Et si les VTC n’étaient pas les ennemis des transports en commun ?

vtc trafic avantage
Temps de lecture : 3 mn
vtc trafic avantage

Pas une de vos sources d’information qui n’ait titré au moins une fois ces dernières semaines sur l’impact négatif en termes de trafic des plate-formes VTC (Uber & Lyft principalement). Les data donnent raison à ceux qui critiquent ces taxis 2.0 car oui ils sont plus pratiques, plus confortables et toujours là pour nous transporter même tard la nuit, même depuis mon point de départ et jusqu’à mon point d’arrivée. Alors, oui, ils se substituent dans les grandes villes au transport en commun.

Il faut pourtant aller un peu plus loin que la critique facile car cette nouvelle offre de transport a de nombreux atouts à explorer/exploiter.

Déjà des impacts positifs

Opposer plateformes VTC et transport en commun c’est ne pas prendre en compte une partie de plus en plus importante de la population, celle des personnes ayant des difficultés de déplacement notamment les personnes âgées.

Nous vivons/vivrons de plus en plus longtemps mais pas nécessairement avec les facultés de locomotion de nos vingt ans. Combien de personnes âgées renoncent à se déplacer (aller garder les petits enfants, au musée, chez le médecin…) car les transports en commun ne sont pas la bonne solution (monter/descendre les escaliers du métro/RER/bus, être débout ou bousculé.e…) ? Heureusement pour elles la liberté de se déplacer est dorénavant à portée de clic.

Par ailleurs une étude réalisée par l’Université d’Austin révèle que l’apparition des services de VTC a permis de réduire de 10% les accidents mortels liés à la consommation d’alcool. Tard la nuit, quand métro/bus sont au dépôt, les VTC tournent dans les rues et permettent à chacun de rentrer chez soi après une soirée bien arrosée.

Raisonner en termes de complémentarité plutôt que de concurrence

Tout le monde ne vit pas dans cette cité idéale offrant des transports en commun fréquents, localisés au pied des immeubles. Il y a la banlieue, la grande banlieue, la campagne. Là où les bus/métro ne vont et n’iront pas, les VTC peuvent offrir à la population une offre de transport opportune.

Certaines localités US ont déjà mis fin à des lignes de bus régulières et non-rentables pour mettre en place des partenariats avec Uber et Lyft. Phoenix offre à ces habitants des discounts sur le prix d’une course effectuée depuis un arrêt de bus supprimé. Denver va plus loin en offrant le transport en VTC quand celui-ci est effectué pour se rendre vers une station de transport public.

Réduire les déplacements solo

Une politique de transport prend en compte deux critères : augmenter les distances parcourues par les populations d’un côté, diminuer le nombre de kilomètres effectués par des voitures de l’autre.

Lyft Line t UberPool sont deux solutions que les pouvoirs publics devraient considérer avec attention et bienveillance. Ces deux services sont des offres de VTC partagés. Offres qu’il convient de développer en incluant des solutions de covoiturage qui ne demandent qu’à se développer. Certaines villes ayant mis en place des péages à leur entrée ont adopté un tarif avantageux pour les VTC partagés (Londres, Stockholm, Singapour). Uber et Lyft sont demandeurs de ce type de partenariat pour développer leur service Line et Pool.

A un peu plus long terme l’apparition dans nos rues des véhicules autonomes doit être anticipée. Nous vous avons déjà fait part d’une étude indiquant que les VA individuels pourraient avoir un impact négatif sur le nombre de kilomètres parcourus (il est moins cher de faire rouler un VA électrique que de le laisser dans un parking). Et les plateformes VTC attendant avec une impatience de moins en moins dissimulée de pouvoir remplacer le couple chauffeur/véhicule par une voiture autonome. C’est dès à présent qu’il faut concevoir comment intégrer dans une politique de transport efficace l’incitation à l’utilisation partagée d’un VA.

0