femmes compétences

Les femmes sont jugées aussi voire plus compétentes que les hommes. Mais…

Lecture 2 min. Les stéréotypes ont la vie dure. Pourtant ils semblent évoluer dans le bon sens (celui de la reconnaissance de l’égalité femme/homme). Mais la lutte continue.

Messieurs les machos, cette chronique risque de vous déplaire. A moins que n’ayez la capacité à écouter, apprendre et vous remettre en cause. Mais dans ce cas pourquoi seriez-vous encore, en 2019, misogynes et phallocrates ?

Une lente reconnaissance des femmes comme étant compétentes

Tout part d’une étude menée par Alice Eagly, professeure à la Northwestern University (Illinois). Elle a réalisé ce que l’on appelle une méta-analyse : sur le temps – de 1946 à 2018, sur le nombre – plus de 30.000 nord-américain.e.s interrogé.e.s.

Une question décomposée en 4 segments : Pensez-vous que les femmes et les hommes sont égales, supérieures, inférieures sur quatre éléments qui réunis ensemble permette de caractériser la compétence professionnelle.

Premier trait, le relationnel (compassion, empathie, sensibilité). C’est la traduction retenue pour l’anglais Communion.

Le deuxième trait, la capacité d’agir dans un environnement particulier (ambition, agression). Traduit de l’anglais Agency.

Le troisième élément, la compétence individuelle (intelligence, créativité). Traduit de l’anglais Competence.

Et le dernier élément la sagacité (finesse, vivacité, capacité de compréhension). Traduit de l’anglais Intelligence, au sens smart.

Nous vous laissons lire les résultats dans les graphiques ci-dessous. Vous constatez l’évolution du jugement sur les différences femmes/hommes. Et pour en revenir aux machos liminaires vous comprendrez que ces résultats ne flattent pas leur virilisme dominant.


Mais, car hélas il y a toujours un mais

Revenons au bureau pour constater que notre quotidien de femme est fait d’inégalités plus ou moins persistantes. Ainsi de la charge mentale que nous devons subir à la maison (même si cela va un peu mieux). Mais plus insidieuse est rarement évoquée, considérée, combattue, la charge mentale nous poursuit aussi au bureau

Alors que nous sommes jugées plus compétentes, plus intelligentes, ayant de meilleures capacités relationnelles (notamment utiles pour la gestion de crise), pourquoi encore et toujours ce plafond de verre dans nos carrières ?

L’étude nous éclaire sur une partie de la réponse : tant que les hommes seront considérés comme aillant une meilleure capacité à agir dans une situation particulière (l’Agency), nous ne pourrons prétendre aux Top Management. Comme si malgré nos luttes (et nos victoires) nous devions encore démontrer que oui nous avons de l’ambition, oui nous pouvons être agressives (ce qui est bien vu chez un homme mais surtout pas chez une femme), oui nous savons prendre des décisions, nous savons garder notre calme dans la tempête, etc.

Nous ne sommes pas toutes des Margaret Thatcher, des Golda Meir, des Angela Merkel. Mais ces trois exemples devraient suffire à illustrer que si nous sommes différentes nous pouvons au moins être les égales de l’homme. Même au bureau…

0

Nous rejoindre