dans

SpaceX lancera des bébés calamars et tardigrades dans la station spatiale cette semaine

CAP CANAVERAL, Floride – SpaceX se prépare à lancer sa 22e mission cargo vers la Station spatiale internationale (ISS) cette semaine, et niché à l’intérieur de la capsule cargo Dragon, il y aura des organismes intéressants.

Le calmar Bobtail et les tardigrades, également connus sous le nom d’ours aquatiques, se rendront à l’avant-poste orbital pour aider les chercheurs à répondre à certaines questions clés sur les vols spatiaux.

Leur chevauchée: une nouvelle fusée Falcon 9 brillante, surnommée B1067. Si tout se passe comme prévu, la mission CRS-2 de SpaceX – le 22e lancement de la cargaison Dragon dans le cadre de son contrat de service de réapprovisionnement commercial avec la NASA – décollera de la station 39A du centre spatial Kennedy de la NASA en Floride jeudi 3 juin à 13 h 29. EDT (17 h 29 GMT).

Vidéo: SpaceX expédie des tardigrades, des calamars et plus encore à la station spatiale
En rapport:
Il y a des milliers de tardigrades sur la lune

Des bébés calmar bobtail sont photographiés en train de nager dans l’eau de mer peu après l’éclosion. (Crédit d’image: Jamie S. Foster / Université de Floride)

Calamars dans l’espace

Bébé calmar bobtail (Scolopes Euprymna) fera partie des diverses expériences de recherche et de cargaison qui doivent être expédiées vers l’ISS. Un parent de la seiche, ces minuscules céphalopodes sont un organisme intéressant car ils brillent dans l’obscurité. C’est grâce à un organe spécialisé dans leur sac d’encre qui s’illumine la nuit.

Une image en gros plan d’un sac d’aquarium contenant huit des paralarves de calmar. (Crédit d’image: Rachel Ormsby)

Les chercheurs espèrent que les calmars pourraient aider à faire la lumière sur la réaction des microbes chez les animaux aux vols spatiaux. À cette fin, la NASA envoie des paralarves de calmar nouvellement éclos (bébés) dans l’espace pour étudier comment la relation entre le calmar et un groupe de microbes symbiotiques se comporte en microgravité, dans le cadre d’une recherche appelée UMAMI (abréviation de « Understanding of Microgravity on Interactions animal-microbe « ).

Les microbes jouent un rôle important dans le développement normal des tissus animaux et dans le maintien de la santé humaine.

« Les animaux, y compris les humains, dépendent de nos microbes pour maintenir un système digestif et immunitaire sain », a déclaré le chercheur principal de l’UMAMI Jamie Foster dans un communiqué. « Nous ne comprenons pas complètement comment les vols spatiaux modifient ces interactions bénéfiques. L’expérience UMAMI utilise un calmar bobtail qui brille dans le noir pour résoudre ces problèmes importants de santé animale. »

L’expérience est composée de deux cassettes de traitement des fluides (FPC) – fabriquées par Techshot, une société aérospatiale de l’Indiana qui aide à faciliter les recherches sur l’ISS – qui abriteront un groupe expérimental et un groupe témoin.

Une image d’une cassette de traitement de fluide, qui sera chargée avec de petits sacs d’aquarium contenant le bébé calmar bobtail. (Crédit d’image: Rachel Ormsby)

Une cohorte de paralarves de calmar sera inoculée avec de l’eau de mer filtrée contenant un microbe symbiotique appelé V. fischeri, puis incubé pendant 12 heures. L’autre cassette contiendra des calmars avec de l’eau de mer filtrée qui n’a pas été traitée avec les microbes.

Une fois l’expérience terminée, les paralarves seront euthanasiés et les échantillons stockés pour retour sur Terre. Les scientifiques espèrent que l’enquête pourrait conduire à de nouvelles façons de préserver la santé des astronautes lors de missions spatiales de longue durée.

Cela pourrait également conduire à une meilleure compréhension des interactions complexes entre les animaux et les microbes bénéfiques, et à la découverte de nouvelles voies que les microbes utilisent pour communiquer avec les tissus animaux.

En rapport: L’intestin dans l’espace: comment les bactéries changent dans le système digestif des astronautes

Tardigrades rustiques

Une micrographie optique avant le vol d’un tardigrade terrestre typique vu à un grossissement de 40X. (Crédit d’image: Boothby Lab)

Les Tardigrades, alias les ours d’eau, peuvent vivre dans les environnements les plus extrêmes, ce qui en fait un organisme fascinant à étudier. Les chercheurs ont pu séquencer le génome tardigrade (Hypsibius exemplaris) et sont allés plus loin, en développant des méthodes pour déterminer comment les conditions environnementales affectent l’expression des gènes chez les tardigrades.

Dans le cadre d’une enquête appelée Cell Science-04, les scientifiques espèrent identifier les gènes impliqués dans l’adaptation et la survie des tardigrades dans des environnements à stress élevé, comme la microgravité.

« Les vols spatiaux peuvent être un environnement très difficile pour les organismes, y compris les humains, qui ont évolué vers les conditions de la Terre », a déclaré le chercheur principal Thomas Boothby dans un communiqué. « L’une des choses que nous tenons vraiment à faire est de comprendre comment les tardigrades survivent et se reproduire dans ces environnements et si nous pouvons apprendre quelque chose sur les astuces qu’ils utilisent et les adapter pour protéger les astronautes. « 

L’expérience se déroulera pendant deux mois sur la station et les tardigrades seront expédiés à l’ISS congelés, puis décongelés après l’activation de l’expérience. Une approche génétique inverse a été développée pour cette enquête, qui utilisera l’interférence ARN pour étudier directement le rôle qu’un gène spécifique joue dans la tolérance de l’environnement.

Identifier les mécanismes utilisés par les tardigrades pour se protéger des stress environnementaux pourrait aider les chercheurs à mieux protéger les astronautes.

Suivez Amy Thompson sur Twitter @astrogingersnap. Suivez-nous sur Twitter @Spacedotcom ou Facebook.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂