dans

Pandémie, conflit mondial et changement climatique alimentent l’insécurité alimentaire en 2020: rapport

Le coût économique de la pandémie mondiale ainsi que les conflits et le changement climatique alimentent les craintes de sécurité alimentaire qui en 2020 ont atteint leur plus haut niveau en cinq ans, selon un rapport publié mercredi. L’année dernière, 155 millions de personnes dans 55 pays ont été confrontées à des pénuries alimentaires aiguës – 20 millions de plus qu’en 2019, selon un rapport de l’UE, de la FAO et du Programme alimentaire mondial, qui considèrent que le problème ne cesse de s’aggraver. pire.

L'Afrique reste le continent le plus touché par les pénuries alimentaires avec 98 millions de personnes touchées, soit 63% des cas dans le monde, contre 54% en 2019.

L’Afrique reste le continent le plus touché par les pénuries alimentaires avec 98 millions de personnes touchées, soit 63% des cas dans le monde, contre 54% en 2019.

« Nous devons agir ensemble pour empêcher une nouvelle détérioration de la situation », a déclaré le directeur général de la FAO, Qu Dongyu, lors d’une vidéoconférence, décrivant le nouveau rapport mondial sur les crises alimentaires comme un appel à « une action humanitaire urgente ».

Il a ajouté dans un tweet: « Nous devons nous attaquer aux causes profondes et rendre les systèmes agroalimentaires plus efficaces, inclusifs, résilients et durables. »

L’année dernière, le Réseau mondial contre les crises alimentaires, qui regroupe les trois organisations internationales, a identifié 28 millions de personnes dans 28 pays comme souffrant de niveaux d’urgence de faim aiguë avec la RD du Congo, le Yémen et l’Afghanistan les plus touchés.

On a estimé que 133 000 autres personnes vivaient dans la phase la plus grave et «catastrophique» de l’insécurité alimentaire au Burkina Faso, au Soudan du Sud et au Yémen.

L’Afrique reste le continent le plus touché par les pénuries alimentaires avec 98 millions de personnes touchées, soit 63% des cas dans le monde, contre 54% en 2019.

« Pour 100 millions de personnes confrontées à une crise alimentaire aiguë en 2020, la cause principale était liée aux conflits et à l’insécurité », contre 77 millions en 2019, a déclaré Dominique Burgeon, directeur des urgences de la FAO. AFP.

La crise économique a été la principale cause de la faim pour 40 millions de personnes, contre 24 millions en 2019.

Burgeon a déclaré que « la pandémie a exacerbé les vulnérabilités », identifiant le Soudan, le Zimbabwe et Haïti – ce dernier également touché par des problèmes climatiques affectant la sécurité alimentaire de quelque 15 millions de personnes.

Avec les restrictions de Covid toujours en place dans une grande partie du monde, Burgeon a déclaré que l’année à venir serait très difficile, exacerbant la sécurité alimentaire dans des économies déjà fragiles.

Il a estimé à 142 millions le nombre de personnes qui seraient touchées dans 40 des pays les plus touchés.

Et alors que la population mondiale est en passe d’atteindre 8,5 milliards d’ici 2030, le rapport conclut que Covid-19 a souligné la nécessité de rendre la distribution alimentaire plus équitable à mesure que le nombre de bouches à nourrir augmente.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂