in

13 Amazon Prime Video Fantasy & Sci-Fi Series à reprendre

Amazon Prime Video possède l’un des catalogues les plus intéressants de la scène du streaming. Il est varié et ne dégoûte ni le cinéma non commercial ni les classiques. Un bon exemple est leur sélection juteuse de séries de science-fiction, qui va des mythes pour enfants des années 80 aux expériences animées actuelles. Voici notre sélection des 13 meilleurs.

‘Docteur Who’ (S5-10)

Tu vas devoir te dépêcher avec ça : « Doctor Who » disparaîtra de la grille Amazon Prime Video dès maintenant, le 30 juin. Après, on ne sait pas si elle sera renouvelée, ni même s’il y aura plus de saisons, mais pour l’instant il faut se gaver de la mythique série britannique de science-fiction familiale (mais très astucieuse) de voyages spatio-temporels. Les saisons qui existent sont toutes celles de Matt Smith et Peter Capaldi : deux incarnations irremplaçables pour toute une institution de la télévision fantastique.

‘Fichier X’

‘File X’ est une production Fox, vous l’avez donc également sur Disney +, mais peut-être que lorsque la période de licence qu’Amazon Prime Video a contractée expirera, ce sera exclusivement pour la plate-forme souris. Mais pour l’instant, vous avez sur Amazon ce classique de toute la conspiration pop ufologique de profiter à nouveau de la puissante tension sexuelle et des doutes existentiels de Mulder et Scully.

‘Stargate SG-1’

Pas moins de dix saisons a la série basée sur le film décent mais très réussi de Roland Emmerich des années nonante. Invasions extraterrestres via un portail qui nous met en contact avec des races extraterrestres guerrières dont les cultures s’inspirent de l’Égypte, du roi Arthur, des mythes nordiques et grecs, et bien plus encore. Il a une base de fans très considérable, fascinée par son esprit d’aventure sain, et aussi quelques spin-offs, dont la plupart sont également accessibles via Amazon si vous avez contracté le canal supplémentaire MGM.

‘Battlestar Galactica’

Bien que nous continuions à exiger une réédition / réédition dans des conditions du joli plagiat de ‘Star Wars’ des années 70 qui a donné naissance à ce classique moderne, pour l’instant on peut revoir ce sommet de la science-fiction (quatre saisons et une mini, toutes disponibles) drame puissant et sous-texte politique intelligent, extrêmement valable aujourd’hui. Les Cylons restent au pied du canyon en tant qu’icônes du genre à la télévision et le groupe a vieilli avec beaucoup de grâce.

‘L’étendue’

Une fille disparue est le mcguffin de cette série qui suscite des éloges partout où elle est diffusée, d’abord sur SyFy et, après son annulation, récupéré par Amazon Prime Video, qui conclura l’histoire quand j’arrive à la saison six. Les cinq premiers sont disponibles sur le service dans un mélange de film noir, de genre traditionnel dans l’espace et de réflexions intelligentes sur le fonctionnement des affaires politiques pendant la guerre froide.

‘M. Robot ‘(T1-3)

Bien que la quatrième et dernière saison soit manquante, les trois premiers sont un joli carrousel technoparanoïaque et incluent la révélation du désormais acclamé Rami Malek, qui compose un anti-héros vulnérable et pas entièrement empathique. Une série très moderne (en fait, après Cyclone Anonymous risque de se démoder), mais c’est un portrait au format thriller d’un moment très précis de l’histoire de la technologie et de la façon dont nous avons réagi à son choc avec nos vies.

‘Défait’

Une petite merveille animée par la technique organique et fascinante de la rotoscopie, utilisée ici avec un très bon jugement présenter une réalité liquide qui se transforme sous les yeux du protagoniste. Celui-ci, après un accident, découvre que le temps et l’espace sont plus que des concepts relatifs. Une série de dix à plusieurs niveaux, mais qui brille surtout dans les interprétations de Rosa Salazar et Bob Odenkirk.

‘Télécharger’

L’au-delà, ce sont nos personnalités téléchargées sur un serveur payant : c’est le point de départ d’une satire post-‘The Good Place’ qui utilise la parodie technologique de nos habitudes quotidiennes pour soulever des questions essentielles sur la façon dont la mort affecte différemment les riches et les pauvres… tout comme ils vivaient différemment. Acide et baveux, ce fut l’une des surprises pandémiques les plus notables de l’année écoulée et attend maintenant sa deuxième saison.

« Les rêves électriques de Philip K. Dick »

La tentative d’Amazon de créer son propre « Black Mirror », avec des histoires de science-fiction indépendantes et un certain effet de levier dans le présent cela n’a pas fonctionné à cent pour cent malgré les histoires de quelqu’un d’aussi distingué que Philip K. Dick. Cependant, c’est une série très intéressante, basée sur des histoires oubliées d’un classique qui a encore beaucoup à adapter et qui, comme les originaux, regorge d’idées audacieuses et fascinantes.

« Histoires en boucle »

Les créations visuelles du peintre Simon Stålenhag sont l’inspiration de cette série qui se démarque des rythmes trépidants et remplis de cliffhangers de la plupart des séries télévisées. Ici nous avons un groupe de personnes qui vivent autour de la boucle, un engin qui déforme l’espace et le temps, et on nous décrit comment leur vie change de la manière la plus intime, dans une série différente pleine de grandes idées de racines presque littéraires.

‘V’

À mi-chemin entre le fantasme de la nostalgie camp et l’histoire terrifiante d’un récit aux connotations apocalyptiques et aux envahisseurs reptiliens qui dévore la vermine et crée une race d’hybrides monstrueux, ‘V’ est en tout cas un classique de la pop culture des années 80. Elle a marqué une génération et on comprend aisément pourquoi dans la mini-série originale, la série déjà moins intéressante qui la poursuivait et le récent reboot qui n’est pas tout à fait sans intérêt.

« L’homme du haut château »

Une autre adaptation de Philip K. Dick, ici d’un de ses romans les plus énigmatiques et populaires, qui va bien au-delà de son concept initial d’uchronie dans lequel les nazis ont gagné la Seconde Guerre mondiale et ils ont donné naissance à des États-Unis dirigés par des Allemands et des Japonais. La série étend très intelligemment le roman original sur quatre saisons, avec une histoire d’univers parallèles qui fait bon usage de la combinaison choquante des croix gammées et de la symbologie nord-américaine.

« Star Trek : les ponts inférieurs »

Si une série ‘Star Trek’ n’obtient pas le feu vert du randonnées avec moins de sens de l’humour, qui disent que les choses de l’entreprise ne sont pas de les emmener à chufa, vous êtes devant quelque chose qui vaut la peine d’être vu. Dans ce cas, une série iconoclaste, mais aussi débordante de connaissances sur l’histoire de la franchise, dans une parodie à mi-chemin entre ‘Futurama’ et ‘Rick et Morty’ mettant en vedette les secondaires qui meurent toujours dans l’épopée spatiale.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂