dans

Lupin existait dans la vraie vie et vous ne le saviez pas : rencontrez Alexandre M. Jacob

Ouverture vendredi sur le service de streaming Netflix avec la deuxième saison de Lupin, l’une des séries qui a gagné le plus de popularité depuis le lancement de son premier opus. Tout le monde connaît déjà le personnage de cette histoire, mais vous ne saviez sûrement pas qu’il est inspiré d’une personne qui a existé dans la vraie vie : Alexandre M. Jacob. Qui était-il et qu’a-t-il fait ?

La première partie de cette production a fait fureur parmi les téléspectateurs, car elle s’est classée comme la troisième meilleure première de l’histoire de la plate-forme, de sorte que les nouveaux épisodes étaient plus que prévu. L’émission suit Assane Diop, un homme qui souhaite venger la mort de son père 25 ans plus tard, mettant à profit ses compétences en matière de vol et de tromperie..

+ Lupin existait dans la vraie vie

L’émission de télévision s’inspire de les romans de Maurice Leblanc, qui racontent les aventures de Arsène Lupin. Ce que peu savent, c’est que l’auteur était basé sur une personne réelle pour créer le personnage mythique à partir des livres. Il s’agit de Alexandre M. Jacob, l’un des bandits anarchistes les plus célèbres de tous les temps. Il est né en 1879, à Marseille, en France, et depuis son enfance il a une histoire très particulière.

A l’âge de 12 ans il était apprenti marin lors d’un voyage à Sydney, mais il déserta et devint pirate. En 1897, il retourne dans sa ville, assiste à des réunions anarchistes et est arrêté pour transport d’explosifs dans divers petits vols, par lequel il a été condamné à six mois de prison. Il a évité d’autres punitions après avoir simulé des hallucinations et a été envoyé dans un asile, mais là, il a organisé un gang avec lequel il s’échapperait de l’établissement..

« Les travailleurs de la nuit » l’organisation qu’il commandait s’appelait et avait quelques règles : ne tuez pas, sauf pour protéger votre vie ou échapper à la police, ne volez que des « parasites sociaux » (hommes d’affaires ou juges) et reversez un pourcentage de l’argent à des causes anarchistes. Avec de nombreuses stratégies et compétences, comme coller un papier sous la porte et revenir le lendemain pour savoir si la victime était là, effectué au total 105 braquages ​​à Paris.

En 1905, il est arrêté et condamné aux travaux forcés en Guyane française., jusqu’à son retour en France en 1928. Une fois chez lui, on sait qu’il travaillait comme marchand de draps, mais le reste de sa vie est un mystère. Se croit que en 1936, il était à Barcelone et s’est suicidé en 1954. « Ils sont trop jeunes pour apprécier le plaisir de partir en excellente santé, en se moquant de toutes les maladies qui menacent la vieillesse. J’ai vécu et je peux déjà mourir« , écrit-il à ses amis avant de mourir.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂