dans

‘Watch Dogs: Legion’, analyse: le meilleur opus de la saga arrive grâce à son protagoniste collectif et au raffinement de sa proposition

'Watch Dogs: Legion', analyse: le meilleur opus de la saga arrive grâce à son protagoniste collectif et au raffinement de sa proposition

Remarque: Au moment de la publication de cette revue, Ubisoft n’avait pas activé le jeu en ligne du jeu, donc cette revue ne parle que du mode histoire solo.

Les tranches précédentes de Watch Dogs avaient le même problème que tant de bacs à sable dont l’histoire va au-delà de « d’abord faire la chèvre et ensuite, le cas échéant, faire ces missions »: la dissociation totale de l’argumentation et de la mécanique. Il est difficile de prendre au sérieux les jeux qui tentent de raconter une histoire de vengeance ou avec plusieurs personnages de soutien qui travaillent dur, mais qui permettent ensuite au joueur de monter dans une voiture pour aller d’un point A à un point B et en passer un en chemin. douzaines de vieilles femmes innocentes qui traversaient la rue.

Dans ‘Mad Max’ c’est justifié parce que c’est l’apocalypse, dans ‘Assassin’s Creed’ parfois le décor se déroule à des moments où une vie humaine n’avait que très peu de valeur, dans ‘Just Cause’ ou le dernier ‘Saint’s Row’ nous sommes confrontés à un cartoon … mais dans le premier ‘Watch Dogs’, malgré ses touches de comédie évidentes (ou pas: En ces temps, prendre un selfie face aux effets d’une attaque terroriste n’est pas très clair s’il s’agit d’une parodie ou d’un hyperréalisme), il y avait cette dissociation. Vous faites partie d’un groupe illégal qui veut réparer le monde, mais si dans une mission secondaire pour trouver un objet dans une usine abandonnée, vous devez faire 70 victimes, tout va bien.


Comme on dit, c’est une caractéristique inhérente au jeu, et elle doit être tonique comme ça: une histoire plus ou moins crédible et des mécanismes qui n’accompagnent pas (et franchement, plus sérieux et discordant nous semble le génocide dans lequel un couple de personnes monte ‘Le dernier d’entre nous 2’). Mais ‘Watch Dogs: Legion’ fait l’effort, en plus, non pas pour le justifier, mais au moins pour fournir quelques mécanismes qui accompagnent cette diffusion de responsabilité. Dans «  Legion  », n’importe qui peut faire partie de DedSec, donc il est compréhensible qu’il y ait pas mal de fous à bord.

A lire :  La première publicité PS5 concerne les capacités du DualSense

Cette mécanique, sans aucun doute le bastion sur lequel se dresse le nouveau jeu UbiSoft, d’une part enlève toute trace de réalisme à la mécanique: cela n’a pas de sens que le joueur peut commenter les tenants et les aboutissants d’une opération top-secrète (dans une ville hyper-surveillée) à littéralement n’importe quel passant. Et si vous lui rendez service, ce nouveau venu fait partie du noyau de l’organisation. Mais justement ce manque de vraisemblance justifie tout le reste: nous sommes confrontés à un non-sens proche des moments du «tout va» de «Far Cry», plutôt que du premier «Watch Dogs», qui prenait trop au sérieux une proposition qui en demandait plus. mambo.

Mais c’est aussi que, grâce à ce mécanisme, ‘Watch Dogs: Legion’ transmet très efficacement son message, qui vient déjà en remorque dans le titre. Comme le dit le démon biblique (plus ou moins), « Je m’appelle Légion parce que nous sommes beaucoup », et cela correspond comme un gant au concept de ce sosie anonyme comme une entité sans tête, multiple et donc schizophrène, où un ouvrier du bâtiment d’âge moyen et un comédien internet ont leur place, un agent secret et un athlète à la retraite. C’est le message du jeu, et celui qui, en mettant de côté les conneries, est très sérieux: si la force du système repose sur sa décentralisation, faites de même pour y mettre fin.

Choisissez votre propre hacker

Au-delà d’une question d’esthétique ou d’intrigue, ce que ces changements de personnalité renforcent chez le protagoniste est l’invitation à affronter les missions comme vous le souhaitez. Cela rend peut-être la première partie du jeu trop simple (vous pouvez toujours vous frayer un chemin n’importe où avec un membre DedSec avec une bonne puissance de feu), mais cela oblige bientôt le joueur à se creuser la cervelle. Déjà s’habituer, par exemple, à reconnaître des bâtiments à l’aide de drones piratables pour développer une stratégie.

A lire :  Un énorme 12 minutes de nouveau gameplay aussi "Les âmes du démon"

Watch Dogs Legion Screen 01 Ps4 Ps5 le 21juil20

Il est plus intéressant et amusant de pénétrer dans les bâtiments en utilisant la furtivité, et il arrive un moment où la puissance de feu d’Albion ou du clan Kelley est supérieure à la vôtre (ce sont les deux principaux méchants du jeu, des deux côtés du loi avant l’émergence de la quatrième force en discorde, les terroristes qui déclenchent l’intrigue du jeu). La furtivité deviendra votre meilleur allié, et les mécanismes sont adaptés à cela.– Des compétences et des outils qui l’améliorent (l’un des premiers gadgets offre une invisibilité momentanée) et, dès le début, la capacité de distraire ou de neutraliser les ennemis à distance.

Les quêtes secondaires, abondantes et parfaites pour parcourir ce Londres du futur proche et reconnaissable, regorgent de furtivité, nécessitant souvent des infiltrations pour des données ou des publicités de piratage, mais nécessitant également une étude et une analyse des bâtiments. , immense et magnifiquement conçu. Le Londres de «Watch Dogs: Legion» donne en grande partie le sentiment d’être vivant non seulement parce que, j’insiste, tout passant est recrutable, mais parce que ses constructions vont au-delà des simples façades en carton. le de nombreuses quêtes secondaires (qui incluent également des combats illégaux, des missions de lancement ou la désactivation des icônes ennemies) ils aident beaucoup.

Par conséquent, et lors de notre rencontre avec les responsables du jeu, c’était assez clair, l’effort qui a été fait pour recréer un Londres lumineux et vivant donne des résultats intéressants en termes de cadre. Autour de lui, toutes les possibilités du jeu sont affichées, héritées ou améliorées des tranches précédentes (tout pirater, en gros) et le résultat est un titre qui, bien que ne soulève que légèrement les enjeux de la tranche précédente, donne le sentiment d’aller beaucoup plus loin. .

A lire :  Windows 10 version 2004 provoque un bug de Windows Defender

Fait intéressant, cela s’applique également aux problèmes. D’une part, vous finirez par n’utiliser qu’une petite partie des possibilités qu’elle vous offre: par exemple, je n’ai guère vu la nécessité de contrôler à distance les voitures des autres (improvisé, c’est entendu). Pour autre, L’IA ennemie reste le grand must de la saga: leur tendance à oublier ce qu’ils font ou sa facilité à perdre des traces est un peu stupéfiante à ce stade. Et enfin, parfois, les énigmes de piratage de verrouillage n’ont pas évolué depuis le dernier épisode, et parfois elles sont un peu plombées.

Watch Dogs Legion E3 2019 1

Petits détails pour un jeu vidéo qui tonifie mieux ses intentions que les tranches précédentes: les dialogues et les situations sont encore un peu banals et manquent de substance, mais au niveau comment structurer les missions principales et secondaires (presque toujours liées au recrutement de nouveaux membres, c’est-à-dire que tout finit par avoir un impact sur le jeu principal) a des résultats narratifs très intéressants. Une livraison très réussie pour une saga qui peut encore continuer d’évoluer.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

L'ancienne Star De La Wwe Jake Hager Revient Dans La

L’ancienne star de la WWE Jake Hager revient dans la cage le 29 octobre au Bellator 250

Les Vraies Aventures De Wolfboy Review: Jaeden Martell Brille Dans

Les vraies aventures de Wolfboy Review: Jaeden Martell brille dans une histoire touchante d’acceptation