dans

Une nouvelle payola? Spotify proposera aux musiciens de monter dans l’algorithme en échange de facturer moins

Une nouvelle payola?  Spotify proposera aux musiciens de monter dans l'algorithme en échange de facturer moins

Spotify a quadrillé le cercle de l’industrie musicale en 2020. Finie les années où une grande partie des musiciens et des auditeurs interprétaient son émergence comme une clé du futur face aux pratiques stagnantes et monopolistiques des grands labels. Aujourd’hui, le monopole réside dans le diffusion, et Spotify est la plate-forme dominante du secteur. En cours de route, il est passé de héros en méchant. De l’agent de réforme à une partie du problème.

Découvrir. Votre dernière annonce en est un bon exemple. Spotify souhaite introduire un « Mode Découverte » qui permettra à ses utilisateurs d’accéder régulièrement à de nouvelles chansons. Ces nouveautés, accordées selon les goûts de chacun, seront automatiquement reproduites dans les formats «Autoplay» et «Radio». Et quels groupes bénéficieront d’un tel privilège? Ceux qui accèdent à une « redevance promotionnelle » en retour. Autrement dit, un paiement inférieur pour les droits de la chanson.

Dans ses mots:

Pour s’assurer que l’outil est accessible aux artistes à tout moment de leur carrière, il ne nécessitera aucun paiement direct. Au lieu de cela, les labels ou titulaires de droits accepteront de recevoir une redevance promotionnelle pour chaque flux dans les sessions d’écoute personnalisées que nous proposerons avec ce service.

Payola. Traduit: Spotify va offrir aux artistes une plus grande présence dans son algorithme de recommandation et dans son très populaire listes de lecture en échange de recevoir moins d’argent pour chaque écoute. Dans le jargon de l’industrie, cette pratique a toujours été connue sous le nom de «payola». Historiquement, les stations de radio acceptaient de jouer certaines chansons en échange d’un paiement souterrain de l’artiste ou de la maison de disques. Aux États-Unis, il s’agissait d’une pratique illégale car elle était considérée comme de la publicité secrète.

A lire :  iPad Pro: Première mini-LED, puis OLED dans la seconde moitié de 2021

XXI siècle. Spotify a voulu se couvrir le dos. Un porte-parole de la société, Charleton Lamb, a voulu minimiser la réduction des redevances avec un euphémisme élaboré: « [La nueva herramienta] ne signifie pas moins de redevances. Si une chanson fonctionne bien, les titulaires de droits peuvent voir un retour sur investissement positif. Sinon, ils peuvent le désactiver. »Dans sa déclaration, Spotify insiste également sur le fait que les chansons ne resteront en mode découverte que si elles réussissent avec les auditeurs.

« La satisfaction de nos auditeurs est notre priorité. Nous ne garantissons pas l’exposition aux labels ou aux artistes, et nous ne recommanderons que des musiques que nous pensons que les auditeurs veulent entendre », précisent-ils.

problèmes. C’est un pas de plus sur la voie de la rentabilité, mais controversé dans un climat de mobilisation et de mécontentement croissant des musiciens du monde entier. L’annonce a provoqué un torrent de critiques, tant de la part des associations que de personnes. C’est parce que si les demandes des musiciens tournent autour d’une juste rémunération des auditeurs, la solution Spotify passe par réduire une telle rémunération en échange de la montée des positions dans l’algorithme.

Justice. Deux campagnes ont placé Spotify au centre des revendications des musiciens. Le premier, promu par l’Union des musiciens et travailleurs apparentés, a été baptisé «Justice pour Spotify» et accumule plus de 16 000 signatures. Son message est simple: « La plateforme continue de prendre de la valeur, mais les musiciens du monde entier continuent de recevoir un peu moins que des miettes en compensation de leur travail. » Plus précisément, environ 0,038 € pour chaque courant.

A lire :  Virgin Galactic dévoile la cabine futuriste de SpaceShipTwo, son navire de tourisme spatial

Le second est à l’initiative d’un artiste britannique, Tom Gray, et s’intitule #BrokenRecord. Il a retenu l’attention depuis le début de l’été. Essentiellement, il partage les revendications du syndicat: une plus grande transparence, une rémunération équitable pour les musiciens et un appel à réformer les mêmes pratiques abusives de l’industrie de la musique désormais canalisées par Spotify, et non par les labels. En mai a organisé un festival virtuel avec la participation, entre autres, des Shins.

Conflit. Les intérêts de Spotify et des musiciens sont contradictoires. La plate-forme contrôle une part croissante du gâteau et souhaite étendre son pouvoir en créant une plus grande dépendance à la fois des artistes et des labels. En mars, il a lancé « Marquee », un autre outil permettant aux labels de promouvoir de nouveaux albums auprès d’un public sélectionné. Lors du paiement. Spotify a renversé la situation: charge pour l’audience au lieu de payer pour la musique.

Les musiciens, pour leur part, souhaitent augmenter leurs revenus en diffusion, le canal déjà dominant de l’entreprise. Ils ont raison dans leurs demandes: Spotify paie peu par rapport à d’autres services, tels que Tidal ou Deezer, mais son importance est plus grande car c’est le principal. Les propos malheureux de son PDG, dans lesquels il exhortait les artistes à simplement «travailler plus», ont aiguisé la confrontation. Un qui menace de ressusciter les mêmes vieux problèmes de la musique.

Remplacer uniquement le majors pour un seul Majeur. Spotify.

Image: Omid Armin / Unsplash

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

La Ps5 A Apparemment Vraiment Moins De Mémoire Utilisable Que

La PS5 a apparemment vraiment moins de mémoire utilisable que la Xbox Series X.

Brandon Routh Dit Que Revenir En Tant Que Superman Dans

Brandon Routh dit que revenir en tant que Superman dans le film Flash est absolument une possibilité