dans

Santaferia, le groupe de Cumbia le plus populaire du Chili, rejoint Los Mirlos, légende péruvienne de la Cumbia | 45S

La cumbia est devenue au fil des ans l’un des plus grands standards de la musique latino-américaine. Comme s’il s’agissait d’un être vivant, il a émigré de sa patrie, la Colombie, s’est répandu et s’est installé dans différentes parties du continent. Puis, dans chacun de ces lieux il a évolué, s’est adapté à son environnement et à son évolution différentes caractéristiques dans chacun.

C’est ainsi qu’aujourd’hui on écoute tant de styles de cumbia. Chacun avec son identité et sa saveur. Nous avons, par exemple, la cumbia chicha du Pérou, qui grâce à l’influence du rock psychédélique, arme des mélodies entraînantes avec des guitares électriques et des effets. D’autre part, il y a aussi la cumbia chilienne, fortement nourri par les orchestres cubains.

C’est dans cet environnement très similaire, mais en même temps différent, que deux groupes emblématiques du genre ont décidé de s’unir. Nous parlons de Santaferia et Los Mirlos, respectivement du Chili et du Pérou. Ces deux groupes classiques de cumbia ont profité du temps offert par la terrible pandémie pour pouvoir sortir une chanson ensemble.

La chanson s’intitule « María ». Dans cette composition de Santaferia, les deux styles de ces groupes de cumbia convergent dans la production et les arrangements. C’est un événement sans précédent: une intégration musicale entre des artistes de deux pays voisins et frères.

Nous discutons avec Mauricio Lira, guitariste de Santaferia, à propos de cette première. Il a résolu les grands doutes que nous avions, non seulement sur la chanson, mais aussi à cause du contexte qui est donné et du présent de la cumbia.

Santaferia avec Los Mirlos Comment se déroule cette collaboration?

Nous nous sommes toujours intéressés à Los Mirlos. En vérité, la cumbia péruvienne est très riche et, la voyant plus globalement, nous aimons écouter la cumbia de différents côtés. Cumbia a cette particularité que dans le pays où elle est nourrie, elle a toujours une caractéristique différente et qui est cohérente avec le pays. Los Mirlos est une culture. La trajectoire qu’ils ont, tous les albums… Difficile de ne pas devenir fan de Los Mirlos.

L’année dernière, nous avons fait une tournée à New York. Là, nous avons rencontré une société de production avec laquelle nous avons noué des liens. Ils ont découvert notre intérêt pour Los Mirlos et ont fait le lien. Ils ont parlé avec notre responsable, nous avons entamé les conversations et la pandémie est sortie. Donc, avec ce contexte global que nous vivons, il y avait du temps et de l’énergie pour s’asseoir et dire «il y a Los Mirlos, il faut faire une chanson.

Nous leur avons envoyé notre proposition, ils nous ont envoyé la contre-proposition et c’était très fluide. Ils sont également super cool de participer. Pour nous, les Blackbirds sont l’école. Nous existons depuis 15 ans, cela ne se compare pas à la trajectoire de Los Mirlos qui existe depuis près de 40 ans. Il était important de réaliser ce rêve que nous avions.

Nous avons fait les modèles, nous avons enregistré des idées, nous cinglons, nous distribuons le matériel et faisons des réunions par Zoom. Dans ce cas, je suis le directeur du groupe, donc ils m’envoient les morceaux, je les mets au programme et partage l’audio. Là, nous avons discuté des arrangements, des structures, d’autres idées et ainsi nous avons réussi à spécifier la chanson. Ensuite, nous l’avons envoyé à Los Mirlos et ils ont fait la magie Mirlomana.

A lire :  Mhoni Vidente prédit ce qui arrivera au coronavirus en 2021

J’imagine que l’intervention la plus notoire de Los Mirlos réside dans la guitare …

Clair. Je suis aussi guitariste du groupe et il est important d’essayer d’être à égalité dans la chanson avec Danny Jhonston, qui est le guitariste de Los Mirlos. Comme il a un son si particulier sur la guitare, plus de basses fréquences avec des médiums, j’ai fait le contraire, j’ai mis des aigus et des médiums pour faire le contraste quand la guitare sonnait avec Los Mirlos.

Avec vous, Los Mirlos del Perú

À votre avis, la fusion est-elle plutôt un style Los Mirlos ou plutôt du côté de la Santaferia?

J’ai l’impression que c’est bien mélangé. Le thème dure environ 4 minutes et demie et comporte différentes parties. Il y a la voix de Jorge Rodríguez, le chanteur de Los Mirlos, et il y a la voix de Pollo, qui sont des tons très particuliers. Les guitares des deux groupes ont des caractéristiques différentes. Et une autre chose qui est très Santaferia est le laiton (cuivres): saxophone, deux trompettes et trombone. C’est donc aussi un son très particulier de la Santaferia.

Dans ce processus de combinaison de styles, avez-vous rencontré des difficultés?

Je ne sais pas si j’appelle ça difficulté, mais nous étions curieux de savoir comment Los Mirlos réagirait à la chanson, si beaucoup de choses allaient changer. Parce que nous leur avons envoyé la chanson et qu’ils avaient la liberté de faire ce qu’ils voulaient, mais ils ont quand même respecté la structure et lui ont donné le son de Los Mirlos.

Donc plus que de la difficulté, c’était la curiosité de savoir comment ils allaient interpréter une chanson de nous. S’ils voulaient sortir une guitare ou s’ils voulaient en retirer une partie; mais tout était possible en arrière-plan. S’ils lui enlevaient quelque part, personne n’allait vraiment la contrarier. C’était de savoir comment ils allaient digérer cette chanson.

Comme vous le savez, Los Mirlos – et la cumbia chicha, en général – ont été fortement influencées par le rock psychédélique. En tant que guitariste, partagez-vous cet intérêt pour vos débuts?

Oui, en fait j’ai appris à jouer de la guitare en écoutant du rock, puis j’ai rencontré les enfants et je me suis intéressé à la guitare cumbiera. Il y a encore certains préjugés ici, en ce sens qu’il est vu comme quelque chose de facile ou de simple, ce qui peut-être l’est-il, mais cela va au-delà de la vertu. Il s’agit de trouver l’identité du son sur la guitare et de l’amener à la cumbia.

Et c’est un chemin infini. Je suis dans le groupe depuis presque 12 ans et je suis toujours en train de trouver mon son. Peut-être que cela a fonctionné pour moi, peut-être pas. Je ne sais pas. Mais au moins, c’est déjà enregistré sur les quatre albums studio que nous avons.

J’ai remarqué du rock et quand j’écoutais Los Mirlos ou des groupes de guitare péruviens – comme Los Destellos, Los Shapis, Los Diablos Rojos – on se rend compte qu’à un moment donné ils écoutaient du rock psychédélique, à un moment donné ils entendaient Pink Floyd, des effets artos sur la guitare et l’a conduit à la cumbia. Il est intéressant de voir comment les styles sont mélangés. En plus du fait que la guitare rock est très rocker, elle est très blues, car elle a cette particularité anglo moyenne et l’amener à la musique latine était intéressant.

A lire :  Kanye West Jeffree Star Affair: Détails sur la théorie TikTok

A partir de cette collaboration, avez-vous l’intention de pénétrer le marché de la cumbia péruvienne?

Absolument. Nous sommes très intéressés par l’internationalisation de notre carrière en tant que groupe. Comme je vous le disais, nous sommes allés en Californie, nous avons enregistré deux chansons là-bas, nous avons également joué au centre ville de Los Angeles, nous avons également joué l’année d’avant dernier à New York, nous avons participé à un festival appelé LMAC. Nous avons joué et également enregistré deux chansons. L’année dernière, nous avons sorti un album et avions d’autres projets de voyage. L’un des objectifs est d’aller au Pérou et d’y faire carrière. Comme il est également important pour nous d’aller en Bolivie, nous sommes également allés en Argentine pour faire une tournée. Nous sommes donc intéressés par l’ouverture de l’Amérique latine et, espérons-le, du monde.

Nous jouons depuis longtemps et nous souhaitons ouvrir des portes. De plus, nous avons déjà parcouru le Chili, du nord au sud, d’est en est; alors nous sommes intéressés à internationaliser la carrière et nous sommes désolés de exploit. avec Los Mirlos est d’entrer par la porte d’entrée. Si Los Mirlos dit oui à une collaboration, c’est bon signe, en guise de bienvenue au Pérou.

Mesdames et messieurs: Santaferia.

Au Pérou, la chicha ou cumbia péruvienne à l’étranger a acquis beaucoup de prestige ces dernières années, mais avant elle était méprisée pour être associée à des secteurs socio-économiques défavorisés. Quelle est la situation de la cumbia au Chili?

L’histoire est très similaire. Par exemple, ici il y a des groupes comme La Sonora de Tommy Rey, La Sonora Palacios ou Los Viking 5 (ils utilisent aussi beaucoup de guitare, presque au format Los Mirlos). Ces groupes sont vieux, des années 70 et 80, et ils ont joué une cumbia pas si populaire, plus sonore. Maintenant au Chili, il y a un groupe appelé Chico Trujillo qui a commencé à jouer couvertures de diverses cumbias populaires et ils ont en quelque sorte commencé à tirer ce mouvement de cumbia plus haut. Les jeunes ont commencé à être très intéressés et c’est là que nous sommes entrés. C’était spontané, rien de prévu, il semblait que nous jouions aussi de la cumbia et nous avons commencé à jouer beaucoup.

Et, bien sûr, il y a ce préjugé sur lequel il est désapprouvé, «gratter» pourrait-on dire. Mais cela a commencé à devenir si massif ici au Chili que nous avons joué dans une salle pour 20 000 personnes, dans un stade et toujours plein. De nombreux groupes de cumbia ont commencé à apparaître et un mouvement intéressant a été généré qu’ici la presse vous dit « La nouvelle cumbia chilienne », qui est un peu la cumbia que nous faisons. Il y a aussi d’autres groupes. Il y a La Combo Tortuga, il y a Chumbekes, Chico Trujillo et donc il y a des groupes qui continuent à sortir du matériel comme nous.

Il y a encore des préjugés tout d’un coup. Pas tellement maintenant, mais c’est un peu similaire à ce que vous me dites au Pérou.

Comment gérez-vous un groupe de cumbia dans le contexte de l’industrie musicale actuelle? A d’autres moments, parfois il suffisait juste de sortir un album et c’était suffisant pour plusieurs années, maintenant tout est plus accéléré.

Il joue en direct. Toucher beaucoup de plusieurs côtés. Maintenant que nous avons tous des téléphones portables et que nous avons le monde entre nos mains, nous recherchons toute information et quelque chose sortira. Nous nous déplaçons donc beaucoup sur les réseaux sociaux. Nous essayons de les responsabiliser et constatons que les gens peuvent nous trouver facilement. Comme tous les groupes, nous nous adaptons à ce qui se passe actuellement.

A lire :  Qui est Stas Reeflay? Un youtuber russe arrêté après la mort de sa petite amie

Mais ce qui est fondamental, c’est de jouer et de jouer beaucoup. Il doit y avoir un temps, être prêt à vivre de cette façon et au fond, vous le faites avec affection, car c’est ce que vous aimez faire. Nous nous consacrons uniquement à cela, à faire de la musique, à jouer: c’est notre métier. Nous avons donc beaucoup joué dans de nombreuses régions du Chili, joués par différentes productions, certaines plus limitées, d’autres plus avancées.

C’est bien d’avoir le soutien des réseaux sociaux, mais je pense qu’il est essentiel de jouer beaucoup en live et de créer des liens avec les gens, avec d’autres groupes. C’est super important aujourd’hui.

La Cumbia en Amérique latine est imbattable. Au Pérou, c’est l’un des genres les plus écoutés, je comprends qu’au Chili vous êtes l’un des artistes les plus écoutés; C’est aussi un mouvement très fort en Argentine et sans parler de la Colombie. Qu’est-ce que la cumbia a qui s’impose à l’assaut des nouveaux genres comme le rock, la pop, le reggaeton?

Je crois au rythme dansant. En tant que Latinos, nous avons une relation directe avec cela. De plus, il est très simple de le danser et vous pouvez le faire comme vous le souhaitez. Cela attire beaucoup d’attention. Vous ne faites que du «cha-chichichá chichichá» et il y a déjà une base. Maintenant, vous pouvez danser, vous pouvez créer quelque chose.

Je le compare un peu avec de la salsa ou des rythmes plus Timberos. Et c’est qu’il faut apprendre à danser la salsa, ce n’est pas comme arriver et sauter. La cumbia a cette chose que vous pouvez danser comme vous le souhaitez. Je pense que les gens aiment profiter de ce rythme, cela leur permet de passer un bon moment. Nous devons être fiers de ce que nous avons en tant que latino-américains.

ICI VA LE LIEN YOUTUBE

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Le Comptoir du Bain Savon Traditionnel de Marseille Océan 500ml
    Le savon traditionnel de Marseille du laboratoire Le Comptoir Du Bain est un savon à la texture onctueuse et au parfum Océan, qui lave tout en douceur les peaux les plus sensibles. Il est parfaitement adapté à un usage quotidien grâce à sa formule douce à base d'huiles végétales d'origine naturelle. Idéal
  • magic bodyfashion Jambières de correction fines pour le bas du corps - Noir
    ---- - Noir - Le legging Sim pour bas du corps de MAGIC Bodyfashion garantit des jambes belles, élégantes et serrées. Vous pouvez porter le legging sous un pantalon, ou simplement en combinaison avec une robe/jupe. Non seulement cela corrige, mais cela rend également vos jambes plus belles et plus longues. Et assure
  • Cam Le Monde Du Enfant  rehausseur De Chaise
    Made in Italy, système breveté, Caractéristique unique, universel, accessoires inclusi. référence norme européenne : en 16620 Caoutchouc antidérapant dans la base du produit pour plus de sécurité 3 Set de ceintures de sécurité (1 x bébé à 3 points, 1 x dossier, 1 x siège) ; Accoudoirs latéraux de