dans

Watch Dogs: Legion: Comment UbiSoft a façonné une dystopie grâce à un gameplay complexe et urbain

Watch Dogs: Legion: Comment UbiSoft a façonné une dystopie grâce à un gameplay complexe et urbain

S’il y a quelque chose que «Watch Dogs: Legion» ne peut pas nier, c’est l’ambition. Cela se voit dans des détails comme sa réplique d’un Londres d’un futur proche et parfaitement reconnaissable, où une attention particulière a été portée à la duplication de lieux emblématiques mais passé à travers le filtre d’une ville militarisée et hypervigilée. Ou dans le effort remarquable avec ses mécanismes de recrutement pour faire sentir au joueur qu’il fait face à une ville vivante, où chaque citoyen compte.

Nous avons assisté à une présentation par Ubi Soft de son ‘Watch Dogs: Legion’, dans lequel la société française a tenté de couvrir un grand nombre d’aspects qui nous donneraient une idée approximative de la complexité et de l’ampleur du jeu. Le sentiment après plusieurs heures à révéler des secrets et à rencontrer certains des designers impliqués dans le processus était qu’il y avait encore des choses à déterrer, telle était la sensation d’ampleur urbaine qui avait été obtenue. De notre point de vue, tout tourne autour de la grande trouvaille mécanique de ‘Legion’: la possibilité de recruter pratiquement n’importe quel personnage pour notre cause.

En gros, «Watch Dogs: Legion» nous envoie dans un Londres du futur, où nos «bons hackers», DedSec, enquêtent sur un groupe rival appelé Zero Day, qui veut détruire le Parlement avec des explosifs. C’est en fait une manœuvre de diversion: il y a des explosifs partout dans la ville, et lorsqu’ils causent de multiples dégâts et décès, DedSec est accusé d’en être responsable. La mission du joueur est de remettre DedSec en marche, de démasquer Zero Day et de le faire en affrontant Albion, une société de sécurité privée. qui a militarisé la ville.

A lire :  Facebook rapportera également de fausses nouvelles dans les chats Messenger

Pour cela, le joueur a non seulement la possibilité de pirater n’importe quel gadget électronique qu’il a en vue, mais de recruter n’importe laquelle des personnes qui parcourent Londres pour sa cause. En leur faisant de petites faveurs qui impliquent nos compétences en piratage informatique, nous ferons notre part, et ils rejoindront, chacun avec son style et ses propriétés (connaissances, armes, compétences) à DedSec. Un défi, celui de ce protagonisme collectif, non seulement technique, mais qui s’inscrit dans la démarche et l’esprit même du jeu.

Patrick Ingoldsby, le directeur artistique du jeu, nous a dit qu’avant le début du jeu, ils avaient passé des mois à errer dans Londres, à le documenter minutieusement et comprendre « les différents quartiers de la ville, les différents quartiers, son organisation ». Cela implique non seulement une simple cartographie du plan de rue, mais une connaissance plus intime de celui-ci. De cette façon, ils parlaient aux passants et c’est ainsi qu’ils percevaient que «Londres est un endroit diversifié plein de gens très différents».

Des artistes hip-hop à toutes sortes d’hommes et de femmes d’affaires, tout a été trouvé. L’équipe d’Ingoldsby voulait quelque chose d’important en transférer cette faune urbaine dans le jeu: le joueur doit « reconnaître du premier coup d’œil à quelle zone il appartient et ce qu’il fait ». Ceci est essentiel pour faciliter la mécanique d’appel à différents Londoniens en fonction de la nature des missions: avez-vous besoin de monter dans les airs à l’aide d’un drone de construction? Il se rend chez un ouvrier avec son casque et sa clé. Infiltrer le Parlement? Fouillez la partie riche de la ville jusqu’à ce que vous trouviez le rebelle le mieux habillé.

A lire :  Les puces des tests de grossesse électroniques sont presque aussi puissantes que celles des premiers ordinateurs IBM

Chiens de garde3

Pour mener à bien cette tâche et renforcer les différences entre eux, mais en même temps rendre leurs caractéristiques et leur extraction sociale parfaitement reconnaissables, la réalisatrice de doublage Natalia Hinds disposait d’une véritable armée de doubleurs. Sous leur coordination et en étroite collaboration avec le département artistique, ils ont donné des personnalités différentes à tous les Londoniens recrutable.

Une ville divisée mais unie

Nicolas Fortin, directeur artistique associé chez Ubisoft Montréal, nous a dit qu’une grande partie du travail du département consistait à amener cette multiplicité de personnages et d’habitants à lieux célèbres et reconnaissables à travers le monde: la Night Camden, Covent Garden, Piccadilly Circus ou Trafalgar Square, un noyau important du jeu puisque les manifestations contre Albion y sont agglutinées.

Chiens de garde4

Les créateurs d’art ont établi, nous a-t-on dit, «une série de systèmes clandestins et invisibles qui Ils ont attribué des styles visuels, allant de la décoration urbaine au style dans les vêtements des passants« , et qui classait de manière non exclusive les différents quartiers de la ville. Comme dans tout bac à sable, le joueur doit libérer et unir différents quartiers de Londres à sa cause jusqu’à ce qu’il revienne à ses côtés dans toute la ville, mais la division dans ces zones est dans «  Watch Dogs: Legion  » fortement influencée par le style visuel de chacun d’elles.

Fortin a souligné que Londres est actuellement l’une des villes au monde avec le plus de caméras de surveillance dans ses rues, ce qui correspond parfaitement à l’argument. Et Clint Hocking, directeur créatif du jeu, nous a dit que le jeu essayait «d’être amusant et en même temps sombre: un trait de caractère indiscutablement britannique» et qu’il imprègne clairement l’un des personnages: «Bagley, une intelligence artificielle qui accompagnera dans fournir une assistance au joueur à tout moment »et avoir« une telle personnalité ».

A lire :  Le LB Spiffy de Toronto met du poids sur "Lb No Pounds"

Le jeu, nous a dit Hocking, est mis en place comme une sorte de continuation des deux premiers opus: « Au début de l’histoire de ‘Watch Dogs’, qui se déroule à Chicago et à San Francisco, vous étiez un personnage recruté par DedSec. Mais à l’apogée de la deuxième partie, vous pouviez contrôler tous les personnages que vous aviez mis de votre côté. C’est l’idée derrière la troisième partie « : des «  héros ordinaires  » qui se battent contre le système et qui sont les premiers touchés par les problèmes clés abordés dans le jeu: l’hypervigilance, l’ultra-connectivité et l’omniprésence d’Internet.

Bref, «Watch Dogs: Legion» veut refléter, avec son histoire de rébellion urbaine et de lutte contre un système injuste, la diversité et la couleur d’un Londres au bord de l’effondrement. Pour cela, rien de mieux que de voir le vrai Londres, de prendre des notes du naturel de personnes et de lieux authentiques, parce que … nous ne sommes pas exactement au bord de l’effondrement, non?

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

Spider Man Miles Morales Pour Ps5 Et Ps4: Day One Update Probablement 10

Spider-Man Miles Morales pour PS5 et PS4: Day-One-Update probablement 10 Go ou plus

Le Shang Chi De Marvel S'enroule Enfin Après Une Production Prolongée

Le Shang-Chi de Marvel s’enroule enfin après une production prolongée en raison d’une pandémie