in

Star + présente El Encargado, une comédie aux accents de thriller très argentin

Que faire si un homme se sent menacé ? C’est une question à laquelle peu de gens peuvent répondre, mais à laquelle Mariano Cohn et Gastón Duprat sont confrontés dans Le chargé. Sous cette prémisse, les scénaristes viennent de sortir cette série, mettant en vedette Guillermo Francella, dans Étoile +. En 11 épisodes de 30 minutes chacun, les créateurs font le tour de la réalité d’un homme innovant dans un genre aussi classique que la comédie alliée au thriller. Bien sûr, avec une touche très argentine.

Situé à Buenos Aires, bien sûr, et montrant différents points architecturaux de la ville, Le chargé suivre la vie d’Elisée. Cet homme est, comme son nom l’indique, le gérant d’un immeuble depuis 30 ans. Il est le premier à se lever et se tient devant la porte comme s’il s’agissait d’un gardien. En fait, il connaît si bien la dynamique de son lieu de résidence qu’elle génère suffisamment de familiarité pour que les locataires lui confient les clés de leur logement lors de vacances ou de tout type de sortie.

Bien sûr, personne n’imagine que dans sa sympathie et même dans son sens des petits arrangements, Eliseo voit plus qu’il n’y paraît. Les heures de départ et d’arrivée, les aspects de la vie quotidienne ou même le moindre détail, Eliseo le sait. C’est-à-dire qu’il pourrait être considéré comme une figure de pouvoir plus importante que beaucoup ne le pensent. Et c’est ainsi que Cohn et Duprat ont composé cette comédie psychologique dans laquelle le thriller est primordial.

Parce que c’est alors que commence à se poser la question par laquelle j’ai commencé cet article : que se passe-t-il si un homme se sent menacé ? Eh bien, Eliseo doit faire face au fait que Matías Zambrano (Puma Goity) a proposé lors d’une réunion de consortium, de se passer de la figure du responsable. Bien que, comme si cela ne suffisait pas, il souhaite également inclure une piscine sur la terrasse, là où se trouve sa maison. A tel point qu’à partir de là, il décide d’user de toutes ses ruses pour se venger de ceux qui sont favorables au projet, mais aussi pour faire voter peu de gens pour qu’il se concrétise.

C’est là que l’on voit le grand jeu du scénario, qui est très fluide au niveau narratif et parvient à vous garder piégé jusqu’à la fin de chaque épisode. Le chargé C’est une de ces séries où un chapitre se termine, on dit « encore un et ça suffit », mais on ne peut pas s’arrêter. Car, s’il y a quelque chose que les producteurs ont bien fait, c’est de générer un tel point d’intrigue à la fin de chaque épisode que l’on ressent le besoin de savoir quelle sera la prochaine manipulation d’Eliseo.

Mais, la réalité est que cela ne serait pas possible sans le grand travail de Guillermo Francella. L’acteur a de nouveau montré pourquoi il est l’un des meilleurs d’Argentine. Avec une spontanéité surprenante, il se met dans la peau de ce personnage psychotique qui l’éloigne complètement du côté comique typique de sa carrière. Une essence très différente dans laquelle désormais la « sérieuse Francella » est celle qui prévaut dans cette histoire. Et, sans aucun doute, il le fait parfaitement.

Bien sûr, on ne peut s’empêcher de dire qu’il a parfois mis sa touche comique dans des situations qui semblent même improvisées, mais très argentines. De plus, avec cela, il est évident que la série n’est pas seulement un produit argentin tourné à Buenos Aires, mais qu’elle a toute son image, son essence et son drame très caractéristique. Comme, par exemple, quand il décide de faire peur aux gens qui passent devant lui.

Mais, il n’y a pas que Francella qui fait un travail parfait dans cette série Star+. Ils sont tous un complément idéal pour rehausser la fiction, comme c’est le cas de Puma Goity, qui agit à nouveau comme un méchant. Avec un autre côté psychologique quelque peu inconnu, l’acteur éblouit avec son travail de Matías Zambrano. À son tour, Malena Sánchez accompagne l’intrigue de son air décontracté.

En tout cas, celui que j’ai le plus aimé est, sans aucun doute, Pochi Ducasse comme Dona Beba. Elle est la protégée d’Eliseo, la retraitée de l’immeuble et qui dépend de lui à plusieurs reprises. En fait, cela lui prouve qu’il est fidèle même quand personne d’autre ne l’est. Avec un côté calme et détendu, c’est elle qui apporte la paix à toute l’odyssée de la série. Mais au-delà des acteurs, la vérité est que Le chargé c’est un produit parfait dans sa globalité et pourrait devenir la production du moment.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂