in

Women Talking: intrigue, distribution, date de sortie et tout ce que nous savons

Une décision de groupe n’est jamais facile. Dans Captain America : Guerre Civile, la décision de respecter ou de protester contre les accords de Sokovie a déchiré les Avengers en deux. Les vainqueurs des Hunger Games n’ont pas pu décider de la meilleure façon d’attaquer le Capitole et leur ennemi juré, le président Snow, et les intentions mitigées qui en ont résulté ont entraîné plusieurs morts importantes. Le prochain film de Sarah Polley, Femmes qui parlentraconte l’histoire de femmes d’une petite communauté mennonite qui doivent décider quoi faire lorsque des crimes odieux sont commis contre elles.


Les mennonites sont un groupe de personnes issu initialement des anabaptistes, un mouvement réformateur du XVIe siècle. Comme d’autres groupes religieux conventuels et communautaires, les mennonites vivent un mode de vie selon des règles strictes : baptême des croyants, évitement des excommuniés et, globalement, une vie retirée de la société. Les groupes mennonites sont considérés comme étroitement liés, très disciplinés et, jusqu’au XXe siècle, exclus de la plupart des sociétés. Dans la plupart des cas, les croyances religieuses, les rôles sociaux et familiaux et la culture dominante sont tous réunis en un seul ; Femmes qui parlent montre comment une décision dénoue l’identité des femmes mennonites.

FILM VIDÉO DU JOUR

Femmes qui parlent : l’intrigue

La parcelle centrale de Femmes qui parlent comprend des thèmes d’œuvres marquantes de ces dernières années, notamment Sous la bannière du ciel, vrai détective, et Bruit blanc.

Un vrai crime horrible a eu lieu en Bolivie. Des hommes avaient systématiquement drogué et agressé sexuellement des membres de la colonie ainsi que des voisins proches. Miriam Toews, l’auteur de Femme qui parle, le livre sur lequel le film est basé, a pris l’histoire de ce véritable crime et a raconté l’histoire en mettant l’accent sur les femmes mennonites. Son objectif était de briser la perception selon laquelle les femmes mennonites étaient des extrémistes, des cultistes, des monstres ou même des parias de la société. Elle voulait les présenter comme des êtres humains essayant de rectifier les facettes opposées de leur identité.

Toews a résumé l’essentiel de l’histoire dans un article de NPR :

« Il y a huit femmes, deux familles, des générations différentes, des adolescentes puis leurs mères et leurs grands-mères, et toutes les femmes ont été agressées, ont été violées, y compris les jeunes enfants des femmes là-bas, et elles ont deux jours, 48 heures, pour savoir quoi faire. Les options qu’ils envisagent sont de rester et de se battre, de partir et de ne rien faire.

Le film maintient cette intrigue à un tee. Le « conseil » des femmes décrit par Toews a lieu dans un grenier à foin. Après les récentes arrestations des auteurs, plusieurs hommes se sont avancés pour les renflouer, obscurcissant les conséquences auxquelles les agresseurs étaient confrontés. Les femmes sont mal équipées : analphabètes, isolées et systématiquement privées de leurs droits en tant que groupe. Ensemble, ils doivent décider… Doivent-ils rester dans la colonie, leur demeure familière et de longue date ? Doivent-ils partir et renoncer à leur chance d’entrer dans le « royaume des cieux ? » Devraient-ils lutter contre les injustices auxquelles ils ont été confrontés, quitte à provoquer un schisme dans la colonie ? Doivent-ils offrir le pardon ? Ou, plus exactement, comment peuvent-ils après les crimes odieux commis ? Quelles parties de leur identité priment : mennonite, fille, épouse, femme ou victime ?

Femmes qui parlent : les acteurs et l’équipe technique

Le film met en vedette Rooney Mara (Carol, La fille au tatouage de dragon, The Social Network)Claire Foy (First Man, The Girl in The Spider’s Web, The Crown), Jessie Buckley (Je pense à mettre fin aux choses, Wild Rose)Ben Wishaw (Ça va faire mal, Cloud Atlas, le retour de Mary Poppins)et Frances McDormand (Fargo, Nomadland, Bons Présages).

En plus des acteurs centraux, Femmes qui parlent met également en vedette Judith Ivey, Sheila McCarthy, Michelle McLeod, Emily Mitchell, Liv McNeil, Kate Hallett, August Winter, Kira Guloien et Shayla Brown.

Le film a été écrit et réalisé par Sarah Polley comme une adaptation du roman du même nom de Miriam Toews. Femmes qui parlent marque le quatrième long métrage de Sarah Polley, derrière Histoires que nous racontons, Prends cette valseet Loin d’elle. Il est produit par Frances McDormand, Dede Gardner et Jeremy Kleiner.

Date de sortie

Le film a été présenté en première au Telluride Film Festival le 2 septembre 2022. Il sortira en salles le 2 décembre 2022.

Tout ce que nous savons d’autre

Dans une interview accordée au Los Angeles Times, Sarah Polley attribue une partie du succès du film à ses prédécesseurs, Clair de lune et Nomadland. Les deux films traitent de thèmes lourds, de voyages interpersonnels et de personnages principaux aux identités complexes et multiformes.

« Mais je ne m’attendais pas à pouvoir faire ce que je fais. Je n’ai jamais pensé que c’était une possibilité. Et cela représente le meilleur des meilleurs des 10 dernières années, et je pense que cela représente un changement dans notre industrie.

Et cela a commencé avec « Moonlight ». Notre affiche dit : « Par les producteurs de « Moonlight » et « Nomadland », un film de Sarah Polley, écrit, adapté et réalisé par Sarah Polley. Ces trois choses ensemble sont, pour moi, un véritable changement dans l’industrie. Le moment où « Moonlight » a non seulement existé, mais n’a pas été reconnu comme il le fallait, il a changé quelque chose dans notre industrie qui doit être reconnu. Il est temps de véritables changements dans le paradigme du pouvoir.

«Moonlight» et «Nomadland» – ces deux films et ces deux cinéastes – ont changé la conversation, et «Women Talking» en est un descendant direct. Maintenant, c’est au public. Ils doivent assumer une part de responsabilité et poursuivre la conversation. »

Cette collaboration avec Sarah Polly, Frances McDormand et, par extension, Miriam Toews, a abouti à un film poignant sur la féminité, l’identité et la liberté.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂