dans

Une femme trans dit que la police «  a fait des blagues pendant qu’elle saignait  » après une horrible attaque

Kendall Stephens a été brutalement battue dans sa propre maison. (Campagne des droits de l’homme)

Kendall Stephens, une femme trans qui a survécu à une horrible attaque transphobe dans sa propre maison, a décrit la réaction choquante de la police qui «a fait des blagues pendant qu’elle saignait sur le sol».

Avertissement: contient des descriptions graphiques de la violence contre une personne trans.

Kendall Stephens, une militante communautaire et étudiante à l’Université Temple, a été brutalement attaquée par un groupe de personnes chez elle en août de cette année.

La femme de 34 ans étudiait et profitait d’une nuit tranquille avec ses deux filleules, âgées de 12 et 16 ans, lorsqu’elle a entendu une bagarre éclater devant sa maison dans le sud de Philadelphie.

Lorsque le groupe a refusé de se disperser, elle a appelé les services d’urgence, mais l’une des femmes s’est retournée contre elle et l’a frappée au visage. Les agressés et ses amis ont ensuite pénétré de force dans la maison de Stephens pour continuer l’assaut.

Se souvenant de l’attaque dans une interview à Human Rights Campaign, Stephens a déclaré: «J’ai fini dans ma salle à manger et j’ai été attaqué par quatre femmes de tous les côtés de moi, puis soudain une des femmes a pris un pot décoratif en bois et a commencé à me frapper. à propos de ma tête et de mon visage avec elle, me faisant devenir commode et m’évanouir momentanément.

«Tout au long de l’attaque, la femme m’a appelé un« homme »et une« transsexuelle ».

«L’assaut ne s’est pas arrêté là. Plusieurs hommes ont également fait irruption dans la maison et ont éloigné les femmes, mais ne les ont pas éloignées avant de recevoir quelques coups sûrs et de m’appeler le mot N et une ‘putain de transsexuelle’. »

A lire :  La Nouvelle-Zélande décrète le verrouillage après trois cas

La police a refusé d’arrêter l’agresseur d’une femme trans.

Stephens a eu le nez cassé à deux endroits, des côtes meurtries, un gonflement du visage, une contusion à la tête, «une lèvre cassée» et des vaisseaux gingivaux endommagés qui ont rendu deux de ses dents nécrotiques.

Lorsque les policiers sont arrivés, cependant, ils ont eu peu de sympathie pour la femme trans qui avait été brutalement battue.

«Les policiers qui ont répondu n’ont pas été utiles», a déclaré Stephens.

«Ils étaient belliqueux et antipathiques et ont refusé d’arrêter l’un de mes agresseurs, que j’avais identifié avec eux (elle était à quelques pas de là et continuait à lancer des insultes transphobes pendant qu’ils étaient là).

«De plus, ils ont dit qu’en regardant mes blessures, ils considéraient l’incident comme une simple agression et, à ce titre, je devais déposer une plainte pénale privée.

Pendant ce temps, son mari est arrivé à la maison et ils ont tous deux supplié la police d’agir. Ils sont partis sans confirmer l’identité des assaillants ni procéder à des arrestations.

Le sergent commandant m’a harcelé, banalisé mes blessures et a fait des blagues avec ses subordonnés pendant que je saignais sur le sol.

Stephens s’est rendu au quartier de la police, mais a déclaré: «J’ai été accueilli avec la même énergie hostile de la part du sergent commandant, qui m’a harcelé, banalisé mes blessures et fait des blagues avec ses subordonnés pendant que je saignais sur le sol.

«Même lorsqu’un représentant que j’ai appelé du bureau du maire est venu à mon aide pour parler en mon nom au sergent, il était tout aussi dédaigneux avec elle.

A lire :  L'Allemagne prolonge le verrouillage jusqu'à fin janvier

«Finalement, nous avons renoncé à essayer d’augmenter les charges et j’ai été conduit à l’hôpital.

«Personne ne devrait être en mesure d’avoir à plaider en leur nom avec autant de ferveur dans un état d’extrême contrainte, mais c’est normal quand il s’agit de personnes transgenres dans à peu près tous les problèmes interpersonnels que nous devons endurer.»

Son histoire n’est pas inhabituelle, a-t-elle ajouté, et la police nuit souvent à la communauté trans «de manière irréparable».

«Ils nous trompent souvent dans les médias et sur les rapports de police et ne parviennent pas à déployer la même énergie et les mêmes efforts dans nos affaires que ceux du grand public», a-t-elle déclaré.

«Sans surprise, nombre de nos meurtres et attaques deviennent des mystères non résolus, ce qui ne fait qu’encourager ceux qui souhaitent nous attaquer à nous cibler sans crainte de conséquences.»

Malheureusement pour beaucoup, les vies trans n’ont pas d’importance.

Stephens a dit qu’elle espère qu’en partageant son histoire, elle pourra aider «les gens à comprendre que les personnes trans partout sont assiégées en raison de la transphobie endémique dans le public».

Elle a déclaré: «Nous n’avons jamais été en sécurité en dehors de nos maisons, mais maintenant nous ne sommes même plus en sécurité à l’intérieur de nos propres maisons … Malheureusement pour beaucoup, les vies trans n’ont pas d’importance.

«Nous avons été catégoriquement rendus invisibles par l’ensemble de la société et sans protection législative uniforme et permanente, les meurtres, les suicides, les attentats, l’oppression, la discrimination, les blessures, la douleur, la souffrance et le traumatisme persisteront sans aucun doute.

A lire :  Black Mask apparaîtra dans la saison 2 de 'Batwoman'

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • L'Atelier du Nougat Bon d'achat d'une valeur de 50 € ou panier gourmand à la boutique L'Atelier du Nougat
    Des confiseries artisanales pour tous les amateurs de nougat, pâte de fruits et pain d’épices
  • Crêperie du Parc Une galette salée et une crêpe sucrée au choix pour 2 personnes à la Crêperie du Parc
    Pause gourmande avec des produits artisanaux dans une crêperie en plein cœur du 6ème arrondissement
  • Rôtisserie Nice Port Une pièce de viande au choix, à emporter à la Rôtisserie Nice Port
    Des viandes et volailles 100% françaises, cuisinées de manière professionnelle, à déguster chez soi.