in

Une femme vend la maison de son père avec sa veuve qui y vit toujours

Une femme est qualifiée de « méchante » et « sans cœur » pour avoir vendu la maison de son défunt père alors que sa veuve y vit toujours.

Dans un message sur le sous-Reddit « r/AmITheA–hole » (AITA), où les gens demandent s’ils ont tort dans un conflit, elle a expliqué comment elle était arrivée à sa décision.

Elle fut surprise d’apprendre que la quasi-totalité de la succession de son père lui avait été léguée, seule une petite partie revenant à sa veuve, juste assez pour l’empêcher de contester le testament.

La femme ne voulait pas de l’argent ou des biens de son père à cause de leur relation tendue.

Elle dit que non seulement elle n’a pas besoin des actifs de son père, « étant donné notre relation, je ne me sens pas bien de les utiliser ».

Elle et son père n’étaient « pas proches » – même s’ils étaient en contact régulier, écrit-elle, « je ne peux pas dire qu’aucun de nous ne se connaisse bien ».

Plutôt que de le garder pour elle, la fille a transféré la plupart des actifs au fonds en fiducie de sa fille.

Mais son père vivait dans un autre pays, ce qui l’empêchait de gérer sa maison.

Plutôt que de « s’occuper de l’administrateur de ses biens », la fille écrit qu’elle veut « que les affaires juridiques soient réglées et fermer le livre sur un chapitre très douloureux, et pleurer tranquillement ».

Mais sa belle-mère Penny vit toujours dans la maison et est incapable de s’en occuper financièrement.

La fille écrit que la maison est « assez grande » et que Penny ne travaille pas et dépendait financièrement de son père.

Cela signifie que sa fille « devrait alors entretenir la maison et le terrain pendant qu’elle y vivait ».

Elle n’est pas disposée à le faire, « à la fois à cause du coût et de l’implication continue dans la vie de mon père, ce que je ne veux pas ».

Ses beaux-frères et sœurs l’ont qualifiée de « méchante et sans cœur » pour avoir vendu la maison dans laquelle vit leur mère.

Après avoir informé sa belle-mère par l’intermédiaire d’avocats de son intention de vendre la maison, elle dit avoir reçu « des messages vicieux et au vitriol de la part de ses enfants ».

Elle a poursuivi en écrivant qu’elle comprenait leur version de la situation, « mais je ne suis pas responsable de ce que mon père a décidé de faire ni … des gens ou du désordre qu’il a laissé derrière lui. »

Elle ajoute qu’elle n’a aucune mauvaise intention envers Penny, mais qu’elle « essaye juste d’en finir avec une partie traumatisante de ma vie ».

La question s’est avérée très controversée, mais la majorité des commentateurs ont compris la position de la femme.

Quelques utilisateurs ont estimé que la femme devrait adopter une approche plus gentille avec sa belle-mère. L’une d’elles a souligné qu’alors qu’elle était dans le droit légalement, mais qu’elle patinait sur de la glace fine morale.

Mais la plupart des utilisateurs ont convenu qu’elle n’était pas obligée de prendre soin de Penny. Comme l’a dit un utilisateur, « votre père a structuré sa volonté comme ça pour une raison. Ce n’est pas votre affaire. »

Une autre commentatrice a suggéré un compromis dans lequel elle pourrait « donner [Penny] et sa famille une chance d’acheter la maison avant de la mettre en vente », tandis qu’un autre a proposé un plan de « location avec option d’achat ».

Mais il y avait une chose sur laquelle presque tous les utilisateurs étaient d’accord : s’il y a un méchant dans cette histoire, c’est le défunt père de la femme.

Un utilisateur l’a qualifié de « mesquin et vindicatif » pour tout sauf de laisser sa veuve hors du testament, tandis qu’un autre a écrit : « il est très cruel d’avoir laissé sa femme… complètement vulnérable ».

Un autre commentateur l’a parfaitement résumé.

« Je trouve inadmissible qu’il n’ait laissé qu’une petite somme à sa veuve… Pourquoi diable était-il marié à quelqu’un dont il se souciait si peu ? »

John Sundholm est un écrivain de nouvelles et de divertissement qui couvre la culture pop, la justice sociale et les sujets d’intérêt humain.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?