dans

«  The Show  »: le premier film d’Alan Moore est un étonnant spectacle de fantaisie et d’humour britanniques

Le premier film écrit par Alan Moore pour le grand écran était très attendu. Le maître de la bande dessinée, toujours fouettant l’industrie du divertissement, a atterri à Sitges avec un film plein de bonnes idées, des situations décalées et des personnages inoubliables. ‘The Show’ aime peut-être trop lui-même, mais le voyage en vaut la peine.

La texture des rêves

Comment pourrait-il en être autrement, le riche monde intérieur d’Alan Moore, plein d’occultisme, super-héros à la retraite, drogues, cauchemars et cinéma noir et humour remplissent l’écran sous la tutelle de Mitch Jenkins, un collaborateur avec qui l’auteur de ‘Watchmen’ et ‘V for Vendetta’ travaille et explore ces mondes depuis quelques années . En fait, ‘The Show’ élargit le monde créé dans les courts métrages qu’il a écrits (et interprétés) pour le réalisateur et qui ont été compilés dans ‘Show Pieces’ en 2014

Tom Burke, que nous verrons comme Orson Welles dans «Mank» de David Fincher, est découvert comme un personnage intrigant avec de fortes doses de comédie intérieure et extérieure. Êtes-vous un détective zen? Rien d’autre? Evidemment je ne serai pas celui qui vous sortira de vos doutes, mais on pourrait dire que son point de départ détective implique déjà la première grande blague du film au détriment du nom de son personnage, un homme aux capacités et aux identités multiples, qui arrive à Northampton en mission pour localiser un objet volé. Avec lui, nous visiterons un monde étrange peuplé de personnages excessifs et d’une activité qui se déroule entre le monde des rêves et le monde réel.

A lire :  Ce sont les 18 MV K-Pop les plus rapides à atteindre un million de likes

Fletcher (si c’est son vrai nom) ne sera pas le seul « détective » de la série. Le club-house avec des photographies en noir et blanc et une voix off hilarante n’est qu’un autre point de rupture pour un film qui oscille entre la comédie absurde et le thriller de rêve comment Davi Lynch sait offrir, rappelant également «Under the Silver Lake» de David Robert Mitchell. La comédie absurde n’est pas quelque chose à laquelle on s’attend du premier scénario d’Alan Moore, mais les personnages et les situations du film sont exprimés dans le genre le plus pur et le plus britannique.

Le cirque volant d’Alan Moore

Avec Alan Moore derrière tout, il est logique que ‘The Show’ ait une forte charge méta-textuelle qui fait la transition entre la dystopie des rêves, les histoires de justiciers et le noir n’est pas seulement digestible: c’est aussi agréable. L’un des films primés de cette édition de Sitges, le « La vampira de Barcelona », primé, ressemblait, malgré ses bonnes intentions, à une aventure graphique sur un téléphone mobile. Dans ce cas, quelque chose de similaire se produit mais beaucoup plus chanceux: cela ressemble à une aventure graphique de l’âge d’or du genre.

Le spectacle

Il y a quelque chose de presque prophétique dans la figure du justicier masqué du film, rien de plus qu’un voyeur en latex, personnage indispensable dans la conscience d’un auteur qui, cinq jours par semaine, torpille le genre des super-héros depuis sa base centrale. Sa vision de cette maladie de genre est personnifiée dans un personnage qui nous place également très près d’autres systèmes informatisés plus récents dans l’univers DC.

A lire :  Mais pas à la fin de 2020! "WandaVision" commence sur Disney + en janvier

Peu d’auteurs ont été plus clairs sur le danger des justiciers, de la justice et des armes politiques et de la mort de l’avenir. Et «The Show», malgré sa charge humoristique, n’est pas très différent. Maintenant qu’il ne semble pas que nous puissions nous attendre à des productions particulièrement spectaculaires, le film de Jenkins est l’un des mouvements les plus cool du cinéma britannique actuel. Cette nouvelle intrigue de Moore comprend une excellente sélection musicale qui égaye un cauchemar amusant où nous pouvons voir les pics jumeaux se profiler sur le lac d’argent.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Mindthegap Abat-jour The Great Show Blue
    Mindthegap reprend le motif joueur du papier peint The Great Show pour cet abat-jour éponyme. Des femmes y réalisent avec habilité des acrobaties et figures à l'aide de trapèzes et de bicyclettes. L'intérieur de la lampe est agrémenté d'une doublure
  • Amager Bryghus Amager Brewer's Playtime - The Side I'll Never Show - Bouteilles De Bière 44 Cl - Amager Bryghus - Saveur Bière
    Brewer's Playtime The Side I'll Never Show de chez Amager est une dryhopped hazy session IPA danoise légère et désaltérante. Versée dans un verre, elle dévoile une robe jaune brumeuse coiffée d'une mousse blanche, qui libère des arômes de citron, d'orange, de pamplemousse, de fruits tropicaux et de houblon.
  • Roger & Gallet Thé Fantaisie Crème de Parfum Nourrissante 250 ml - Flacon-Pompe 250 ml
    Roger & Gallet Thé Fantaisie Crème de Parfum Nourrissante 250 ml est un soin à la texture crème hautement concentré en parfum pour une grande sensorialité. Légère et fondante, elle pénètre immédiatement sans laisser de film gras. Elle hydrate 24 heures