dans

Le Grand Budapest Hotel: Wes Anderson à son meilleur

Que peut-on dire qui n’ait été dit auparavant de l’œuvre de Wes Anderson, l’un des grands auteurs contemporains du cinéma américain? Ce maître de la narration a su imprégner chacun de ses films de ses sensibilités artistiques, qu’il a développées et perfectionnées tout au long de sa carrière.

Des concepts géométriques parfaitement symétriques dans chacune de ses rencontres, des palettes de couleurs spécifiquement délimitées dans leurs décors et costumes, des personnages au caractère particulier avec un sens de l’humour sec sont déjà une partie importante des univers narratifs qu’Anderson crée dans chacune de ses productions.

Vous pourriez aussi être intéressé par: «  Love and Mosnters  »: un grand hommage au cinéma d’aventure (Critique)

De tous ses films sortis jusqu’à présent, aucun ne se démarque de la même manière que «The Grand Budapest Hotel», un film sorti en 2014 dans lequel, basé sur les écrits de l’écrivain, essayiste et activiste autrichien Stefan Zweig et quelques clins d’œil au œuvre d’Ernst Lubitsch, illustre réalisateur allemand de l’âge d’or.

Anderson construit ce micro-univers inspiré de l’Europe pendant la Seconde Guerre mondiale dans lequel, à travers un complot d’intrigue et de suspense, il nous enchante par ses décors baroques, ses personnages attachants, ses allusions historiques et ses mécanismes narratifs qui, si génériques qu’ils puissent paraître, les exécute de manière très efficace.

Dans l’une des meilleures performances de toute sa carrière, Ralph Fiennes apparaît avec la belle image de Gustave H., le concierge de l’amende «Grand Budapest Hotel», qui prend sous son aile le jeune groom Zero Moustafa (Tony Revolori) à cela il peut apprendre des machines qui font vivre l’un des centres de vacances les plus beaux et les plus élégants de la région.

Tous deux doivent prouver l’innocence de Gustave, qui a été mis en examen pour la mort de Madame D. (Tilda Swinton), une riche octogénaire qui l’a nommé héritier de tous ses biens matériels et économiques, y compris un précieux tableau classique inestimable.

Anderson a construit son histoire avec une structure curieuse résumée en trois couches: Une fille lit un livre dans lequel l’auteur raconte une conversation qu’il a avec l’homme qui lui raconte son histoire à l’hôtel (Zero, qui dans le futur est joué par F. Murray Abraham discutant avec Jude Law, l’auteur a brièvement présenté dans sa version plus ancienne en tant que Tom Wilkinson).

De plus, « The Grand Budapest Hotel » déplace son histoire à travers différents chapitres, ce qui contribue à construire cette illusion de voir la dramatisation du roman que l’auteur sans nom écrirait à l’âge adulte. Loin de dérouter le spectateur, les chapitres aident à maintenir un fil conducteur de ce qui se passe à l’écran.

L’identité du film n’aurait pas pu se construire de la même manière sans les contributions d’Alexandre Desplat dans sa bande sonore exquise. Desplat présente un son qui repose entièrement sur la balalaïka (instrument russe à trois cordes), et lorsqu’il est combiné avec des orgues d’église et des arrangements orchestraux très spécifiques, il parvient à créer le décor d’une Europe classique mais intemporelle.

Impossible de ne pas remarquer l’utilisation de son aspect radio, qui lors du « flashback », pour l’appeler à sens unique, utilise l’image d’un carré presque parfait, en phase avec la façon dont le cinéma classique filmait leurs bandes au fil des ans. 40.

Il est difficile d’imaginer un autre auteur qui parvienne à embrasser les mêmes éléments esthétiques et narratifs dans sa filmographie sans se sentir en train de se classer. Il faudra de nombreuses années pour décider (peut-être quand Wes Anderson quittera ce monde), mais si ce n’est pas le meilleur, « The Grand Budapest Hotel » se dresse jusqu’à présent comme un film qui résume le meilleur de son réalisateur et se présente comme un symbole de son excellence en tant que cinéaste.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • CRISTINA ONDYNA PORTE BALAI A SUSPENDRE GRAND HOTEL BLANC - CRISTINA ONDYNA TE22124
    PORTE BALAI A SUSPENDRE GRAND HOTEL BLANC - CRISTINA ONDYNA TE22124
  • Accidentally Wes Anderson
  • CRISTINA ONDYNA PORTE BALAI A SUSPENDRE GRAND HOTEL BLANC - CRISTINA ONDYNA TE22124
    PORTE BALAI A SUSPENDRE GRAND HOTEL BLANC - CRISTINA ONDYNA TE22124