in

Si la Renault Espace F1 renaissait, ce serait probablement comme ça

Créée par Matra (qui d’autre?) et dévoilé au Salon de Paris en 1994 pour commémorer les 10 ans d’Espace, Renault Espace F1 c’est, encore aujourd’hui, l’un des prototypes les plus marquants non seulement de cette décennie, mais aussi de Renault lui-même.

C’est peut-être pourquoi, environ 27 ans après avoir rencontré le modèle original, les designers Laurent Schmidt et Alex Blend ont uni leurs forces pour imaginer à quoi ressemblerait une version actuelle de l’Espace F1 et le résultat. abandon que nous vous montrons aujourd’hui.

Basé sur la génération actuelle de Renault Espace, cet «Espace F1» est resté assez fidèle à l’original. Que ce soit par les énormes jantes, la peinture dorée accrocheuse ou l’énorme aileron, tout dans cette version du XXIe siècle évoque celle que l’on entendait autrefois sur la piste.

Il est dommage que, contrairement à son prédécesseur, il ne puisse jamais voir le jour. Après tout, la «fièvre des monospaces» est passée depuis longtemps (ne justifiant pas un énorme investissement dans un prototype de ce type) et en plus, l’équipe Renault de Formule 1 elle-même ne s’appelle plus… Renault, désormais connue sous le nom d’Alpine.

Le Renault Espace F1

Bien que n’anticipant aucun modèle de production (et cela ne serait pas attendu), il y avait quelque chose à propos de cet Espace avec un corps doré et musclé et un moteur V10 atmosphérique du Williams-Renault FW15C dans Formule 1 qui a capté (et capte) l’attention.

Sous la carrosserie dont les formes étaient rapidement identifiables comme un Espace se trouvait un châssis en fibre de carbone et un V10 atmosphérique de 3,5 l et 800 ch placés en position centrale. Cela a envoyé la puissance aux roues arrière à travers une boîte séquentielle de six rapports (le même que le Williams F1).

Il va sans dire que toute cette puissance et le régime très réussi auquel l’Espace F1 a été soumis lui ont permis d’accomplir le traditionnel 0 à 100 km / h en à peine 2,8 secondes, d’accélérer à 200 km / h en seulement 6,9 secondes et d’atteindre 312. km / h de vitesse maximale. Si vous vous interrogez sur le sort de ce prototype, découvrez que vous vous «reposez» au musée Matra, en France.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂