dans

Virus, guerre, crise économique. C’est bien d’éteindre la télé

En période de crise internationale, regarder les informations télévisées est terrible. Ou ils parlent de la hausse du dollar, de la crise américaine, de la Bourse de New York ou de la baisse de la production. Le mot crise, désormais ajouté à la pandémie du nouveau coronavirus, peut être remarqué, se répète jusqu’à épuisement dans toute actualité. Nous ne parlons que de crise, de guerre et de tout ce qui enivre l’être humain. Oui, c’est toxique. C’est comme être exposé au césium, ou à quelque chose de très toxique, qui efface le corps physique des gens. Nous avons commencé à nous inquiéter. Au lieu de deux, nous n’achetons qu’un litre de lait au supermarché car si la crise survient. Au lieu de penser à la prospérité, nous ne pensons qu’à la crise.

Mais, comme la vie est une succession de revers, quand il s’agit de publicités, ils commencent à parler d’offres. Combien Casas Bahia accordera une réduction seulement le lendemain. Comme la voiture GM est géniale et douce, vous devez en avoir une à tout prix. Avec vous, vous devez être heureux, heureux, heureux, comme si le bonheur était acheté au supermarché. Et vous restez là, prostré sur le canapé en pensant à la mort de la génisse, parce que vous ne savez pas quoi penser d’autre. J’ai décidé. Au moment de l’actualité ou je m’occuperai de mes plantes. Je vais lire un nouveau livre de Zíbia Gasparetto, lire sur la psychologie (ma passion). J’ai mis un film sur le DVD, tout ce qui ne me fait pas rester là, je l’ai exposé. Et je suis sûr que vous devez penser que je suis un fou qui ne sait pas ce qui se passe dans le monde.

Je ne suis pas. Je ne m’expose tout simplement pas à une overdose des mêmes choses. Connaissez-vous la différence entre le médicament et le poison? Le dosage. Si nous en prenons trop, cela nous tue au lieu de nous guérir. Et la télé veut que nous nous tenions devant elle et avalions tout ce qu’elle nous offre. Ah, assez de détritus. Il est normal de savoir ce qui se passe, mais en être fou.? Ma sœur, propriétaire d’une boutique de lingerie, a senti le mouvement chuter de 50%.

Maintenant, la moitié des femmes n’ont plus besoin de culottes? Ou n’achètent-ils tout simplement pas parce qu’ils ont peur que la crise survienne? Alors, que se passe-t-il? Ma sœur ne vend pas, elle renvoie l’employé, l’employé n’achète plus ailleurs et alors oui, la crise arrive. Tout ça parce qu’une folle, qui avait besoin de culotte, avait peur de l’acheter après avoir regardé la télévision!

L’argent est l’énergie. Et c’est à cela que ça sert, à dépenser. Bien sûr, nous avons besoin d’un budget, d’une organisation. Bien sûr, nous devons savoir ce que nous dépensons et comment et ne pas tomber dans des promotions et des versements pleins d’intérêt, intérêt que seuls les grands (qui peuvent acheter des dîners pour cinq mille reais) gagnent. Mais être contaminé par les peurs des autres est ridicule.

Pensez à la façon dont cela se passe dans votre vie. Pas seulement sur l’argent, mais sur n’importe quoi. Une fois, un de mes amis a passé une demi-heure à me dire à quel point le vol qu’elle avait regardé à la télévision avait été horrible. Ce que le voleur a fait, comment il l’a fait, combien cela a dû être horrible pour ces gens. Résultat: elle a également été agressée l’autre jour.

Tout ce que nous envoyons à l’Univers nous revient. Sinon d’une manière, d’une autre. Que diriez-vous d’oublier la crise et de faire comme beaucoup d’entrepreneurs qui disent avec véhémence que la crise n’existe que de l’extérieur. Nous allons laisser les États-Unis récolter ce qu’ils ont semé au fil des ans et se concentrer ici. Sur nous. Dans nos affaires. Ce qui est important pour nous. Et faites confiance à Dieu, à l’énergie, à tout ce qui vous protège, lorsque nous utilisons cette énergie de protection.

Moins de télévision. Meilleur sens et plus d’âme. Jamais.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂