunisie a célébré lundi le lancement de son premier satellite de fabrication nationale, espérant que cela inspirerait les jeunes ingénieurs à atteindre les étoiles chez eux plutôt que de rejoindre ceux qui émigrent à l’étranger. Le Challenge-1, construit par une équipe du géant des télécommunications TelNet, a décollé avec 37 autres satellites à bord d’une fusée russe Soyouz depuis le cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan lundi. Cela a fait de la Tunisie le sixième pays africain à fabriquer son propre satellite et à le voir atteindre l’espace.

  La Tunisie lance son premier satellite Challenge-1 à bord de la fusée russe Soyouz

Fusée russe Soyouz au cosmodrome de Baïkonour au Kazakhstan. Crédit d’image: Twitter @roscosmos

«C’est une fierté d’avoir participé à ce projet», a déclaré Khalil Chiha, 27 ans, qui a suivi une formation à l’École nationale d’ingénieurs de Tunisie dans la ville centrale de Sfax. « Travailler dans le secteur aéronautique ou aérospatial est un rêve. »

La Tunisie avait été frappée par une crise économique et une montée en flèche du chômage avant même la pandémie de coronavirus, et ces derniers mois ont vu des manifestations anti-gouvernementales croissantes. Plusieurs milliers d’ingénieurs partent chaque année chercher du travail à l’étranger.

De nombreux ingénieurs du Challenge-1 ont été formés en Tunisie et ont entre 25 et 30 ans.

Les responsables espèrent que le succès montrera aux jeunes qu’il y a un avenir pour eux dans la nation nord-africaine.

Le Challenge-1 est conçu pour collecter des données, notamment des lectures de température, de pollution et d’humidité dans des zones sans couverture Internet, dans le cadre des efforts visant à collecter ces informations dans des zones situées au-delà des réseaux téléphoniques terrestres.

« Nous sommes très émus, après trois ans de travail intense », a déclaré l’ingénieur Haifa Triki, 28 ans, qui a suivi le vol en direct de Tunis. « Nous avons fait beaucoup de sacrifices, mais cela en valait la peine ».

Le rêve devient réalité

Le président Kais Saied, a rejoint des ingénieurs et des journalistes pour regarder le lancement en direct à l’écran au siège de TelNet à Tunis.

« Notre vraie richesse, ce sont les jeunes qui peuvent faire face à des obstacles », a déclaré Saied, soulignant que la Tunisie ne manque pas de ressources mais de « volonté nationale » au milieu de ses terribles crises sociales et politiques.

« Nous sommes fiers de notre jeunesse », a-t-il déclaré.

L’équipe du Challenge-1 était soutenue par des ingénieurs tunisiens expatriés, dont l’un a participé à la mission Mars Perseverance de la NASA.

« C’est vraiment un rêve devenu réalité », a déclaré Anis Youssef, chef de projet TelNet. AFP, avant le lancement.

Alors que l’industrie aérospatiale est en plein développement dans le monde arabe et que 11 pays ont lancé des satellites à travers l’Afrique, fabriquer un satellite artisanal est une tâche plus difficile.

« Le club de ceux qui les fabriquent est assez fermé », a déclaré l’ingénieur aérospatial tunisien Ahmed El Fadhel, basé en Belgique et président de l’Association Tunisienne de l’Espace, un collectif de scientifiques, d’experts et d’étudiants intéressés par les technologies spatiales.

TelNet a l’intention de lancer d’ici trois ans, en partenariat avec d’autres pays africains, un réseau de plus de 20 satellites.

«Cela ouvre la voie à l’ouverture d’un service innovant pour la région dans un domaine en pleine expansion», a déclaré le PDG de TelNet, Mohamed Frikha.

Au-delà du progrès technologique, il marque « l’ouverture de perspectives d’emploi locales pour les ingénieurs tunisiens », a-t-il ajouté. « Des opportunités d’emploi existent en Tunisie. Le problème est de donner envie aux jeunes ingénieurs de rester. »

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂