dans

Une nation, un abonnement: le GoI en pourparlers avec les éditeurs pour accéder à des revues de qualité pour les chercheurs et les citoyens indiens

Afin de rendre la recherche internationale plus accessible aux chercheurs en Inde, le gouvernement fait pression pour un plan d’accès «une nation, un abonnement» aux revues savantes. Actuellement, les articles de recherche sont hébergés par des éditeurs universitaires (Elsevier, Oxford University Press, Wiley, etc.), qui proposent des abonnements à une sélection de revues dans diverses disciplines de recherche moyennant des frais annuels. Un abonnement national donnerait aux universitaires et aux chercheurs du pays l’accès à une variété de revues dans le cadre d’un seul plan d’abonnement national. Le gouvernement indien serait en train de négocier avec des éditeurs scientifiques du monde entier pour mettre en place le plan d’accès à la revue, les chercheurs se concertant sur le processus, selon un rapport publié dans La nature. La proposition s’inscrit dans le cadre de la nouvelle politique en matière de science, de technologie et d’innovation, en cours d’élaboration par le Bureau du principal conseiller scientifique du gouvernement indien et le Département de la science et de la technologie.

Dans les semaines à venir, une ébauche du plan d’accès à la revue sera publiée et une approbation du Cabinet pourrait être attendue d’ici la fin de l’année, ajoute le rapport. En cas de succès, l’Inde serait le plus grand pays à conclure un accord qui donnerait accès à des articles autrement derrière un paywall, à tous les citoyens, ont déclaré des chercheurs.

Une nation, un abonnement: le GoI en pourparlers avec les éditeurs pour accéder à des revues de qualité pour les chercheurs et les citoyens indiens

Le plan d’accès aux revues nationales est un service d’abonnement à des tarifs réduits, et pas le même que le mouvement de libre accès (OA), qui est relativement nouveau. Conçu il y a environ 25 ans à l’époque d’Internet, OA est depuis devenu un mouvement mondial pour promouvoir le partage gratuit et rapide d’informations scientifiques entre les chercheurs. Il assure une plus grande diffusion (numérique) et une meilleure trouvabilité des résultats de la recherche et, par conséquent, un impact potentiel plus important sur la science et la société. Mais le libre accès a également suscité l’intérêt des membres du grand public. En Allemagne, parmi d’autres pays, les instituts de recherche ont se réunissent pour acheter des abonnements qui permettent à ses universitaires et à ses citoyens pour accéder à la recherche du monde entier dans le cadre d’un plan national d’accès aux revues.

A lire :  "Halo infini": Art Book révèle la date de sortie?

Un effort mondial différent, politiquement motivé, est en cours pour ouvrir l’accès à la recherche, appelé «Plan S». Dirigé principalement par des bailleurs de fonds, des chercheurs et des institutions en Europe pour l’Europe, le programme cherche à accélérer la transition vers un monde entièrement ouvert. La période de consultation pour le Plan S a pris fin au début de 2019 et a généré des réponses qui ont rempli des milliers de pages et ont déclenché un large débat autour de l’OA, a déclaré Jon Tennant dans une histoire pour laquelle il est l’auteur la conversation sur le plan S. Certaines de ces préoccupations chevauchent celle du libre accès à l’échelle nationale.

« Les éditeurs veulent gagner de l’argent en échange d’un service. Les universitaires chevronnés, qui ont bâti leur carrière sur la publication dans des revues traditionnelles, pourraient penser que le fait de perturber cette publication nuit à leur statut. Les sociétés savantes ont besoin des revenus générés par l’édition pour soutenir d’autres activités pour leurs membres », Dit Tennant. « Une différence par rapport au débat sur le Plan S est que le cas idéologique et pratique du libre accès a déjà été gagné. La question est désormais simple de la mise en œuvre et du développement d’un système équitable d’accès à la recherche dans le monde. »

Plan S exige que les scientifiques et les chercheurs qui bénéficient d’organisations et d’institutions de recherche financées par l’État dans l’UE publient leurs travaux dans des référentiels ouverts ou dans des revues accessibles à tous d’ici 2021.

L’Inde a déjà clairement exprimé sa position sur le Plan S – cela ne fonctionne pas pour nous. Le volume de recherche en provenance d’Inde est élevé – le troisième au monde en 2018. Mais les revues, et en particulier les publications en libre accès, demandent à l’avance des frais de traitement pour que les recherches y soient publiées. Ce n’est pas une option faisable pour l’Inde, avec ses résultats de recherche diversifiés provenant d’une variété d’institutions qui ne sont peut-être pas en mesure de payer les frais sur une base continue.

A lire :  Le niveau mondial de la mer augmentera considérablement d'ici 2100 en raison de la fonte des calottes glaciaires du Groenland et de l'Antarctique

Un plan national d’accès aux revues constituerait une approche considérablement différente de l’OA, et une approche que le gouvernement envisage déjà, avec un certain sérieux. Le succès de ces discussions dépendra en grande partie du fait que les éditeurs acceptent des tarifs réduits pour la publication de recherches dans leurs revues, selon le conseiller scientifique principal du gouvernement.

« Nous devons discuter formellement avec les éditeurs, les sociétés savantes et les revues en libre accès pour élaborer une politique et négocier avec eux … ce que nous ferons sera ce que nous pensons être le mieux pour notre contexte. » Raconté Le fil dans une interview d’octobre 2019. << Une question distincte de tout cela, qui doit simultanément être traitée à son niveau complet pour que cela soit efficace, est de savoir comment nous devons évaluer les individus, les groupes d'individus, les institutions et la recherche en général. À moins que cela ne subisse un changement radical à l'échelle mondiale, tout cela sera cosmétique. "

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Hansgrohe Set de finition pour mitigeur thermostatique ShowerSelect E encastré haut débit avec une sortie permanente et un robinet d’arrêt
    1 sortie = 1 fonctionsbouton Select marche/arrêt pour une sortiecartouche thermostatique BTC haut débit, mécanisme Push marche/arrêtbutée de confort à 40° Climiteur de température réglableDébit du raccordement de la douchette sous 3 bar: 34 l/mindébit de sortie supérieure: 59 l/mincomprenant: poignée, douille
  • Purline Rafraîchisseur d'air gros volume, le silence en plus, Rafy 125 pour des grande pièces.
    Purline  Un rafraîchisseur d'air ultra efficace, avec le silence en plus ! Modèle : Rafy 125 Avec le Rafy 125, les rafraîchisseurs d'air domestique passe le cran au dessus.  Rafy 125 est un rafraîchisseur d'air puissant, il est une très bonne alternative au climatiseurs avec quelques avantages, et quelques
  • Axess Industries Station murale avec flacons pour les yeux et le corps Composition Solution ...
    Station murale de 1 ou 2 flacons pour laver les yeux ou le corps en cas de contamination. - Le flacon de solution saline stérile de chlorure de sodium (0.9%) convient tout particulièrement au rinçage des yeux contaminés par des corps étrangers tels que les pouss...

Stevie Nicks veut que Harry Styles joue dans une série télévisée inspirée de Rhiannon

Pour des raisons environnementales. Honda quitte la F1 fin 2021