dans

Under The Wig avec TeTe Bang : « Pourquoi es-tu si obsédé par mes organes génitaux, tu te frayes un chemin ! »

8 juin 2021, 17:40


Partager sur Twitter

« Il y a une hiérarchie dans la communauté, qu’on veuille l’admettre ou non »

Pour le mois de la fierté, 45secondes.fr va ‘Under The Wig’ avec la drag queen Yshee Black pour discuter avec quatre artistes drag très différents – mais tout aussi emblématiques – pour explorer la scène drag britannique.

Dans notre deuxième épisode, Yshee rencontre l’icône du drag londonien TeTe Bang pour lever le voile sur la hiérarchie tacite au sein de la communauté drag, pourquoi certaines personnes semblent être obsédées par les organes génitaux des reines AFAB (c’est « une femme assignée à la naissance », au cas où vous se demandaient) et l’importance d’être visiblement queer en tant qu’artiste drag.

Dans l’extrait ci-dessous, Yshee Black et TeTe discutent de leurs idées fausses sur le drag lorsqu’ils ont commencé, de la hiérarchie dans la communauté du drag et de l’environnement hostile que les artistes de l’AFAB peuvent rencontrer de la part de certains hommes homosexuels dans les bars et les clubs.

Rendez-vous sur la chaîne YouTube et activez les notifications pour obtenir le prochain épisode de Under The Wig la semaine prochaine.

REGARDEZ: Under The Wig avec CHIYO : « RuPaul’s Drag Race promeut activement la discrimination

Sous la perruque avec TeTe Bang et Yshee Black

Sous la perruque avec TeTe Bang et Yshee Black. Image : 45secondes.fr

YSHEE BLACK : Aviez-vous des idées fausses sur le drag lorsque vous débutiez ?

TETE BANG : Je n’avais pas d’idées préconçues, ce qui était probablement l’idée fausse. Genre, je ne savais rien. Je ne suis pas sorti en me disant « Je veux être une drag queen », j’avais juste l’habitude de sortir dans des espaces queer et j’aime m’habiller. Habillez-vous et allez dans un club et vous pourriez entrer gratuitement. Peut-être que vous obtiendrez des jetons de boissons. Vous pouvez sortir sans argent du tout. Alors je ne suis pas sorti en me disant « Je veux être une drag queen », je suis sorti en me disant « Je veux être dans un espace queer, entouré de gens où nous pouvons tous nous habiller et passer un bon moment » . Ce n’est que lorsque les gens ont commencé à me traiter de drag queen que je me suis dit, d’accord, eh bien, si nous devons mettre une étiquette dessus, nous allons mettre une étiquette dessus. Amende. Mais je ne savais pas qu’il y avait autant de politique à traîner. Et je pense que peut-être que beaucoup de gens ne réalisent pas à quel point il y a réellement de la politique au sein du [drag] l’espace en général. Ils pensent comme, nous sommes tous les meilleurs amis et nous pensons tous la même chose. Et en fait, c’est bien plus compliqué que ça.

YSHEE : Il y a tout cet écosystème – encore – de « qu’est-ce que la traînée ? » Et les gens [want] pour vraiment le définir. Que pensez-vous de tout ce système et de l’entrée dans cet espace ?

TETE : Je pense, surtout en tant que femme queer, qu’il faut être plus prudente. Ne pensez pas seulement que chaque homme gay va vous accueillir dans cet espace parce que ce n’est pas nécessairement vrai. Vous savez, l’idée d’avoir un meilleur ami gay n’est pas aussi fabuleuse que les films pourraient vous l’avoir dit. Peut-être que tous ces bars gays où tu veux aller [to] ressentez votre propre fantasme, peut-être qu’ils ne seront pas aussi accueillants que vous l’espériez. Et vous devez être assez fort en vous-même lorsque vous entrez dans ces espaces. Ne vous attendez pas seulement à ce que tout le monde vous aime. C’est comme entrer dans n’importe quel espace.

La politique de la communauté, il y a une hiérarchie dans la communauté, qu’on veuille l’admettre ou non. Nous essayons de déconstruire le patriarcat mais parfois le patriarcat est toujours là.

LIRE LA SUITE: 10 façons d’être un allié trans dans votre vie de tous les jours

YSHEE : Il s’agit de le reconnaître, n’est-ce pas ? Et même dans la communauté queer, les gens ont du mal à le reconnaître.

TETE : Absolument. Et donc, entrez prudemment. Ce n’est pas que du plaisir et des jeux. Je veux dire, beaucoup de choses sont amusantes et amusantes, mais oui, il y a beaucoup plus que ça. Dans chaque industrie, il y a une hiérarchie, et c’est comme ça. C’est comme un lavage de cerveau systématique en nous et parfois vraiment inconsciemment. Et donc oui, il y a beaucoup plus de reconnaissance que nous pouvons faire en tant que communauté.

YSHEE : La terminologie évolue si vite. Et donc nous avons eu des reines bio, des reines AFAB, je veux juste savoir comment vous définiriez-vous ?

TETE : Je viens de me définir comme une reine queer. Tu sais, je suis pédé. C’est ce que c’est. Si vous ressentez le besoin de parler de mes organes génitaux – qui, comme, pourquoi êtes-vous si obsédé par mes organes génitaux, vous vous frayez un chemin – mais c’est ce que cela ne me dérange pas d’être utilisé avec moi. Tout le monde est différent. Tout comme les pronoms, tout comme demander le nom de quelqu’un, il suffit de leur demander. J’ai l’impression que je m’identifie comme queer. C’est là que je me sens le plus moi-même.

Les citations ont été raccourcies pour plus de clarté et de concision.

Suivez TeTe Bang sur Instagram ici et Yshee Black ici.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂