in

The Forever Purge Review: Une finale de franchise lugubre

La purge la franchise se termine sur une note lugubre avec un cinquième opus idiot et sans cervelle. La purge pour toujours a des milices suprémacistes blanches qui se déchaînent pour revendiquer l’Amérique pour ses vrais citoyens chrétiens. Tous les immigrants, la classe dirigeante aisée et pratiquement tous les non-caucasiens sont la cible d’un massacre sanglant. Les médias sociaux conduisent le carnage dans une satire de masse des chambres d’écho d’extrême droite. Le commentaire présenté a une valeur légitime, mais est représenté dans un torrent de représentations ignobles et stéréotypées.

La purge pour toujours s’ouvre au mur de la frontière mexicaine au Texas. Adela (Ana de la Reguera) et son mari, Juan (Tenoch huerta), se faufilent aux États-Unis via un tunnel souterrain. Ils fuient la violence des cartels au Mexique. Près d’un an plus tard, ils se sont installés à El Paso pour poursuivre leur rêve américain. Elle travaille dans une usine de transformation de la viande. Juan trouve un emploi de cow-boy au ranch Tucker. Caleb Tucker (Will Patton) et sa fille, Harper (Leven Rambin), embrassent et respectent leurs travailleurs. Le fils de Caleb, Dylan (Josh Lucas), n’aime pas les Mexicains et envie les compétences de Juan avec les chevaux.

La purge commence par des alarmes et un avertissement par le système de diffusion d’urgence. La famille Tucker s’installe dans leur manoir forcé. Adela et Juan se réfugient chez d’autres migrants. Douze heures passent, la nuit annuelle de la soif de sang se termine officiellement. Mais la tuerie ne s’arrête pas. Des milices racistes, signalées par un hashtag tendance, se lancent dans un nettoyage ethnique du pays. Adela et Juan conduisent les Tuckers vers la frontière mexicaine pour plus de sécurité. Leur voyage pénible compliqué par les soins nécessaires à Emma (Cassidy Freeman), la femme enceinte à court terme de Dylan.

La purge pour toujours est une suite de 2016 La purge : année électorale. Dans ce film, les nouveaux pères fondateurs d’Amérique ont rétabli la purge en tant que dieu et les armes à feu ont été rendues. La finale est la conclusion de ce sentiment qui se concrétise. La haine des autres, la préservation des valeurs et la croyance que l’Amérique n’est que pour les Blancs explosent en une tempête de brutalité. Cette rage troublante dans la société, insérez ici l’insurrection du 6 janvier, est une menace importante et doit être combattue. C’est clairement compris par toute personne rationnelle. Mais avoir un film de purge où seuls des Blancs tuent, des tatouages ​​​​nazis criards et des équipements de milice, comme les Oathkeepers, est fallacieux. Toute l’idée de la purge était une satire réfléchie de la violence, de la nature humaine et de la prolifération des armes à feu. La série s’est maintenant transformée en une déclaration politisée sur l’immigration, le racisme et la xénophobie.

La purge pour toujours échoue comme un film d’horreur d’action. Au-delà des thèmes lourds, il n’y a aucune surprise. Je n’ai jamais sauté une seule fois. Le destin de chaque personnage est facilement deviné. Le jeu de tir est sans particularité. L’anarchie règne, mais ce n’est certainement pas divertissant. La purge pour toujours est produit par Platinum Dunes, Blumhouse Productions et Perfect World Pictures. Il sortira en salles chez Universal Pictures le 2 juillet.

Sujets : La Purge 5

Les points de vue et opinions exprimés dans cet article sont ceux de l’auteur et ne reflètent pas nécessairement la politique ou la position officielle de 45secondes.fr.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂