in

Une «  amibe mangeuse de cerveau  » mortelle a étendu son aire de répartition vers le nord

Mortel « amibe mangeuse de cerveau« des infections se sont historiquement produites dans le sud des États-Unis. Mais des cas sont apparus plus au nord ces dernières années, probablement en raison de changement climatique, une nouvelle étude trouve.

Les chercheurs de l’étude, des Centers for Disease Control and Prevention (CDC), ont examiné des cas de cette amibe mangeuse de cerveau, connue sous le nom de Naegleria fowleri, sur une période de quatre décennies aux États-Unis. .

N. fowleri est un organisme unicellulaire qui se trouve naturellement dans l’eau douce chaude, comme les lacs et les rivières, selon le CDC. Elle provoque une infection cérébrale dévastatrice connue sous le nom de méningo-encéphalite amibienne primaire (PAM), qui est presque universellement mortelle. Les infections se produisent lorsque de l’eau contaminée monte dans le nez d’une personne, permettant à l’organisme de pénétrer dans le cerveau par les nerfs olfactifs (responsables de votre odorat) et de détruire les tissus cérébraux. Avaler de l’eau contaminée ne provoquera pas d’infection, selon le CDC.

En relation: 5 faits clés sur les amibes mangeuses de cerveau

Car N. fowleri prospère dans les eaux chaudes, jusqu’à 113 degrés Fahrenheit (45 degrés Celsius), il est possible que le réchauffement des températures mondiales affecte la répartition géographique des organismes, ont déclaré les auteurs.

Dans la nouvelle étude, publiée mercredi 16 décembre dans la revue Maladies infectieuses émergentes, les chercheurs ont analysé des cas américains de N. fowleri liées à l’exposition à l’eau récréative – comme la baignade dans les lacs, les étangs, les rivières ou les réservoirs – de 1978 à 2018. Ils ont identifié un total de 85 cas de N. fowleri qui répondaient aux critères de l’étude (c’est-à-dire les cas liés à l’exposition à l’eau à des fins récréatives et comprenant des données de localisation)

Pendant cette période, le nombre de cas signalés annuellement était assez constant, allant de zéro à six par an. La grande majorité des cas, 74, sont survenus dans les États du sud; mais six ont été signalés dans le Midwest, y compris le Minnesota, le Kansas et l’Indiana. Sur ces six cas, cinq sont survenus après 2010, selon le rapport.

Une carte montrant les cas d'infections à Naegleria fowleri liées à l'eau récréative aux États-Unis de 1978 à 2018.

Une carte montrant les cas d’infections à Naegleria fowleri liées à l’eau récréative aux États-Unis de 1978 à 2018. (Crédit d’image: CDC / Emerg Infect Dis.2021 janvier)

De plus, lorsque l’équipe a utilisé un modèle pour examiner les tendances de la latitude maximale des cas par an, elle a constaté que la latitude maximale s’était déplacée d’environ 8,2 milles (13,3 kilomètres) vers le nord par an pendant la période d’étude.

Enfin, les chercheurs ont analysé les données météorologiques à peu près à la date à laquelle chaque cas s’est produit et ont constaté qu’en moyenne, les températures quotidiennes dans les deux semaines précédant chaque cas étaient supérieures à la moyenne historique pour chaque emplacement.

« Il est possible que hausse des températures et l’augmentation conséquente de l’utilisation récréative de l’eau, comme la natation et les sports nautiques, pourrait contribuer à l’évolution de l’épidémiologie de la PAM », ont écrit les auteurs.

Les efforts pour caractériser les cas de PAM, tels que savoir quand et où ces cas se produisent, et être au courant des changements dans leur aire géographique, pourraient aider à prédire quand il est plus risqué de visiter des trous de baignade naturels, ont déclaré les auteurs.

Puisqu’il n’y a pas de test rapide pour N. fowleri dans l’eau, le seul moyen sûr de prévenir ces infections est d’éviter de nager dans l’eau douce chaude, selon le CDC. Si vous choisissez de nager dans de l’eau douce chaude, vous pouvez éviter que l’eau ne monte dans le nez en tenant le nez fermé, en utilisant des pinces à nez ou en gardant la tête hors de l’eau.

Publié à l’origine sur 45Secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂