dans

Qui habite les tranchées Mariana, la chose la plus proche de l’enfer dans la mer

Qui habite les tranchées Mariana, la chose la plus proche de l'enfer dans la mer

Même si ce n’est pas le point extérieur le plus proche du centre de la Terre, la fosse des Mariannes est l’endroit le plus proche des profondeurs de l’enfer où nous sommes allés. Que peut vivre là-bas?

Le point le plus profond enregistré de ce gouffre est situé à plus de 11000 mètres. Et l’être humain a presque atteint la fin, trois fois! C’est ce que nous avons appris de cette fosse énorme et presque insondable.

Dans les mâchoires de l’enfer

Plus de mille atmosphères, seulement quatre degrés et une obscurité totale: Si cela ne ressemble pas à l’enfer le plus horrible que nous puissions imaginer, rien ne le fera. Et pourtant, même ici, nous trouvons la vie. À l’est des îles Mariannes, aux Philippines, se trouve ce gouffre en forme de croissant.

Cette fosse a le point le plus profond de la Terre, mais pas le plus proche de son centre en raison de l’irrégularité de notre géoïde. Plus précisément, avec 11 034 mètres sous la surface. Il est si profond que, si nous mettons le mont Everest à l’intérieur, il lui restera encore 2000 mètres à parcourir avant de pouvoir s’approcher de la surface..

Dans son lit, nous avons été, des êtres humains, jusqu’à trois fois. La première en 1960, lorsque le célèbre Aguste Piccard, avec Don Walsh, ancien militaire, atteint 10 911 mètres à bord d’un bathyscaphe, dans le « Challenger Abyss ». En 2012, le cinéaste James Cameron a réussi à descendre, seul, aux 10 908 mètres non négligeables, un peu au-dessus de la marque Piccard.

Il y a quelque temps, le record a été battu par Victor Vescovo, atteignant 10 928 mètres. Son impression était assez forte: «C’était très décevant de voir l’évidente contamination humaine au plus profond de l’océan», a-t-il déclaré à la presse. Mais, en plus de la pollution plastique, la vérité est que le point naturel le plus profond de la Terre, une scène stérile, presque gelée, avec une eau dense comme nulle part ailleurs et une noirceur absolue, a plus à montrer.

A lire :  Cette vidéo de Charli D'Amelio lui a fait perdre près d'un million d'abonnés sur TikTok

Quoi ou qui vit dans la partie la plus profonde de l’océan?

James Cameron a décrit sa plongée comme un voyage dans la plus immense solitude. Mais ce n’est pas vrai. Bien que peu d’êtres soient capables de survivre à des conditions aussi extrêmes, la vérité est qu’il y en a. En 2011, on a découvert que le fond de l’abîme abritait des xénophiophores. Ces êtres peuvent ressembler à des éponges de mer ou à d’autres animaux, à première vue.

Mais, en réalité, ce sont des micro-organismes organisés en «pseudostructures», c’est-à-dire des formes avec une certaine organisation qui semblent plus complexes qu’elles ne le sont. Ces êtres ils sont hautement spécialisés pour vivre dans des conditions impossibles. Ils sont extrêmement délicats et il n’y a pas eu une seule récolte qui n’ait mis fin à leur vie. Pour le moment, il semble impossible de les étudier confortablement «in vivo».

Expl2234 Photothèque Flickr Noaa

Une grande partie de ce que nous savons de ces organismes provient de leurs parents. Xénophyophorée C’est une classe de protistes, des organismes unicellulaires parmi lesquels les amibes. Les xénophiophores sont répartis sur tous les fonds de fées (en dessous de 6000 mètres) que nous connaissons. En soi, cette classe de protistes est très difficile à gérer et reste un véritable mystère à bien des égards.

En raison de leur grand nombre, les biologistes marins pensent que ont un rôle fondamental dans le cycle des sédiments qui se déposent au fond. Mais, à part les xénophiophores, qu’y a-t-il d’autre? Il est également supposé qu’il doit y avoir d’autres micro-organismes habitant le lit, bien qu’il soit très difficile d’obtenir des échantillons de ces organismes, car ils ne résistent pas à ces changements soudains de conditions. Mais montons un peu.

Huit kilomètres sous la mer

En septembre 2018, dans la tranchée Pérou-Chili, les espèces de poissons les plus profondes découvertes à ce jour ont été trouvées. Ces animaux ont un tissu « gélatineux » caractéristique, peu homogène et qui « fond » lorsque la pression et la température ne sont pas celles de la fosse marine qu’ils habitent.

Bien que cela appartienne à d’autres tombes, la vérité est que cela nous servirait bien d’illustrer certaines des espèces surprenantes qui peuvent apparaître au plus profond des Mariannes. Cependant, contrairement à d’autres bassins maritimes, celui-ci a l’air spectaculairement solitaire.

A lire :  Galaxy Watch 3: cette vidéo pratique révèle presque tout

Comme expliqué par Cameron, et confirmé par Vescovo, contrairement à d’autres plongées profondes, dans la fosse des Mariannes aucune bioturbation n’est observée. Celles-ci consistent en des modifications du terrain par des animaux, comme des vers ou des holothuries. Au-dessus de 7 000 ou 8 000 mètres, dans cette fosse, les plus grands sont les amphipodes, petits crustacés semblables aux crevettes.

Photo 1563566019199 854467dad6ff

Probablement à ces profondeurs certaines espèces de céphalopodes arrivent, en particulier certains soi-disant calamars géantsBien que nous ne sachions pas avec certitude, car les conditions ici sont extrêmes. Si nous continuons à grimper, petit à petit, le désert aride est habité par divers êtres, chacun plus étrange. Des cnidaires brillants (méduses et hydres) aux poissons à pleines dents et aveugles, en passant par les calmars de lait, les crustacés à longues pattes et les concombres de mer originaux …

Le casting entre le hadal et la zone abyssale, entre 4000 et 6000 mètres, ressemble aux idées les plus folles que nous ayons sur les extraterrestres. Certains des monstres les plus terrifiants de notre patrimoine culturel viennent d’ici. Si nous continuons à monter, la mer devient de plus en plus peuplée. A partir de 700 mètres, là où la lumière commence à arriver (même si on la voit à peine), la vie est riche, surtout à l’approche du talus continental, même si on ne le verra pas dans la fosse des Mariannes, bien sûr.

Nous avons été plus de fois sur la Lune que sur le fond de la mer

Plus précisément, nous y sommes allés huit fois de plus. La surface de la Lune a été piétinée par une dizaine d’humains de plus que ceux qui n’ont même pu s’approcher du fond de la fosse. Pour quelle raison? L’espace extra-atmosphérique et la mer profonde sont des lieux totalement inhospitaliers pour les êtres humains. Il y a des dangers inquiétants et directs, bien que chacun de ces environnements ait le sien en particulier, ce qui le simplifie beaucoup.

A lire :  Le triple point de l'eau et sa physique incroyable: quand la glace, l'eau liquide et la vapeur coexistent en même temps

Dans le cas du fond de la fosse des Mariannes, le danger le plus destructeur est la pression. Dans le cas de l’espace, il peut s’agir de rayonnement. Dans les deux cas, une multitude de facteurs peuvent être fatals. Mais, continuons la comparaison, pourquoi avons-nous atteint la Lune plus de fois que la limite de la fosse des Mariannes (que nous n’avons pas atteinte)?

Grâce à la magnétosphère terrestre, les missions sur la Lune se sont achevées avec un certain succès, évitant une quantité de rayonnement qui aurait pu être mortel pour les astronautes. Mais les plus de 1000 atmosphères de pression auxquelles sont soumis les bathyscaphes lors de la descente sont imbattables. Mettre une « bulle » avec des personnes à l’intérieur, à l’abri de cette action, être capable de respirer et ne pas avoir d’accident … est plus difficile.

DSV C’est le facteur limitant DSV, le bathyscaphe Verscovo

Cela ne veut pas dire que cela ne peut pas être fait, comme nous l’avons déjà montré, et comme cela a été prouvé avec un succès incroyable lors de la dernière expédition Vescovo, à bord du DSV facteur limitant. Ce véhicule est renforcé en aluminium, possède son propre sonar et un système complexe de propulsion et de descente, ainsi que des caméras et des instruments d’analyse. Mais sa plus grande réussite est l’incroyable résistance dont il fait preuve, capable de résister, au moins en laboratoire, à plus de 12 000 atmosphères.

Mais, en plus de la section technique, il y a une autre réponse à la question. Si nous ne sommes pas arrivés plus de fois, c’est probablement parce que le fond marin n’a jamais été aussi attractif que l’espace ou la lune. Nous n’avons jamais connu une «course» comme l’espace. Peut-être parce que nous ne savons pas ce qu’il y a sous la mer. On estime que seulement entre 1% et 2% ont été explorés. Heureusement, un peu de ce pourcentage se trouve au fond de la mer.

Images | Wikimédia, Unsplash

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

Alistair Overeem Rencontrera Alexander Volkov Le Week End Du Super Bowl

Alistair Overeem rencontrera Alexander Volkov le week-end du Super Bowl

Les Nouvelles Figurines De La Série Noire Star Wars Apportent

Les nouvelles figurines de la série noire Star Wars apportent Mando et bonté animée