in

The Last Duel Review: Jodie Comer étonne dans Bloody Medieval Epic

Jodie Comer apparaît comme l’une des premières favorites des Oscars dans l’épopée médiévale sanglante de Ridley Scott, Le dernier duel. Adapté du livre d’Eric Jagger, le film raconte les événements historiques qui ont conduit à un procès par combat entre le chevalier français Jean de Carrouges et l’écuyer Jacques Le Gris. Qui a été accusé de viol par Marguerite de Carrouges. Le dernier duel est racontée dans un récit de style Rashomon où l’agression sexuelle est vue de différents points de vue. Les scènes de batailles sauvages, la politique féodale et le patriarcat religieux sont fascinants. Mais un problème flagrant devient évident dès le début. Le dernier duel marginalise la victime en faisant d’elle une partie de l’histoire purement réactionnaire.

A la fin du 14ème siècle en Normandie, Jean de Carrouges (Matt Damon) est connu comme un guerrier féroce avec une personnalité irascible. Son comportement têtu et ses tactiques de champ de bataille n’étaient pas appréciés par son seigneur vassal, l’hédoniste comte Pierre d’Alençon (Ben Affleck). Tandis que le bel écuyer Jacques Le Gris (Adam Pilote) était largement admiré pour son intelligence et sa ténacité. Les hommes étaient de loyaux alliés sur le champ de bataille. Une relation qui a radicalement changé après un mariage arrangé.

La belle Marguerite de Thibouville (Jodie Comer), instruit et sophistiqué, venait d’une famille au nom troublé. Son père a été vilipendé pour une transgression antérieure contre la monarchie française. La dot substantielle de Marguerite était un prix précieux. Un mariage avec Jean de Carrouges lui rapporta de l’argent et blanchit le nom de sa famille… si elle pouvait fournir un héritier mâle. La soif de combat et de butin éloigne sans cesse Jean de Carrouges de chez lui. Il revient d’Ecosse chez une Marguerite désemparée. Jacques Le Gris lui rendit visite en son absence.

Le dernier duel a une valeur de production élevée. Réalisateur Ridley Scott (Extraterrestre, Gladiateur) vous plonge dans toutes les facettes de la vie normande. Les seigneurs et dames de la cour sont juxtaposés aux serfs travaillant la terre. Mais tout le monde doit de l’argent à un supérieur qui peut infliger une certaine douleur. L’incapacité de Jean de Carrouges à s’attirer les faveurs de son seigneur s’avère extrêmement préjudiciable. Tandis que la manipulation habile de Jacque Le Gris accroît le pouvoir. J’ai trouvé l’intrigue politique assez intéressante. Des membres coupés par des épées, des globes oculaires crevés et des joutes époustouflantes étaient tous attendus. La plongée profonde de Scott dans le système féodal a été une agréable surprise.

Une femme du Moyen Âge n’avait aucun recours en justice contre les violences sexuelles, sauf par l’intermédiaire d’un homme prêt à se battre pour elle. Les mettant tous les deux en danger d’une mort atroce. Jodie Comer est sensationnelle dans une performance audacieuse. Elle n’a pas assez de temps à l’écran, mais a un impact sincère. Les deux tiers de l’intrigue ont les personnages principaux masculins dictant ce qui lui est arrivé. Cela est fait exprès dans une certaine mesure. Le dernier duel veut montrer le comportement ignoble de l’église et la construction sociale misogyne qui a dévalué les femmes. Puis lui donne le chapitre le plus court pour exprimer l’horreur d’être brutalement violée et ses terribles conséquences. Un oubli qui montre que les cinéastes n’ont pas tenu compte des leçons qu’ils essayaient d’enseigner. Le dernier duel est produit par Pearl Street Films et Scott Free Productions. Il sortira en salles le 15 octobre dans les 20th Century Studios.

Sujets : Le dernier duel

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de 45secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂