in

Venom: Let There Be Carnage Rating peut décevoir les fans qui s’attendent à une cote R

C’est officiel, Venom : Let There Be Carnage est classé PG-13. Dans un coup décevant pour les fans qui espéraient une sortie plus violente et classée R pour l’anti-héros symbiote, le Venin La suite a maintenant reçu une note de PG-13 par la MPAA pour « des séquences intenses de violence et d’action, un langage fort, du matériel dérangeant et des références suggestives ».

Tout comme l’épisode précédent, celui de 2018 Venin, qui a également reçu une note de PG-13 « pour les séquences intenses de violence et d’action de science-fiction, et pour le langage », Venom : qu’il y ait un carnage a une fois de plus visé un réseau plus large, ce qui attristera sans aucun doute ceux qui espéraient que le suivi poursuivrait la tendance des films de bandes dessinées classés R par des gens comme Dead Pool et Logan. Bien que beaucoup craignent désormais que Venom, et en particulier Carnage, aient été stérilisés pour leur première bataille sur grand écran, le teasing de « séquences intenses de violence et d’action » et de « matériel troublant » devrait, espérons-le, contribuer à apaiser ces préoccupations.

Reprise plus d’un an après les événements de la première Venin, le journaliste d’investigation Eddie Brock a du mal à s’adapter à la vie en tant qu’hôte du symbiote extraterrestre Venom, qui lui confère des capacités surhumaines afin d’être un justicier mortel. Brock tente de relancer sa carrière en interviewant le tueur en série Cletus Kasady, qui devient l’hôte du symbiote Carnage et s’échappe de prison après une exécution ratée.

Distribué par Sony Pictures Releasing, Venom : qu’il y ait un carnage est réalisé par Andy Serkis d’après un scénario de Kelly Marcel, et basé sur une histoire qu’elle a écrite avec Tom Hardy qui reprend le double rôle d’Eddie Brock et de Venom. « Ils sont maintenant ce qui est, en fait, l’étape du couple impair de leur relation », a précédemment révélé Serkis à propos de la relation continue et incompatible entre Eddie et Venom dans la suite. « Ils sont ensemble depuis… un an et demi, disons, depuis la dernière histoire. Et ils découvrent comment être ensemble. Et c’est comme vivre avec ce bambin maniaque. Eddie a vraiment du mal. Il n’arrive pas à se concentrer. Il essaie de continuer son travail. Et, bien sûr, il ne pense qu’à lui de toute façon, dans l’ensemble. « 

Aux côtés de Hardy, Michelle Williams, Reid Scott, Naomie Harris et Stephen Graham, Woody Harrelson reprenant le rôle de Cletus Kasady. Faire sa première apparition lors d’une scène post-générique à la fin de Venin, Harrelson sera maintenant libéré de la laisse, se transformant en Carnage maniaque pour les débuts sur grand écran du méchant préféré des fans.

Les rumeurs récentes d’un autre retard de libération auraient été largement exagérées, des sources affirmant que Venom : qu’il y ait un carnage ne sera pas repoussé grâce à la popularité écrasante de son ennemi juré, Spider-Man. « L’enthousiasme sans précédent est également un signe bienvenu pour Sony Pictures, qui s’est engagé à une sortie en salles exclusive pour » No Way Home « le 17 décembre, malgré les récents retours moins que blockbuster pour les sorties en salles alors que les cas de COVID continuent d’augmenter en raison à la variante delta », selon un récent rapport. « Sony a récemment poussé son autre long métrage de bande dessinée à venir, Venom: Let There Be Carnage, de septembre à octobre (bien qu’un initié du studio affirme que les rumeurs selon lesquelles le film ira plus loin jusqu’en 2022 ne sont pas vraies). »

Ainsi, Venom : qu’il y ait un carnage est toujours prévu pour sortir en salles aux États-Unis le 15 octobre 2021. Venom : qu’il y ait du carnage La cote PG-13 est une gracieuseté de la MPA via Comicbook.com.

Sujets : Venom, Venom 2

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂