dans

Un nouveau, très classique: Kawasaki W800 – avec une vraie longue course

Un Nouveau, Très Classique: Kawasaki W800 Avec Une Vraie

Les systèmes d’assistance de haute technologie rendent la moto plus facile et les performances souvent excessives gérables. Mais quiconque conduit la Kawasaki W800 se rend vite compte que vous n’en avez pas vraiment besoin non plus. Surtout pas lorsque vous ressentez le flair du passé avec cette moto.

Les Roaring Sixties saluent la Kawasaki W800.

(Photo: RKM)

Les motos de style classique sont en vogue. Mais il ne s’agit pas seulement de l’attrait visuel, ils devraient également offrir le plaisir de conduire simple d’une moto dans les années 1960 et 1970. Avec un twin traditionnel, bien sûr, qui vous permet d’oublier le temps sur l’arbre de couple nostalgique. Presque aucune moto ne remplit ce profil d’exigence comme la Kawasaki W800, qui dans la nouvelle version standard passerait également comme un classique très bien conservé.

Avec ses deux silencieux plats peashooter, le W800 rappelle les classiques anglais des Roaring Sixties, et pour correspondre à ses roulettes sur roues à rayons, la fourche télescopique est agréable à l’oeil avec son soufflet et un bras oscillant en acier avec des entretoises à ressort stéréo guide le vélo à l’arrière. La ligne aussi C’est vrai: à commencer par les phares ronds et le guidon modérément coudé, du réservoir bulbeux au banc continu. L’ambiance offre au pilote une posture classique dans le meilleur sens du terme, avec un angle de genou détendu, le haut du corps droit et les mains reposant librement sur le guidon. D’une hauteur de 79 centimètres, il repose sur la sellerie élancée, suffisamment ancrée pour un meilleur contrôle.

Un moteur comme autrefois

Kawasaki_W800_RKM-Foto-9.jpeg

Le twin parallèle d’une cylindrée de 773 centimètres cubes est conçu comme un véritable moteur à longue course.

(Photo: RKM)

La plus grande réminiscence du passé, cependant, est le moteur actuel. Il s’agit d’un véritable jumeau parallèle à longue course, dans lequel les deux pistons montent et descendent en même temps et l’allumage a lieu alternativement tous les 360 degrés. L’entraînement de l’arbre à cames en tête par arbre vertical est un argument de vente unique – ce contrôle, souvent utilisé sur les anciennes machines de course, est complexe en termes de production et donc coûteux. Kawasaki cite sa propre histoire entre 1966 et 1975, lorsque les modèles W1 à W3 sont sortis de la chaîne de montage avec des moteurs similaires.

Alors qu’à l’époque il y avait un bon 50 ch, le W d’aujourd’hui produit 48 ch compatible A2 et un couple complet de près de 63 Newton mètres à partir d’un déplacement de 773 centimètres cubes, qui est déjà disponible pour 4800 tours d’une manière conviviale. Associé à la conception à longue course, cela confère au W-Twin son caractère costaud, ce qui le rend heureux de conduire dans les régions à basse vitesse. Ici, la Kawasaki ravit avec des performances sans effort, toujours facilement contrôlables et une réponse sans à-coups. Plus de 5000 tours n’ont guère de sens avec le propulseur. La boîte de vitesses à cinq vitesses à verrouillage précis est si bien graduée que le dernier engrenage convient également comme engrenage universel.

Plus de planeurs que de sprinteurs

Le W800 est plus un planeur qu’un sprinter, mais tout sauf un collègue adouci. Grâce aux supports en caoutchouc du moteur et de l’arbre d’équilibrage, des expressions distinctes de la vie relèvent du chapitre « Bonnes vibrations » immédiatement après le démarrage, et le son étouffé et sonore des silencieux ne semble pas du tout agressif, mais a plutôt quelque chose d’apaisant.

Kawasaki_W800_RKM-Photo-1.jpg

La roue avant de 19 pouces de la Kawasaki W800 semble assez généreuse.

(Photo: RKM)

Le châssis, qui est formé par un cadre classique à double boucle et des éléments à ressort conventionnels, ne veut pas reculer. Une roue de 19 pouces inhabituellement grande roule à l’avant, donnant au modèle rétro une stabilité détendue sans paraître encombrant. Le W800 convertit les commandes de direction de manière neutre et précise en changements de direction, et le guidon, bien à portée de main, favorise le ressenti de la moto. Mais alors, vous ne voulez pas être trop sportif, car les repose-pieds surbaissés qui entrent en contact avec l’asphalte au début, fixent des limites un peu étroites à la conduite inclinée. De plus, il n’est équipé que d’un disque de frein solo à l’avant, dont la décélération est tout à fait suffisante, mais la fourche télescopique a tendance à se tordre légèrement lors des manœuvres de freinage brusques, ce qui n’est pas vraiment bon pour la stabilité.

A lire :  António Félix da Costa et DS TECHEETAH célèbrent à Lisbonne

Confort de conduite à l’ancienne

À allure modérée, le châssis enchante avec un bon confort de conduite grâce aux éléments à ressort doucement coordonnés. La Kawasaki conduit son équipage sans hésitation même sur un terrain pauvre. Ceci est possible même avec des trajets rapides sur autoroute et une vitesse de pointe de 166 km / h. Même si c’est assez épuisant sur le long terme, elle ne montre aucune nudité et court délibérément droit devant elle.

Kawasaki_W800_RKM-Foto-11.jpeg

Le cockpit de la Kawasaki W800 est composé de deux horloges rondes analogiques traditionnelles et faciles à lire.

(Photo: RKM)

Deux horloges rondes analogiques traditionnelles et faciles à lire forment le cockpit. Un écran LCD dans le compteur de vitesse fournit des informations supplémentaires sur la distance totale parcourue, les kilomètres parcourus et la durée, tandis que tous les voyants sont logés dans le compte-tours. Les leviers de frein et d’embrayage sont réglables en largeur. En tant que combinaison réussie d’hier et d’aujourd’hui, le phare rond présente un éclairage LED moderne qui était malheureusement emballé dans un boîtier en plastique uni. Les caches latéraux métalliques et les ailes chromées brillantes sont authentiques.

Certes: 9743 euros n’est pas un bâton collant pour le néo-classique. Mais quiconque est sur une tournée rétro digne avec un flair fidèle à l’original peut difficilement éviter la Kawasaki saine et visuellement authentique.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • OPTONICA Projecteur LED 10W (50W) étanche IP65 800 lumens Blanc - Blanc Neutre
    Luminaire Eclairage d'extérieur Projecteur d'extérieur Projecteur seul OPTONICA, Projecteur LED 10W avec une puissance d'éclairage 50W. Très pratique avec son encombrement réduit 108x100x24 mm. Étanche IP65, peut être installé en intérieur ou extérieur. Longue durée de vie, garantie 3 ans. Marque
  • OPTONICA Projecteur LED 10W (50W) étanche IP65 800 lumens Noir - Blanc Chaud
    Luminaire Eclairage d'extérieur Projecteur d'extérieur Projecteur seul OPTONICA, Projecteur LED 10W avec une puissance d'éclairage 50W. Très pratique avec son encombrement réduit 108x100x24 mm. Étanche IP65, peut être installé en intérieur ou extérieur. Longue durée de vie, garantie 3 ans. Marque
  • Optonica - Projecteur LED 10W (50W) étanche IP65 800 lumens Blanc
    Luminaire Eclairage d'extérieur Projecteur d'extérieur Projecteur seul OPTONICA, Projecteur LED 10W avec une puissance d'éclairage 50W. Très pratique avec son encombrement réduit 108x100x24 mm. Étanche IP65, peut être installé en intérieur ou extérieur. Longue durée de vie, garantie 3 ans. Marque
L'énergie Cristalline Prend Bien Soin Du Corps

L’énergie cristalline prend bien soin du corps

Un Fan D'apex Legends Imagine Ce Grand Buff Pour Pathfinder

Un fan d’Apex Legends imagine ce grand buff pour Pathfinder