dans

Star Wars: The High Republic: Light Of The Jedi – Critique

Guerres des étoiles s’envole dans un nouveau territoire aujourd’hui avec le lancement de La Haute République initiative d’édition! Le premier à sortir de la porte est Lumière du Jedi de Charles Soule, un titre de lancement exaltant qui sert à la fois d’introduction à cette nouvelle ère et de très divertissant Guerres des étoiles roman.

«Bien avant le Premier Ordre, avant l’Empire, avant même La Menace Fantôme… Les Jedi ont ouvert la voie à la galaxie dans la Haute République…»

Il y a un problème qui se prépare dans la galaxie, avec un schisme qui sévit entre la classe dirigeante et le gouvernail. Ces élites, connues sous le nom de République, tentent de maîtriser l’apathie et de faire adopter des politiques qui enrichissent davantage les déjà riches et restreignent les libertés démocratiques Bordure extérieure.

Et si ces seigneurs de la voie de l’hyperespace réussissent et peuvent créer cette impression, il est moins probable que Bordure extérieure les gouvernements écouteront le chœur croissant de voix les appelant à faire ce qui est juste. Tenir les responsables responsables et lutter contre la dégénérescence des classes en spirale. Pas ça Guerres des étoiles a déjà joué avec des allégories.

Ce système de gouvernance, sorte de technocratie philosophique, a ses limites, et pour certains, ces limites ont été atteintes, et le match avec cette poudrière a été allumé. Bienvenue dans le nouveau Guerres des étoiles, Bienvenue à La Haute République.

Et qui mieux que d’inaugurer cette nouvelle ère de Guerres des étoiles que Charles Soule, le génie fou qui a rendu Dark Vador à nouveau pertinent. Mais n’ayez pas peur des gardiens, il y a suffisamment de maximes familières qui devraient plaire même aux plus endurcis. Guerres des étoiles fan, l’exemple le plus flagrant étant le Jedi.

Ceci est une critique non-spoiler, alors voici le résumé qui fera la plupart du gros du travail …

C’est un âge d’or. Les éclaireurs intrépides de l’hyperespace étendent la portée de la République aux étoiles les plus éloignées, les mondes s’épanouissent sous la direction bienveillante du Sénat et la paix règne, renforcée par la sagesse et la force du célèbre ordre des utilisateurs de la Force connu sous le nom de Jedi. Avec les Jedi au sommet de leur puissance, les citoyens libres de la galaxie ont confiance en leur capacité à résister à n’importe quelle tempête. Mais même la lumière la plus brillante peut projeter une ombre et certaines tempêtes défient toute préparation.

Lorsqu’une catastrophe choquante dans l’hyperespace déchire un navire, la rafale d’obus émergeant de la catastrophe menace tout un système. A peine l’appel à l’aide est-il lancé que la course Jedi sur les lieux. La portée de l’émergence, cependant, est suffisante pour pousser même les Jedi à leur limite. Alors que le ciel s’ouvre et que la destruction pleut sur l’alliance pacifique qu’ils ont aidé à construire, les Jedi doivent faire confiance à la Force pour les mener à bien une journée où une seule erreur pourrait coûter des milliards de vies.

Alors même que les Jedi se battent vaillamment contre la calamité, quelque chose de vraiment mortel pousse au-delà des frontières de la République. Le désastre de l’hyperespace est bien plus sinistre que les Jedi ne pourraient le soupçonner. Une menace se cache dans les ténèbres, loin de la lumière de l’âge, et recèle un secret qui pourrait semer la peur même dans le cœur d’un Jedi.

Oui, si les Jedi ne cherchaient pas une meilleure forme d’agression passive contre la classe dirigeante pour résoudre une autre crise galactique, ils ont eux-mêmes systématiquement créé, alors, ce ne serait pas les Jedi, n’est-ce pas? Donc, si les épées laser, les robes fluides aux tons de terre et les penseurs de mauvaise humeur sont votre lien avec Guerres des étoilestu as de la chance, car Guerres des étoiles: Lumière du Jedi en a beaucoup.

En fait, Soule a entassé tellement de Jedi dans un seul livre que vous aurez peut-être du mal à déterminer qui est le personnage principal, mais voici un petit secret, il n’y en a pas. Pas dans le sens traditionnel du «garçon de la ferme» de toute façon, et c’est juste une des façons dont cette ère nouvelle / ancienne cherche à se séparer de l’ancien / nouveau. Et voici un autre spoiler, ça marche.

Bien que ce soit peut-être le premier de Soule Guerres des étoiles livre, ce n’est pas son premier livre de fiction. Il a déjà écrit quelques romans non SW, de bons en fait, donc je n’avais aucune réserve sur sa capacité à raconter une histoire longue. Ce que je ne savais pas, c’est qu’il était résolu à détruire complètement une période qui jusqu’à présent n’avait pas été gênée par la guerre. Oui, comme l’indique le résumé et a été bien médiatisé, cette chose démarre avec leur version du big bang. Mais plutôt qu’une période de réflexion accélérée ou calme pour nous attirer dans un faux sentiment de sécurité, Charles décide que le bombastic est une meilleure approche et ouvre les vannes.

Présenté comme point de départ, Lumière du Jedi accomplit beaucoup de choses dans un monde qui sera toujours un peu redevable à cette esthétique familière. Il nous présente une foule de nouveaux Guerres des étoiles «Choses» tout en réussissant à se sentir excitant et frais en même temps. Oui, ce ne sont pas les droïdes que vous recherchez si votre truc est les blocus impériaux, les élus boudeurs ou les zippity-zappity. Pappa a un tout nouveau sac et c’est vraiment cool.

En tant qu’antagonistes, les Nihil sont un groupe intéressant de fanatiques inspirés du steam punk qui, malgré les comparaisons de guerriers, semblent prêts à sauter dans le feu pour leur garçon roi. Il n’est pas encore tout à fait clair si leur mandat est une forme d’obstructionnisme hégémonique, ou s’ils ne sont simplement qu’un groupe de non-partisans radicaux en colère. Parfois, ils semblent être un groupe désorganisé de groupes punk en herbe, d’autres fois, une menace sombre qu’il ne faut pas sous-estimer.

Dans ce cas, moins j’en dis, mieux c’est, mais comprenez que comme pour tous ceux qui sont obsédés par le pouvoir, la force au niveau de la direction est cruciale. Et ce qui émerge à la fin du livre, même s’il est encore largement inconnu, est peut-être pire que même les Jedi pourraient l’imaginer. Pour l’instant, ils semblent être le repoussoir parfait pour ces bienfaisants séraphiques, et plus qu’à la hauteur de la tâche de la guerre.

Une de mes choses préférées sur Lumière du Jedi, et La Haute République en général, c’est qu’il est absolument ancré dans un ethos où les Padawan inchoates apprennent les ficelles du métier et le Maître est chaleureux à l’idée de faillibilité profonde. Ceci est bien sûr la base de nombreux Guerres des étoiles mais dans ce cas, c’est d’un intérêt particulier car les Jedi ont toujours cette nouvelle odeur de voiture à bien des égards. Il n’y a pas encore beaucoup de rouille sur ce cargo, nous sommes donc témoins de nombreux Jedi qui commettent des erreurs critiques pour la première fois. Des faux pas dont les futurs Jedi bénéficieront et qui nous fourniront également, le lecteur, un contexte la prochaine fois que «apprendre des erreurs du passé» se présentera. Cela est vrai pour toute la gamme des livres, romans et bandes dessinées de la première phase à venir.

Vous rencontrerez beaucoup de ces Maîtres Jedi, Chevaliers et Padawans dans ce livre, tels que Sskeer, Elzar Mann, Burryaga Agaburry, Te’Ami et Mikkel Sutmani, pour n’en nommer que quelques-uns. Et beaucoup d’entre eux ont la chance de faire fléchir leur Force, certains plus que d’autres, en particulier pendant Première partie: Le grand désastre, où le maître Jedi Avar Kriss fait tout un spectacle. Vous avez vu son image au centre de la plupart des supports marketing, y compris la couverture de ce livre, et si Charles était obligé de choisir un personnage principal, elle le serait.

Pour mon argent cependant, les événements sur Elphrona sont particulièrement forts, dont une partie comprend une incroyable séquence de poursuites qui rivalise avec les autres. Il nous présente également formellement le chevalier Jedi Loden Greatstorm et son Padawan Bell Zettifar, qui avec Jedi Indeera Stokes (et Ember) et Porter Engle, occupent l’avant-poste Jedi sur la planète. Chacun d’entre eux est unique, ce quatuor fournit le genre de kaléidoscope Jedi que j’espérais lorsque ce projet a été annoncé pour la première fois, et je me suis retrouvé particulièrement gratifié pendant ces parties. Je pense aussi que c’est l’un des meilleurs personnages et dialogues de Soule.

Quoi qu’il en soit, ils sont appelés à aider à ce qui est au début un raid Nihil violent mais apparemment inoffensif sur une famille voisine, entraînant un enlèvement. Mais cela se transforme rapidement en quelque chose d’un peu plus que ce qu’ils avaient prévu et même si je ne dirai pas ce qui se passe, cela devrait vous faire battre le pouls. Et une conclusion immédiate qui prépare le terrain pour ce qui vient de l’un des meilleurs Guerres des étoiles méchants à venir dans un certain temps.

Écoutez, une critique non spoiler pour Lumière du Jedi c’est un peu comme dire le Seigneur des Anneaux parle d’un groupe d’amis qui font de la randonnée. C’est une alchimie d’histoire dense, remplie d’expositions, qui sert également de pièce d’introduction imprégnée de personnage, il est donc difficile de manœuvrer dans ses espaces sans révéler les bonnes choses, dont il y a beaucoup.

Lumière du Jedi est divisé en trois parties, la Le grand désastre, qui est suivi de Les chemins, et enfin La tempête. Le livre a ça dans les médias res ouvreur, nous savons tous où les choses s’effondrent rapidement et un très L’Empire contre-attaque deuxième et troisième acte. En tant que premier livre parmi tant d’autres à venir, le résultat est exactement ce à quoi vous vous attendiez, les choses finissant beaucoup plus compliquées qu’avant et les Jedi léchant principalement leurs blessures sur le Balise Starlight.

Mis à part quelques coupes pour s’enregistrer sur le Nihil, les choses restent généralement en ligne droite, ce qui facilite le suivi malgré le chaos… et il y a pas mal de chaos. Mais ne vous inquiétez pas, le côté gauche du cerveau de Soule entre en jeu et donne un sens à tout cela avec une facilité impressionnante, tout en maintenant la haute valeur de divertissement du livre. Une chose que vous devez savoir à propos de Charles, c’est qu’il est à la fois avocat et musicien, ce qui signifie que les deux côtés de son cerveau sont assez utiles. Et en Lumière du Jedi vous pouviez facilement voir que cela aurait pu être un tas d’idées qui ont déraillé, mais les côtés logiques et innovants de Soule se sont réunis pour garder les choses à la fois cohérentes et amusantes.

Charles jette presque tout sur le mur, et ce qui est le plus impressionnant, pour moi en tout cas, c’est que tout colle. C’est un gagnant pour cette initiative d’édition et ne servira pas seulement de grande histoire pour le marché de masse Guerres des étoiles foule, mais comme un livre de référence pratique pour les nombreux Haute République des histoires à venir. Ce n’est pas la genèse de La Haute République époque, mais c’est le début de la fin.

Les gens à Lucasfilm voulez que vous lisiez ce livre en premier, il y a une raison pour laquelle.

Star Wars: La Haute République: Lumière du Jedi est disponible maintenant, vous pouvez en commander une copie ICI!

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Star Wars T-Shirt Homme Star Wars : Les Derniers Jedi The Force - Noir - XXL - Noir
    Il y a très longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, le premier film Star Wars a débarqué sur nos écrans en cette année 1977. Depuis, c'est l'une des franchises les plus appréciées au monde. La vision iconique de George Lucas est un mélange inédit de science-fiction et de Fantasy et elle est devenue incontournable partout dans le monde.Détails :Coton qui provient de sources éthiquesUn Produit Officiel !Taille slim, si vous préférez les T-shirts un peu plus larges, commandez une taille au-dessus.
  • Light of the Jedi
  • Star Wars T-Shirt Homme Star Wars : Les Derniers Jedi The Force - Noir - S - Noir
    Il y a très longtemps, dans une galaxie lointaine, très lointaine, le premier film Star Wars a débarqué sur nos écrans en cette année 1977. Depuis, c'est l'une des franchises les plus appréciées au monde. La vision iconique de George Lucas est un mélange inédit de science-fiction et de Fantasy et elle est devenue incontournable partout dans le monde.Détails :Coton qui provient de sources éthiquesUn Produit Officiel !Taille slim, si vous préférez les T-shirts un peu plus larges, commandez une taille au-dessus.