dans

Niel – Cohen nouvel élan de l’entrepreneuriat français vers l’agriculture et les énergies

Annoncée pour septembre 2020, une école d’agriculture d’un nouveau genre ouvrira ses portes dans les Yvelines, pour y accueillir près de 2000 étudiants chaque année. Créé par le célèbre homme d’affaires français Xavier Niel, le projet Hectar verra le jour dans les Yvelines, et aura pour mission de former gratuitement les agriculteurs de demain.

Niel crée Hectar : où agriculture et technologie se rencontrent

Xavier Niel, illustre fondateur d’Illiade, maison-mère de Free, est connu pour être l’instigateur de la fameuse école de formation informatique 42 (dont il existe désormais 18 succursales dans le monde), ainsi que de Station F, le plus grand incubateur de startups en France.

Son « moove » dans le monde agricole peut à priori surprendre, même si Niel était  déjà connu pour ses investissements dans les produits de grande consommation à l’approche durable au sein de la structure d’investissements 2MX Organic qu’il a co-fondée avec Mathieu Pigasse et Moez-Alexandre Zouari, ou pour être l’initiateur du référendum d’initiative partagée sur le bien-être animal aux côtés de Marc Simoncini (Meetic) et de  Jacques-Antoine Granjon (Veepee). Il est en fait naturel pour l’une des plus grandes fortunes de France qui cherche constamment à assoir la notoriété de la France et cultiver ses richesses. L’agriculture s’il fallait le rappeler en est une.

En proposant ce nouvel établissement de formation professionnelle, Niel fait le trait d’union entre 2 savoirs faire d’excellence française : la technologie et l’agriculture. En effet le centre de formation accueillera « tout un écosystème de startup, d’espaces partenaires, d’espaces d’expérimentations ». Hectar promet de former les nouvelles générations d’agriculteurs, jeunes comme actifs en reconversion professionnelle, dans les meilleures conditions de d’apprentissage et de travail. L’association S4H Asso, détenue par la holding S4H ( dont Niel détient 49% de parts) a pour but de  « regrouper dans un même lieu un écosystème agricole innovant pour accélérer et essaimer les pratiques durables en matière d’agriculture et d’alimentation, tout en attirant les talents ; favoriser toute action de recherche, de développement et d’enseignement en matière agricole » ; et de « concevoir et fournir des formations agricoles (initiales comme professionnelles continues) à titre gratuit ou onéreux, ouvertes à toutes et à tous dans la limite des places disponibles, au sein d’espaces dédiés et en immersion sur des terres agricole », selon le Journal Officiel.

A lire :  Plus de quatre républicains LGB sur dix souffrent d'homophobie intériorisée

D’autres entrepreneurs de la Frenchtech se tournent vers l’agriculture

Si jusqu’à présent l’alliance du monde des technologies et de l’agriculture ne semblait pas être une évidence pour tous elle l’est pour Xavier Niel et bien d’autres entrepreneurs français, à l’instar de Jean-Carl Cohen, co-fondateur notamment de la plateforme de télécommunications Octopush appliquée au marketing.

Cohen, bien qu’ayant à priori un profil technologique, ne s’est pas contenté de mettre toutes ses ressources dans la technologie pure, il s’investit aussi dans l’agriculture en ayant co-fondé Colibri Solar, producteur et exploitant d’énergies solaires dont les premiers bénéficiaires sont les professionnels de l’agriculture. Hangars photovoltaïques, serres et fermes solaires, installations agrivoltaïques, sont devenus des outils de l’agriculture moderne de ce 21ème siècle en permettant une optimisation des surfaces de production, un complément de revenu, une aide à la croissance des cultures et un gage d’indépendance énergétique pour l’exploitant agricole.

Comme pour Jean-Carl Cohen, dans les pas de Niel, on constate dans le milieu de la tech un engouement renouvelé pour le secteur agricole. Le réchauffement climatique, les questions d’auto-suffisance énergétique et/ou alimentaire soulevées par les états notamment lors de la crise du Covid-19 sont autant de facteurs de prise de conscience des limites du système existant et déclencheurs d’engagement plus durables chez les entrepreneurs. Ceux-ci souhaitent à présent miser sur des projets créateurs d’indépendance alimentaire et de durabilité.

Les technologies françaises exportent leur savoir-faire à l’international

Si Hectar ou Colibri Solar sont des projets à finalité française il est évident que le savoir-faire français doit être moteur et facteur de développement de nouveaux marchés et nouvelles agricultures durables à l’échelle internationale.

En Afrique, par exemple, c’est 70% des denrées alimentaires qui sont importées sur le continent, alors que celui-ci dispose d’une des plus importantes surfaces cultivables au monde.

C’est ce qu’a compris Jean-Carl Cohen, qui annoncera dans les prochaines semaines un investissement dans un projet agricole Africain, projet qui verra le jour grâce aux nouvelles technologies. Affaire à suivre de près.