in

En l’absence d’équipage, bons sont les capteurs : c’est l’IBM Mayflower, le navire autonome (et solaire) qui veut traverser l’Atlantique

En 1620, il y a eu un voyage en mer dont on se souvient : celui avec la fleur de mai, le navire qui transporta les premiers puritains de Plymouth à la côte du Massachusetts.

Ce navire aura désormais un successeur unique : un projet IBM tentera désormais de le navire autonome Mayflower traverse l’Atlantique sans équipage mais avec beaucoup de capteurs et, oui, des panneaux solaires pour l’alimenter.

Il n’y a pas de routes, mais le défi est énorme aussi

Les voitures autonomes n’ont pas encore tout à fait pris les routes, et force est de constater que le défi technologique était plus complexe que prévu. Il semble que le transport maritime pourrait être candidat aux systèmes autonomes de navigation, et chez IBM, ils ont déjà leur pari préparé.

Le Mayflower d’IBM C’est un trimaran de 15 mètres de long et 6,2 mètres de poutre en composés d’aluminium et de carbone. Il pèse cinq tonnes et son système d’entraînement est alimenté par des panneaux solaires, bien qu’il dispose également d’un moteur diesel auxiliaire.

Le navire est capable d’atteindre vitesses maximales de 10 nœuds (environ 18 km/heure) et il est entièrement autonome, bien qu’une équipe d’ingénieurs suivra son parcours depuis un centre de contrôle à Plymouth, au Royaume-Uni.

Bien qu’il n’y ait pas d’équipage humain, le Mayflower dispose de 50 capteurs pour une navigation autonome. Parmi eux se trouvent six caméras de vision industrielle et un système d’apprentissage en profondeur qui permet au vaisseau spatial identifier et éviter les obstacles, les courants hostiles et même les menaces météorologiques, mais toujours en s’adaptant aux normes de navigation internationales.

Dans cet immense groupe de capteurs (700 kg d’équipements technologiques) se trouvent l’acoustique, la température et instruments pour le prélèvement d’échantillons d’air et d’eau. Cela permettra de collecter des données pour l’étude chimique de l’océan, mais aussi d’analyser les courants océaniques.

Le voyage n’est peut-être pas aussi légendaire que celui qui a fait ce Mayflower de 1620, mais bien sûr, s’il est réalisé, il sera rehaussé. un nouveau tournant dans l’avenir de la navigation maritime autonome.

Via | NouvelAtlas

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Crée ta propre bande dessinée: 100 planches de BD vierges pour adultes, ados & enfants