jeudi, juillet 25, 2024
AccueilActualitéMusiqueUn vétéran à l'aéroport dénonce la "valeur volée" de l'homme

Un vétéran à l’aéroport dénonce la « valeur volée » de l’homme

Il y a une tendance continue sur les réseaux sociaux où de vrais vétérans militaires appellent des gens qui portent des uniformes militaires, mais qui ne semblent pas vraiment être dans l’armée et ne l’ont jamais été.

C’est ce qu’on appelle la « valeur volée ». C’est le fait de se faire passer pour quelqu’un qui a effectué son service militaire, et un homme à l’aéroport international de Baltimore/Washington a été surpris en train d’essayer de le faire.

Un vétéran de l’aéroport dénonce la « bravoure volée » d’un homme et lui demande des réponses.

Presque immédiatement, il semble que l’homme qui enregistre la vidéo et appelle la bravoure volée peut dire que l’homme qu’il est sur le point d’interroger, Michael Cipriani, n’est pas un vétéran de l’armée – le fait d’enregistrer en soi suffit à nous dire ce.

« Hé, merci pour votre service », dit le vrai vétéran à l’autre homme portant un uniforme de combat de l’armée (ACU) assis à côté de lui à l’aéroport. « Ah ouais, merci. Merci », dit le faux vétéran en réponse.

Il commence à discuter avec Cipriani de la météo car, à en juger par la conversation, il fait plutôt mauvais dehors et il pourrait y avoir une sorte de retard, mais ce n’est pas inutile. Il utilise le petit entretien comme un segway pour lui poser des questions sur l’USO (United Services Organization) à l’aéroport.

« Avez-vous été à l’USO ici? Je pense qu’ils ont des services pour les soldats là-bas », demande-t-il, auquel l’imposteur répond qu’il n’en a pas parce qu’il essaie de « rester sur place » et ne veut pas « risquer d’être évincé » du vol.

Se référant à l’ordinateur portable sur les genoux de Cipriani, l’homme qui enregistre lui parle de « ces superbes vidéos sur Internet appelées » bravoure volée «  » et décrit comment ces personnes ont « le plus d’audace », car il pense que les vétérans peuvent immédiatement dire quand quelqu’un est couché.

Le vétéran lui demande alors son statut militaire et comment il a obtenu son écusson de combat.

Je ne prétendrai rien savoir du statut militaire, du classement ou de la signification de l’un des patchs à part le drapeau américain, mais une recherche rapide sur Google peut me dire ce que signifie le patch « EOD » sur son épaule gauche, et c’est Élimination des explosifs et munitions. »

Le vrai vétéran utilise ce patch pour inciter Cipriani à mal répondre à sa prochaine question, en lui demandant « Avec qui es-tu ? De qui vient cet écusson de combat ? » L’homme assis à côté de lui répond « EOD », mais l’homme qui enregistre sait que la vraie réponse à cette question est que l’écusson « EOD » n’est pas du tout son écusson de combat, c’est son écusson d’affiliation à l’unité.

Le patch EOD signifierait qu’il fait partie de l’unité de neutralisation des explosifs et munitions, mais pas nécessairement quelle unité spécifique sous cette affiliation – suivez-vous?

L’homme le corrige et dit que son « écusson de combat » sera en fait celui sur son épaule droite sous le drapeau américain, que Cipriani ne finit jamais par lui montrer.

Il demande alors où il est allé à l’école pour essayer de l’attraper dans un autre mensonge.

Après lui avoir demandé où il était allé à l’école, Cipriani lui dit qu’il est allé à l’école à Miami. « Alors, vous êtes… OCS ? » demande le vétéran, essayant de confirmer quel programme il a terminé et demandant s’il en a terminé un dans une «école des candidats officiers».

Cipriani, ne comprenant pas entièrement la nature de la question, répond « Miami of Ohio », qui est une école et un lieu différents de Miami, en Floride, mais aucun de ces endroits n’est OCS, et quand on lui demande s’il le savait ou non, il échoue.

À ce stade, le vétéran a compris tout ce dont il avait besoin et affirme que bien que Cipriani porte le grade d’officier commissionné dans l’armée américaine, il ne semble pas avoir de réponse à aucune de ses questions ou comprendre comment il a gagné ce rang.

Dans sa tentative de prouver qu’il n’est pas réellement un imposteur, Cipriani demande au vétéran s’il aimerait voir sa carte d’identité. Espérant qu’il lui montrerait la carte d’accès commun (CAC) qu’il a reçue pour être un membre actif de l’armée, il sort à la place son permis de conduire, ne prouvant absolument rien d’autre qu’il ment.

Selon le droit public américain, il est illégal de se faire passer pour une offre militaire dans l’intention « d’obtenir de l’argent, des biens ou d’autres avantages tangibles ». Cipriani ici pourrait très bien être en violation de la loi s’il utilise cet uniforme pour obtenir une sorte d’avantage à l’aéroport, mais le vétéran ne semble pas vouloir faire une scène de la situation.

Tout ce qu’il voulait, c’était dénoncer la bravoure volée de l’homme et le faire se sentir mal pour son erreur morale.

Isaac Serna-Diez est un rédacteur en chef adjoint qui se concentre sur le divertissement et l’actualité, la justice sociale et la politique. Suivez ses coups de gueule sur l’actualité sur son Twitter.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. ?

Top Infos

Coups de cœur