dans

Une « identité numérique européenne » pour tous les citoyens : acheter, enregistrer ou porter le DNI sur le mobile sera possible à partir de 2022

Tous les citoyens européens auront accès à un « portefeuille numérique », une plate-forme créée par l’Union européenne à partir de laquelle nous pouvons nous identifier, s’inscrire, louer une voiture ou payer des impôts depuis le mobile. Les plans de cette nouvelle « Identité numérique européenne » sont déjà connus, un projet ambitieux pour éviter d’avoir à passer par l’enregistrement de grandes entreprises technologiques et accessoirement unifier l’accès électronique au niveau européen sous la même grande plateforme.

Cette ‘Digital Identity’ sera reconnue par tous les pays européens, elle servira à nous identifier depuis le mobile et les grandes entreprises technologiques seront obligées d’accepter son utilisation, comme l’explique la Commission européenne.

Que peut-on faire avec ‘l’identité numérique européenne’

« L’identité numérique européenne nous permettra de faire dans n’importe quel État membre, sans frais supplémentaires et avec moins d’obstacles, ce que nous faisons chez nous, que ce soit louer un appartement ou ouvrir un compte bancaire en dehors de notre pays » explique Margrethe Vestager, VP Europe en charge du digital.

Il est également conçu pour les démarches administratives. « Par exemple, lors de la présentation du déclaration de revenus ou lors de l’inscription dans une université où une pièce d’identité officielle est requise. Les portefeuilles d’identité numérique européens offrent une nouvelle possibilité de stocker et d’utiliser des données pour toutes sortes de services, de la facturation à l’aéroport à la location de voiture », explique Thierry Breton, commissaire chargé du marché intérieur.

La nouvelle plateforme européenne permettra lien avec le permis de conduire, les diplômes, le compte bancaire… La proposition indique que les États doivent reconnaître chacun de ces « portefeuilles » pour les introduire de manière informelle sur la plateforme.

L’«Identité numérique européenne» sera accessible à tous les citoyens et entreprises et promettre que « le contrôle des utilisateurs sur leurs données sera garanti », pouvoir choisir quels aspects de l’identité sont partagés avec des tiers.

En pratique, ce que des entreprises telles que Google ou Amazon proposent désormais, dans les années à venir, pourra également se faire via cette plateforme européenne. Celle que, suivant ce qu’exprime la Commission, toutes les grandes entreprises (celles qui comptent plus de 10 % d’utilisateurs de la population européenne) doivent la mettre en œuvre.

Banque de l'Aïd

On ne sait pas encore à quoi ressemblera ce « portefeuille numérique ». Il peut s’agir d’une application centralisée ou d’une API commune que les différents états implémentent. La proposition explique qu’elle permettra nous identifier à la fois en ligne et hors ligne, il peut donc s’agir d’un document, d’un code QR ou d’un PDF contenant des données pouvant être montrées à un agent de l’autorité et ayant une validité. Chaque pays proposera sa version nationale, mais la base sera commune au niveau européen.

Identité bancaire

La plateforme permettra de stocker une série de documents, des données d’identification à notre compte bancaire. Dans ces conditions, ouvrir un compte dans une banque par exemple sera aussi simple que de sélectionner les documents et de les envoyer. À ce jour, ces processus rapides peuvent être effectués via des plateformes de paiement, mais avec « l’identité numérique européenne » on s’attend à ce qu’il s’éloigne des intérêts commerciaux particuliers de ces sociétés.

Quel est le calendrier et les prochaines étapes

L’« Identité numérique européenne » est le projet qui englobe diverses initiatives dans le cadre eIDAS, proposé en 2014. Nous avons de eSignature pour signer des documents, eID pour nous identifier électroniquement ou le ‘Electronic Registered Delivery Service’ pour protéger les documents contre les dommages et les altérations. Ces projets seront combinés pour créer le nouveau portefeuille numérique.

À ce jour, certains pays disposaient d’une identification numérique et d’autres non. Les DNI électroniques actuels continueront de fonctionner, même s’ils seront probablement adaptés pour se transformer et tirer parti des capacités du nouveau projet.

Avec cette proposition, une tentative sera faite d’unifier les critères et pour cela, tous les pays ont été invités à collaborer pour disposer, à compter de septembre 2022, du cadre complet. En vue d’octobre 2022 pour commencer à se tester dans des projets pilotes. Une fois mis en service, les grandes entreprises auraient un an pour s’adapter.

Plus d’informations | Commission européenne

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂