dans

Si Microsoft s’intègre verticalement avec ses propres puces ARM, alors l’informatique a changé pour toujours

Il y a près de 50 ans, Intel a présenté son Intel 4004. Cette puce a changé l’informatique pour toujours, car c’était le premier d’une longue famille de processeurs qui, en particulier avec l’Intel 8086 de 1878, finit par définir l’informatique personnelle dans les décennies suivantes.

Ce processeur a défini l’architecture x86 qui a dominé le paysage des PC et des ordinateurs portables pendant des années, mais cette domination est maintenant sous le choc de la promesse d’Apple et de ses puces M1 basé sur l’architecture ARM. À tel point que même Microsoft semble maintenant concevoir ses propres puces ARM, et c’est la meilleure indication que l’informatique pourrait ne pas être ce qu’elle était très bientôt.

ARM a conquis les premiers mobiles …

ARM dominait déjà le marché mobile lorsque le premier iPhone a été mis en vente: en 2007, 98% des appareils mobiles disposaient déjà d’un processeur basé sur cette architecture, mais c’était l’appareil d’Apple. celui qui a soulevé l’explosion de la mobilité.

La société de Cupertino a vite compris à quel point il était important d’avoir son propre SoC pour ses appareils: le premier iPad de 2010 a brillé grâce à l’intégration du premier SoC d’Apple, l’A4, et d’autres choses. Là commencerait une carrière qui a fait un saut singulier avec le lancement de l’Apple M1 pour vos ordinateurs portables et de bureau.

En cours de route, on a vu comment pas seulement Apple, mais d’autres fabricants Ils ont opté pour leurs propres designs sur la base des propositions d’ARM et en ont profité pour conquérir une partie de ce segment attractif de la mobilité.

Qualcomm et MediaTek sont d’excellents fournisseurs dans ce segment pour tous ceux qui n’ont pas leurs propres puces, mais il y a eu de grandes entreprises technologiques qui ont également travaillé dessus, et ici Samsung avec son Exynos et Huawei avec son Kirin sont des exemples clairs de cette ambition d’avoir des puces de plus en plus évoluées et plus adaptées aux appareils qui les utilisent.

Toutes ces conceptions ont été au cours de ces années destinées aux appareils mobiles et également à certains appareils électroménagers, mais sauf dans de rares cas pour les puces ARM. Ils ne semblaient pas capables (ou désireux) de rivaliser avec les microprocesseurs orientés PC et ordinateurs portables.

A lire :  Caractéristiques de la Xbox Series S révélées: Ray Tracing, 120 ips et SSD 512 Go

Intel et AMD ont dominé ce segment en douceur, et tout le monde semblait satisfait du casting. Aucun d’entre eux n’est entré (trop, bien que nous ayons vu des mobiles et des tablettes avec des micros x86) sur le marché de la mobilité, ni les autres ne sont entrés (trop, car nous avons vu des ordinateurs portables et des convertibles ARM) dans le segment de l’informatique personnelle.

Jusqu’à maintenant.

… et va maintenant pour les PC et les ordinateurs portables

Le grondement sonnait depuis un certain temps. Les processeurs qu’Apple a intégrés à son iPhone et à son iPad étaient de plus en plus puissants et divers points de repère et analyses indépendantes avaient clairement montré que ces SoC ARM étaient déjà aussi puissants que certains processeurs x86 que l’on retrouve à l’époque notamment dans les ultraportables.

L’apparition d’un Mac basé sur l’une de ces puces était inévitable, et l’annonce de ces équipes est intervenue cet été, lorsque Apple a dévoilé le lancement du M1, un SoC qui a renversé la situation et a démontré avec ses performances et efficacité que cette architecture a (beaucoup) de sens dans le monde du PC dont vous n’avez presque jamais été proche.

Même Qualcomm a reconnu la pertinence de ce lancement mais sans faire trop de compliments à M1. Son président, Cristiano Amon, a expliqué que la puce Apple « validé sa conviction » que les puces mobiles peuvent faire le saut vers le bureau.

Qualcomm a depuis longtemps quelques pommes dans ce panier. Son alliance avec Microsoft dans le développement d’ultraportables basés sur des puces ARM avec Windows 10 précompilé pour cette architecture a déjà porté ses fruits avec des produits comme la Surface Pro X, mais en aucun cas la proposition de ces deux géants ne se rapproche de ce qu’Apple a montré avec le M1.

Le défi de Microsoft n’est pas de concevoir une puce, mais de résoudre les limitations de Windows 10 ARM

L’impact du lancement de l’Apple M1 semble provoquer la réaction de certains géants: de nos jours on connaissait le intention apparente – non officiellement confirmée – de Microsoft de concevoir sa propre puce ARM. Cette puce serait spécialement destinée aux serveurs qu’elle utilise dans son infrastructure cloud, Azure, mais la rumeur a également fait place à une version potentielle de ces puces pour ses équipements Surface.

A lire :  Volkswagen ID.3. Les problèmes logiciels appartiennent au passé, déclare le fabricant

Surfaceprox La Surface Pro X est un excellent appareil à bien des égards, mais ses limitations logicielles en font pas une alternative particulièrement intéressante aux appareils x86 similaires.

Les données sont certes frappantes, mais elles sont en contradiction avec la philosophie d’une entreprise qui a préféré ne jamais entrer dans ces jardins. C’est vrai qu’il a fait petites incursions en collaboration avec des fabricants de semi-conducteurs: Il l’a récemment fait avec les puces « custom » de la Xbox Series S / X en collaboration avec AMD ou les processeurs SQ1 et SQ2 de sa Surface Pro X.

Cependant, il semble difficile de penser à un Microsoft qui se rapproche d’Apple dans cette conception verticale et du «contrôle total» de ses appareils, d’autant plus que Microsoft travaille avec des partenaires depuis des années. ceux que vous «trahiriez» probablement en créant votre propre puce. Par conséquent, il semble bien plus raisonnable de penser qu’il lève effectivement ces puces pour ses serveurs et pas tant pour des équipements qui pourraient supposer concurrencer des partenaires avec lesquels il travaille depuis des années.

On peut néanmoins voir des Surface à partir de ces puces hypothétiques, sans aucun doute, et il sera très intéressant de voir ce que Microsoft peut se donner dans ce domaine, mais a priori le problème et l’enjeu n’est pas que: consiste à faire fonctionner Windows 10 et tout son écosystème logiciel sur ces puces comme sur les puces x86 / x86-64.

Microsoft

C’est précisément l’un des obstacles qui Ils ont ralenti l’avancée des premiers convertibles basés sur les puces ARM fabriqué par Qualcomm. Le matériel, sans être spectaculaire, plus que comblé: le logiciel, non. Entre autres choses en raison de l’impossibilité d’émuler les applications x86-64, une limitation qui a maintenant commencé à être corrigée avec la dernière version de ce système d’exploitation.

De quoi Microsoft a-t-il besoin ici? Un schéma comme celui proposé par Apple, qui a fait fonctionner les applications «héritées» des Mac Intel (à de rares exceptions près) sur les Mac M1 de manière transparente grâce à Rosetta 2. Cette couche d’émulation invisible garantit que pour l’utilisateur Mac, ce qui se trouve en dessous n’a pas d’importance.

Les performances de ces applications héritées sont inférieures à celles des applications natives, mais cela n’a pas d’importance car elles fonctionnent toujours de manière remarquable et qui donne aux développeurs une marge de manœuvre pour préparer les versions natives pour les puces «Apple Silicon», à la fois la M1 et ses successeurs.

A lire :  Vous pouvez désormais utiliser Apple Pay sans carte de crédit avec la Sparkassen girocard

Microsoft devrait donc garantir cette transparence que désormais son ARM Windows 10 ne montre plus. La situation est décente, mais elle doit beaucoup s’améliorer pour qu’au final, la même chose se produise que sur les Mac actuels: cela n’a pratiquement pas d’importance – sauf dans des cas spécifiques – si vous utilisez des applications x86 ou des applications ARM.

Si Microsoft résout ce problème, nous pourrions en effet inaugurer une nouvelle ère informatique. Un dans lequel au fait, Intel – Qui dort depuis longtemps sur ses lauriers – et la DMLA pourrait être mortellement blessée. C’est, au fait, une autre histoire.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Abc meubles - lit adulte arc bois avec tête et chevets intégrés blanc 140x200
    Poids : 65 kg. Poids supporté : 250 kg Hauteur du couchage : 29 cm Dimensions des tablettes chevets L/l : 40 x 30 cm Fabrication française dans notre atelier en Normandie. Colis : *2 colis :100 x 90 x 10 cm + 200 x 26 x 15 cm *Poids du colis le plus lourd : 25/30 kg Le lit ARC avec ses lignes harmonieuses et
  • Abc meubles - lit adulte arc bois avec tête et chevets intégrés ivoire 140x200
    Poids : 65 kg. Poids supporté : 250 kg Hauteur du couchage : 29 cm Dimensions des tablettes chevets L/l : 40 x 30 cm Fabrication française dans notre atelier en Normandie. Colis : *2 colis :100 x 90 x 10 cm + 200 x 26 x 15 cm *Poids du colis le plus lourd : 25/30 kg Le lit ARC avec ses lignes harmonieuses et
  • Abc meubles - lit adulte arc bois avec tête et chevets intégrés bleu pastel 140x190
    Poids : 65 kg. Poids supporté : 250 kg Hauteur du couchage : 29 cm Dimensions des tablettes chevets L/l : 40 x 30 cm Fabrication française dans notre atelier en Normandie. Colis : *2 colis :100 x 90 x 10 cm + 200 x 26 x 15 cm *Poids du colis le plus lourd : 25/30 kg Le lit ARC avec ses lignes harmonieuses et
Gta Online: Gagnez La Supercar Progen Tyrus Maintenant Sur La

GTA Online: gagnez la supercar Progen Tyrus maintenant sur la roue de la fortune

Nouvelle Suite D'exorciste En Préparation

Nouvelle suite d’exorciste en préparation