in

L’Iran envisage d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour identifier et poursuivre les femmes sans hijab

Dans un nouveau développement qui semble provenir d’un futur dystopique, l’Iran a annoncé qu’il prévoyait d’utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour identifier et poursuivre les femmes qui défient les lois strictes et draconiennes du pays sur le hijab.

L'Iran envisage d'utiliser la technologie de reconnaissance faciale pour identifier et poursuivre les femmes sans hijab

On soupçonne que l’Iran utilise déjà la technologie de reconnaissance faciale pour poursuivre des femmes et que Jina Mahsa Amini a peut-être été arrêtée en raison de l’utilisation de la reconnaissance faciale par l’Iran. Crédit image : Pexels

Les détracteurs de la technologie de reconnaissance faciale ont à juste titre souligné comment la technologie peut être utilisée à mauvais escient dans des régimes aux nuances autoritaires afin de contrôler leurs citoyens. L’Iran est juste le dernier d’une longue liste de pays autoritaires à le faire.

Les législateurs iraniens ont suggéré l’année dernière que la reconnaissance faciale devrait être utilisée pour faire respecter la loi sur le hijab, le chef d’une agence gouvernementale iranienne qui applique la loi sur la moralité a déclaré dans une interview en septembre que la technologie serait utilisée « pour identifier les mouvements inappropriés et inhabituels », y compris « l’échec respecter les lois du hijab. Les individus pourraient être identifiés en comparant les visages à une base de données d’identité nationale pour imposer des amendes et procéder à des arrestations, a-t-il déclaré.

Depuis septembre 2022, la nation a eu de violentes manifestations contre la législation sur le hijab, qui oblige les femmes à se couvrir le visage en public. La soi-disant police de la moralité en Iran applique cette règle avec zèle, et les femmes qui y désobéissent risquent d’être punies. Tout a commencé avec une femme kurde de 22 ans nommée Jina Mahsa Amini, décédée sous la garde de la police des mœurs iranienne. Elle a été détenue par la police des mœurs iranienne pour ne pas avoir porté un hijab assez serré.

Des comparaisons de visages dans une base de données d’identité nationale pourraient être utilisées pour identifier les femmes et, sur la base de cette identification, des amendes et des arrestations pourraient être imposées. Selon Wired, le fait que tant de femmes soient détenues à l’intérieur de leur domicile suggère que la reconnaissance faciale est peut-être déjà utilisée par les responsables iraniens.

Mahsa Alimardani, qui étudie la liberté d’expression en Iran à l’Université d’Oxford, a récemment appris des histoires de femmes iraniennes obtenant des billets par correspondance pour avoir enfreint la règle du hijab, même si elles n’avaient jamais interagi avec un responsable de l’application des lois.

Selon Alimardani, le gouvernement iranien a passé des années à développer un système de surveillance informatisé. La base de données d’identification nationale du pays, créée en 2015, contient des informations biométriques, y compris des scans faciaux, et est utilisée pour créer des cartes d’identité nationales et identifier les personnes que le gouvernement considère comme des rebelles.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?