dans

WandaVision Disney+:La série Marvel disponible dès maintenant ! On regarde ?

Dans les deux premiers épisodes de WandaVision, qui seront diffusés en première le vendredi 15 janvier sur Disney Plus, se trouvent les premiers morceaux de récits de Marvel Cinematic Universe que les fans ont goûtés depuis Avengers : Endgame. En raison des complications liées à la pandémie de coronavirus, les fans de MCU n’ont jamais vu Black Widow (dont la sortie est prévue en mai), Eternals (dont la sortie est prévue en novembre) ou The Falcon and the Winter Soldier (dont la production a finalement été arrêtée pour une sortie à la mi-mars). Ce vide rend encore plus intense le battage médiatique autour des débuts de WandaVision – Marvel est enfin de retour. Et la fin du jeûne est en plus de la promesse faite par le cerveau de la franchise, Kevin Feige, que WandaVision est directement liée au prochain Doctor Strange in the Multiverse of Madness (qui doit sortir dans les salles dans un an) et à la direction de la phase 4 du MCU.

WandaVision: La série la plus « bizarre » de Marvel

Ouf ! C’est beaucoup de pression. Les premiers épisodes de WandaVision ne tiennent pas cette promesse. Ils n’en ont pas besoin non plus, car la promesse réelle de la série, écrite par Jac Schaeffer (The Hustle) et réalisée par Matt Shakman (Game of Thrones), est de faire pour l’histoire des sitcoms ce que Captain America a fait pour le film de guerre, Guardians of the Galaxy a fait pour le space opera, et Black Panther a fait pour les films d’espionnage. La sauce secrète de chaque film Marvel est la façon dont les cinéastes remplissent les légumes de l’histoire du cinéma dans un tourbillon de barbe à papa.

WandaVision est exactement la même chose sous forme télévisuelle, s’adonnant aux bizarreries de la comédie de situation tout en se débarrassant de son enveloppe conservatrice avec un soupçon de magie noire (quelque peu littérale) par-dessus. Le spectacle pourrait se terminer par des échos explosifs de Wanda et Vision’s Avengers : Des scènes de la Guerre de l’Infini – on ne sait pas encore. Mais ces premières demi-heures sont un cadeau pour les acteurs Elizabeth Olsen et Paul Bettany, qui fléchissent tous les os farfelus de leur corps. Le choix de faire de WandaVision une simple sitcom drôle avec une teinte surréaliste ne manquera pas de frustrer quiconque scrutera les scènes à la recherche d’indices qui alimentent la théorie.

[Note de la rédaction : cette histoire contient des spoilers mineurs pour les deux premiers épisodes de WandaVision].

À en juger par les 23 films que Kevin Feige a réalisés au MCU, il n’est pas trop investi dans la Merveille du Merveilleux. Il comprend comment la continuité d’une série construit les enjeux, et comment les teasers post-crédits portent leurs fruits, mais sa priorité est le genre. Le luxe du panthéon éclectique des super-héros de Marvel est qu’il peut réaliser Star Wars ou un James Bond dans sa propre boîte à jouets. Alors que la nostalgie alimente les décisions, la force de Feige réside dans la déconstruction – il peut prendre les films qu’il aimait quand il était enfant, les déconstruire jusqu’à ce qu’il sache comment ils fonctionnent, puis engager des réalisateurs et des acteurs de True Movie Star pour les reconstruire avec des personnages de marque. Lorsqu’il s’est agi de développer la télévision pour Marvel, il n’est pas surprenant que Feige, un enfant du New Jersey des années 1970 qui a probablement vu des épisodes de The Jeffersons sur la chaîne 5 après l’école, se soit tourné vers ses rediffusions de sitcom préférées et vers The Twilight Zone pour s’inspirer.

Wandavision

WandaVision est un plaisir car à ce stade, il ne s’agit pas de beaucoup plus que de cet exercice. Comme les récentes rediffusions par ABC de All in the Family et The Jeffersons, qui ont choisi Woody Harrelson dans le rôle d’Archie Bunker et Jamie Foxx dans celui de George Jefferson, le plaisir est de voir Schaeffer et Shakman faire revivre un format retiré. Et alors que la sitcom était considérée comme peu sérieuse il y a 50 ans, lorsqu’elle passait tous les soirs, les singeries d’Olsen et Bettany sont jouées avec une fantaisie théâtrale, en plus des comédies, mais pas vraiment des comédies, qui jonchent aujourd’hui FX, HBO et les banderoles.

Wanda et Vision, un couple d’amoureux pris au piège dans un monde qu’ils ne comprennent pas, jouent leur rôle à fond, se pelotonnant l’un l’autre avec des plaisanteries amoureuses, faisant la conversation à travers leur chasteté, séparant les lits jumeaux la nuit, et s’appelant l’un l’autre pendant la journée de travail. C’est une véritable parodie, jusqu’au dîner raté avec le patron que seule l’interprétation grinçante de « Yakety Yak » de Bettany peut distraire.

À la manière des Marvel, les deux premiers épisodes de WandaVision se terminent tous deux sur un mystère qui plane devant le public. Nous finirons par apprendre comment Wanda et Vision se sont retrouvés dans cette réalité simulée, basée sur la télévision. Mais les rebondissements dans l’univers se présentent sous la forme d’une comédie ; les personnages sont en grande partie Wanda, une superwoman télékinétique, et Vision, une IA toute puissante, habillée de vibranium et alimentée par la Pierre de l’Esprit. Ainsi, lorsque Vis se retrouve à son bureau, son moment de comédie de situation a moins à voir avec les délais ou les diatribes du patron qu’avec le fait de ne pas avoir la moindre idée de ce que les humains font pour le travail – même s’il le fait extrêmement bien.

« Depuis que vous êtes arrivé ici, la productivité a augmenté de 300 %… vous êtes comme un ordinateur ambulant », explique son collègue. Sa vision s’est arrêtée : « Je ne suis certainement pas comme ça ! Je suis un employé ordinaire à base de carbone fait de matière organique, tout comme vous ! Plus tard, dans un vrai Captain America : Bettany suggère que si un dîner de travail ne se déroule pas comme prévu, « ça pourrait être la fin ».

Olsen finit par jouer le rôle d’une personne honnête, comme Elizabeth Montgomery dans Bewitched. Qu’elle surprenne accidentellement le patron de Vision en portant de la lingerie, qu’elle le prenne pour son mari ou qu’elle ait affaire à la femme au foyer d’à côté (interprétée à la perfection par Kathryn Hahn), Wanda est à la fois au sommet des escapades magiques et au-dessus de sa tête. Sa magie fait tout dérailler, combinant les moments de sorcellerie les plus fous de Samantha avec les effondrements psychiques de Legion. Mais en n’abandonnant jamais la performance de trois caméras d’Olsen, WandaVision maintient le pastiche divertissant de la vieille télévision tout en laissant un sentiment de peur s’installer à l’écran.

Si les choses semblent sortir de l’ordinaire, Olsen fait appel aux maniérismes de Stepford Wife. Si une autre dimension se glisse dans la sienne, une bonne corvée ou deux deviennent une distraction utile. Cette sensation crée un sentiment de terreur absolue. Ce n’est qu’en 2021 que l’on comprend l’ampleur de la terreur qui se cache derrière la caméra dans un spectacle comme I Dream of Jeannie.

Wandavision 2

La précision avec laquelle Shakman filme et recrée la sitcom classique donne froid dans le dos quand WandaVision casse la forme, par un gros plan, un signal musical déformé ou la mise au point occasionnelle d’un rack. Ces mêmes choix ont également un effet stimulant. En rupture avec les traditions des années 50 et 60, les véhicules de la fausse sitcom des deux premiers épisodes font tout leur possible pour faire appel à des personnes de couleur et pour mettre en évidence la misogynie flagrante qui a transformé des séries comme Leave It to Beaver en symboles d’une époque révolue. Lorsque l’actrice Teyonah Parris apparaît dans l’épisode 2 comme l’une des nouvelles copines de quartier de Wanda, Geraldine, WandaVision a le beurre et l’argent du beurre. Les anciennes séries n’avaient jamais eu de femmes noires jouant ce type de rôle à la perfection, mais « Geraldine » sait clairement qu’elle n’est pas censée être là. (Et vu que les premières rumeurs suggéraient qu’elle jouait Monica Rambeau, la fille adulte de Maria de Captain Marvel, Geraldine sait peut-être qu’elle n’est même pas Geraldine).

La seule chose à savoir sur WandaVision, c’est qu’au début, ce n’est pas une suite de Endgame, un pont vers Doctor Strange 2, ou une série télévisée issue de la tradition Marvel en fusion. Et contrairement aux films du MCU, qui ont le luxe de garder les fesses dans les sièges pendant deux heures et de s’expliquer en un seul souffle, cette histoire est découpée en morceaux, laissant beaucoup de place pour les attentes non satisfaites. Une sitcom est légère. Une histoire de Marvel pourrait avoir besoin d’être autre chose. Mais pas dans ce cas – WandaVision est WandaVision, et si vous pouvez la regarder pour ce qu’elle est, c’est une télévision satisfaisante.

 

  • WandaVision Men's T-Shirt - White - XXL - Blanc
    American miniseries based on characters Wanda Maximoff and Vision, set in the MCU the series takes place after the Avengers: Endgame. Wanda and Vision are living a suburban life in Westview, New Jersey the couple soon suspect that not everything is as it seems. Aired in January 2021 it is the first series in phase four of the MCU.Immerse yourself with the world of Marvel Comics with this selection featuring beloved characters like Iron-Man, Ant-Man and Hulk. With reference to the original comics and the newest cinematic blockbusters from the Marvel Universe, this selection has got the lot!All T-shirts are made from pre-shrunk 100% Cotton (excl. Grey at 90% Cotton & 10% Polyester) for excellent comfort. If you prefer a baggier fit, please order one size larger.
  • WandaVision Men's T-Shirt - Black - XL - Noir
    American miniseries based on characters Wanda Maximoff and Vision, set in the MCU the series takes place after the Avengers: Endgame. Wanda and Vision are living a suburban life in Westview, New Jersey the couple soon suspect that not everything is as it seems. Aired in January 2021 it is the first series in phase four of the MCU.Immerse yourself with the world of Marvel Comics with this selection featuring beloved characters like Iron-Man, Ant-Man and Hulk. With reference to the original comics and the newest cinematic blockbusters from the Marvel Universe, this selection has got the lot!All T-shirts are made from pre-shrunk 100% Cotton (excl. Grey at 90% Cotton & 10% Polyester) for excellent comfort. If you prefer a baggier fit, please order one size larger.
  • WandaVision Men's T-Shirt - White - XS - Blanc
    American miniseries based on characters Wanda Maximoff and Vision, set in the MCU the series takes place after the Avengers: Endgame. Wanda and Vision are living a suburban life in Westview, New Jersey the couple soon suspect that not everything is as it seems. Aired in January 2021 it is the first series in phase four of the MCU.Immerse yourself with the world of Marvel Comics with this selection featuring beloved characters like Iron-Man, Ant-Man and Hulk. With reference to the original comics and the newest cinematic blockbusters from the Marvel Universe, this selection has got the lot!All T-shirts are made from pre-shrunk 100% Cotton (excl. Grey at 90% Cotton & 10% Polyester) for excellent comfort. If you prefer a baggier fit, please order one size larger.