dans

Une ancienne amulette « magique » utilisée pour conjurer le « mauvais œil » redécouverte après 40 ans

Une amulette en bronze portant le nom de Dieu et des symboles magiques de protection contre les démons et la malédiction du « mauvais œil » a été remis aux autorités après avoir été déterré dans le nord Israël il y a 40 ans.

L’amulette, qui aurait autrefois été portée sur un collier, daterait d’environ 1 500 ans au cours de la Période byzantine, selon l’Autorité des antiquités d’Israël (IAA). À cette époque, la région était gouvernée par l’Empire romain d’Orient, également connu sous le nom d’Empire byzantin d’après Byzance, l’ancien nom de la ville dans laquelle elle était basée (à ce moment-là, Byzance avait été renommée Constantinople et c’est maintenant Istanbul.)

Bien que l’amulette soit inscrite avec des lettres grecques, elles épellent le nom juif de Dieu – IAW Θ, une forme du nom « Yahweh » dans l’alphabet anglais.

Les archéologues ont trouvé l’amulette en bronze, qui mesure environ 8 centimètres de long et environ 4 cm de large, près du site d’une ancienne synagogue juive à Arbel, juste à l’ouest de la mer de Galilée. L’emplacement et les inscriptions suggèrent que l’amulette a peut-être été portée par une personne juive, malgré ses origines religieuses, a déclaré Eitan Klein, archéologue de l’IAA.

En rapport: 30 des trésors les plus précieux du monde qui manquent toujours

« Bien que les érudits identifient généralement les porteurs de telles amulettes comme des chrétiens ou des gnostiques, le fait que l’amulette a été trouvée dans une colonie juive contenant une synagogue aux cinquième et sixième siècles de notre ère [A.D.] peut indiquer que même les Juifs de l’époque portaient des amulettes de ce type pour se protéger du mauvais œil et des démons », Klein dit dans la déclaration.

Image 1 sur 4

L'archéologue de l'IAA Eitan Klein tenant l'amulette, qui aurait environ 1500 ans et était destinée à repousser les

L’archéologue de l’IAA Eitan Klein tenant l’amulette, qui aurait environ 1500 ans et était destinée à repousser le « mauvais œil ». (Crédit image : Dafna Gazit/Autorité israélienne des antiquités)
Image 2 sur 4

Le devant de l'amulette est inscrit avec des lettres grecques pour le nom juif de Dieu et montre un cavalier sur un cheval transperçant une silhouette couchée.

Le devant de l’amulette est inscrit avec des lettres grecques pour le nom juif de Dieu et montre un cavalier sur un cheval transperçant une silhouette couchée. (Crédit image : Dafna Gazit/Autorité israélienne des antiquités)
Image 3 sur 4

Le dos de l'amulette montre un

Le dos de l’amulette montre un « Mauvais il » transpercé de flèches et d’un objet fourchu, et menacé par des lions, un serpent, un scorpion et un oiseau. (Crédit image : Dafna Gazit/Autorité israélienne des antiquités)
Image 4 sur 4

L'amulette a été découverte par un pionnier israélien il y a environ 40 ans près du site d'une ancienne synagogue juive et a récemment été donnée à l'IAA.

L’amulette a été découverte par un pionnier israélien il y a environ 40 ans près du site d’une ancienne synagogue juive et a récemment été donnée à l’IAA. (Crédit image : Dafna Gazit/Autorité israélienne des antiquités)

Mauvais œil

Ce type d’amulette était relativement courant à l’époque dans la région de Galilée et dans ce qui est aujourd’hui le Liban ; ils sont parfois connus comme une forme du « sceau de Salomon », du nom du légendaire roi israélite. Un côté montre une figure d’un cavalier sur un cheval au galop dont la tête est entourée d’un halo, enfonçant une lance vers le bas sur une figure féminine allongée sur le dos. Une inscription grecque gravée au-dessus de la tête du cavalier se lit comme suit : « Le Dieu unique qui conquiert le mal », et le nom de Dieu en lettres grecques – IAW Θ – est inscrit sous les jambes du cheval.

L’autre face représente un œil percé de flèches et un objet fourchu. L’œil semble menacé par les figures de deux lions, un serpent, un scorpion et un oiseau en dessous, et une abréviation en lettres grecques signifiant « Un Dieu » est inscrite au-dessus.

L’amulette a probablement été produite dans la région pour se protéger contre les démons et la malédiction magique connue sous le nom de mauvais œil – une vieille croyance répandue dans le monde antique au moins aussi loin que le sixième siècle avant JC Selon cette croyance, certains magiciens auraient être capable de niveler la malédiction d’un regard malveillant, tandis que les destinataires subiraient des blessures ou un malheur.

« Le cavalier est représenté en train de vaincre le mauvais esprit – dans ce cas, une femme identifiée au [Greek] figure mythologique Gello ou Gyllou, qui menace les femmes et les enfants et est associée au mauvais œil », a déclaré Klein. « L’œil au revers est identifiable comme le mauvais œil attaqué et vaincu par divers moyens. L’amulette était donc probablement utilisée pour se prémunir du mauvais œil, éventuellement pour protéger les femmes et les enfants. »

Ancienne synagogue

L’amulette a été trouvée sur le site de l’ancienne colonie juive d’Arbel il y a environ 40 ans par un membre fondateur d’un moshav voisin, un type de communauté agricole coopérative établie par des pionniers israéliens dans les années 1920.

Un membre de la famille du découvreur, aujourd’hui décédé, a récemment remis l’amulette à l’Autorité des antiquités d’Israël, et Klein a encouragé les personnes possédant des trésors similaires à faire de même.

On pense que l’amulette date de la fin de la période talmudique de l’histoire juive, lorsque la théologie et les lois juives traditionnelles ont été formalisées dans la collection d’ouvrages écrits connue sous le nom de Talmud. Klein a déclaré que la synagogue d’Arbel était souvent mentionnée dans les sources historiques de la période talmudique ; il y avait une industrie de production de lin, et de nombreux sages juifs y visitaient ou y enseignaient.

Publié à l’origine sur 45Secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂