in

Critique: Death Stranding Director’s Cut (PS5) – Le simulateur de marche de Kojima est le meilleur sur PS5

C’est un jeu qui a besoin de très peu d’introduction. En 2019, Hideo Kojima est revenu avec Death Stranding sur PlayStation 4, et ce nom à lui seul a rendu le jeu important. En l’occurrence, le jeu ne ressemblait à rien d’autre sorti à l’époque, évitant principalement les conflits violents au profit d’une quête pour rassembler les gens. Bien que nous n’allions pas passer en revue toutes les bases ici – lisez notre critique du jeu PS4 pour le maigre sur l’histoire et le gameplay – Death Stranding Director’s Cut prouve que, deux ans plus tard, la vision de Kojima reste tout à fait unique.

Cette version PS5 du jeu est la même expérience qu’avant, seulement maintenant il y en a plus. Vous contrôlez toujours Sam Porter Bridges alors qu’il voyage de la côte est à l’ouest d’une Amérique du Nord brisée, chargé d’amener des groupes isolés sur le réseau Chiral pour rétablir un semblant d’ordre. L’événement titulaire a transformé le paysage et mis au monde les BT fantasmagoriques et spectraux. L’objectif principal du gameplay est de livrer une cargaison de A à B, dans le but d’éviter la confrontation et de garder ces marchandises attachées au dos de Sam en parfait état. Tout cela est là, bien sûr, et cela reste une aventure étonnamment captivante. Certains des problèmes de l’original subsistent ; il est parfois trop difficile à jouer, les missions deviennent répétitives et l’interface utilisateur semble trop compliquée. À peine des dealbreakers, mais si vous n’avez pas apprécié l’excursion de Sam sur PS4, il est peu probable que cela change d’avis.

Director’s Cut n’apporte pas d’énormes changements au format, mais le nouvel équipement vous offre des options supplémentaires intéressantes lorsque vous vous promenez d’un endroit à l’autre. La catapulte cargo est exactement ce à quoi elle ressemble, vous permettant de la charger avec des trucs, puis de la tirer à travers l’environnement, la ramenant sur terre en ralentissant sa descente. Il s’agit d’un moyen amusant et utile d’effectuer des livraisons sur des zones particulièrement délicates ou sur des zones que vous savez grouiller d’ennemis potentiels. Le Maser Gun est un autre nouvel ajout et une arme extrêmement utile contre les MULEs, les faisant tomber rapidement (et non létalement) en un clin d’œil.

En parlant d’armes, un champ de tir est introduit très tôt, un nouvel emplacement qui vous permet de mieux vous familiariser avec les différentes armes à feu et outils à la disposition de Sam. Vous pouvez tirer librement sur des cibles ou participer à des exercices, qui ressemblent aux missions VR d’un certain autre jeu Kojima. C’est une façon amusante de rivaliser avec d’autres joueurs via les classements, même si nous imaginons que ce seront les nouveaux joueurs qui tireront le meilleur parti de cette zone.

Notre long métrage préféré – et sans aucun doute le plus idiot – dans Director’s Cut est l’hippodrome. Une fois que vous l’aurez construit via un nouveau terminal dans la région centrale du jeu, vous pourrez vous engager dans de nombreux contre-la-montre autour du Fragile Circuit. Avec divers itinéraires à maîtriser et des véhicules anciens et nouveaux à conduire, c’est un changement radical de rythme par rapport au reste du jeu, mais c’est une distraction bienvenue si vous voulez vous défouler après toutes ces livraisons. Montez sur un tricycle inversé, dérivez dans ces virages et établissez un temps de tueur. Comme pour les exercices de tir, vous pouvez également participer aux classements ici pour la suprématie de la course. C’est stupide, et tout à fait le changement de ton lorsque Sam franchit la ligne avec un sourire et un pouce levé, mais cela ne fait qu’ajouter au charme du jeu.

La prochaine étape est la Ruined Factory, un tout nouvel emplacement qui oblige Sam à adopter une approche furtive. Certaines transactions louches se déroulent dans cette installation, et se faufiler à l’intérieur et abattre des MULE sans sonner l’alarme oblige les joueurs à explorer ce côté de l’action, ce qui est génial. Il existe certainement suffisamment de mécanismes et d’outils que vous pouvez utiliser pour vous cacher, et c’est une autre pause rafraîchissante par rapport aux randonnées habituelles. Bien sûr, vous pouvez faire du bruit si vous en avez besoin, mais il s’agit clairement d’un retour en arrière de style MGS. Nous souhaitons qu’il y ait plus que quelques missions, mais c’est cool tant que ça dure.

Ce n’est pas seulement du contenu ajouté que Director’s Cut apporte à la table, cependant. Bien que toutes les nouvelles fonctionnalités susmentionnées soient excellentes et intelligemment intégrées à l’expérience globale, le travail a également été consacré aux visuels et aux performances du jeu, et cela fait vraiment la différence. Death Stranding était déjà l’un des titres les plus beaux de la PS4, mais sur PS5, ces environnements époustouflants, ces excellents modèles de personnages et ces effets visuels éthérés ont été peaufinés pour un éclat encore plus fin. Il a l’air assez impeccable. Mieux encore, le mode performance met le jeu à 60 images par seconde, et c’est merveilleux de jouer à une fréquence d’images plus élevée. Pour être honnête, même en mode fidélité, qui fait passer la résolution à 4K plutôt qu’à une mise à l’échelle, la fréquence d’images semble beaucoup plus élevée que 30 la plupart du temps.

La réédition tire également le meilleur parti des qualités uniques de la PS5. Les écrans de chargement sont toujours là mais sont beaucoup, beaucoup plus rapides que sur PS4, il y a donc beaucoup moins d’attente autour des conseils de lecture. Le moteur audio Tempest 3D s’entraîne également; avec un casque allumé, Death Stranding Director’s Cut fait un excellent travail avec un son directionnel. Combiné à une utilisation subtile mais efficace du retour haptique et des déclencheurs adaptatifs du DualSense, on a l’impression que l’odyssée excentrique de Kojima est chez elle sur PS5.

Conclusion

Death Stranding Director’s Cut est un port fantastique d’un jeu fascinant. Il introduit de nombreuses nouvelles fonctionnalités qui enrichissent l’expérience, les graphismes et les performances sont considérablement améliorés, et les cloches et les sifflets de la PS5 sont tous mis à l’épreuve. Tout s’additionne pour en faire la meilleure façon de jouer à l’aventure folle de Kojima Productions, que vous soyez nouveau dans l’expérience ou que vous souhaitiez reprendre là où vous vous étiez arrêté. Cela ne changera pas d’avis dans un sens ou dans l’autre – c’est toujours Death Stranding, qu’on le veuille ou non – mais Director’s Cut présente certainement le jeu sous son meilleur jour.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂