dans

La DGT limitera l’utilisation des applications «  snitch  » telles que Google Maps ou Waze pour éviter d’être averti des contrôles de police à proximité

50% des plaintes de la DGT concernent une mauvaise utilisation du téléphone portable dans la voiture. Il s’agit de l’infraction la plus commise et Traffic rappelle que sa dangerosité peut être comparable à la conduite sous l’influence de l’alcool.

Pere Navarro, directeur de la DGT, a averti lors de la Semaine de la mobilité à La Corogne, sa volonté de « prévenir, entraver ou limiter » l’utilisation de certaines applications au volant. Plus précisément, la DGT se concentre sur des applications telles que Waze, Social Drive ou Google Maps.

De retour avec la légalité de la notification des contrôles de police

Au-delà de la distraction, pourquoi la DGT souhaite-t-elle interdire ces applications? C’est une série de services qui vous permettent d’avertir de la présence de radars et de contrôles de police. Ongle pratique qui frôle la légalité et devrait être limitée, selon la DGT.

La DGT veut empêcher ces applications sont utilisées pour limiter l’efficacité des contrôles de police. Pendant longtemps, ces applications permettent d’ajouter des alertes à partir de contrôles à proximité afin que les autres utilisateurs reçoivent un avertissement. C’est le cas de Google Maps, qui au début de l’année dernière montrait cette option, héritant de ce qu’elle avait déjà dans Waze. L’objectif de la DGT est de limiter l’utilisation de ces applications «  snitch  », bien ne précise pas comment il entend y parvenir.

Depuis mars 2019, Google Maps permet d’alerter sur la présence d’accidents et de radars.

La principale raison invoquée par la DGT est le danger d’alerter la présence de patrouilles, car cela pourrait démanteler une opération et permettre à certains conducteurs de fuir un crime, pas toujours strictement lié à la conduite.

A lire :  Intel devra débourser 2,18 milliards de dollars pour contrefaçon de brevet de VLSI, qui n'a jamais lancé de produit

Le précédent se trouve à New York, où la police a tenté d’empêcher les utilisateurs de proposer des rapports sur les barrages routiers. Le service de police de New York a envoyé sa demande à Google expliquant que « la publication de ces informations pour la consommation publique est irresponsable, car elle ne sert qu’à aider les conducteurs blessés à échapper aux points de contrôle et encourage la conduite imprudente« Cependant, de Google, ils ont répondu que » informer les conducteurs sur les radars leur permet d’être plus prudents et de prendre des décisions plus sûres.  »

Waze

L’utilisation d’un dispositif d’alerte radar qui consulte la base de données officielle de la DGT est légale, mais l’utilisation de détecteurs de radar qui identifient la fréquence du radar et avertissent le conducteur ne l’est pas. C’est-à-dire, la DGT est transparente sur le placement de certains radars, mais cherche à empêcher les conducteurs d’utiliser des mécanismes supplémentaires pour alerter de leur présence.

À Xataka | Comment connaître les points que vous avez sur votre permis de conduire sur Internet

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Oh La La Nails ! Vernis semi-permanent sur ongles naturels mains ou gainage des ongles et application gel avec Oh La La Nails !
    Profiter d’une prestation pour embellir les ongles de ses mains réalisée par une prothésiste et styliste ongulaire
  • Sun Palace La Wantzenau Pose de vernis permanent mains ou pieds au choix avec option beauté des mains à l’institut Sun Palace La Wantzenau
    Un moment pour prendre soin de ses mains ou de ses pieds
  • Institut De Beauté La Cigale Des Ongles Extension cil à cil pose naturelle ou pose complète pour 1 à l'Institut De Beauté La Cigale Des Ongles
    Avoir un regard de biche avec une prestation extension cil à cil réalisée en institut