dans

Rencontrez Swell, une plateforme sociale basée sur la voix qui ressemble à Clubhouse, mais aussi à Instagram et Twitter

Club-house et Espaces Twitter peut sembler être le dernier mot sur le format de discussion audio sans rendez-vous, mais l’espace évolue plus rapidement que vous ne le pensez.

Une startup de San Francisco appelée Swell, par les co-fondateurs Sudha K Varadarajan et Arish Ali, est une nouvelle plate-forme sociale basée sur la voix qui – à première vue – semble être un mélange de WhatsApp notes vocales, Instagram aliments, et Club-house chat audio mais la concoction finale est unique – et sa beauté est l’asynchronicité.

Contrairement à une plate-forme comme Club-house où les conversations sont maintenant ou jamais – ce qui signifie que vous les entendez en direct ou que vous les manquez complètement – Gonfler permet aux utilisateurs de publier des clips audio autonomes (jusqu’à cinq minutes) avec une image d’accompagnement et des liens qui s’affichent dans un flux. Les autres utilisateurs peuvent parcourir, écouter et laisser leurs propres réponses audio à leur rythme.

Swell propose des options pour les discussions de groupe uniquement audio, les conversations privées (pensez aux DM) ou les conversations publiques appelées Swellcasts. Un Swellcast ressemble plus à un fil de conversation sur Twitter, sauf que la conversation ici comprend des clips audio.

Swell est une nouvelle plate-forme sociale asynchrone basée sur la voix.  (Image : tech2)

Swell est une nouvelle plate-forme sociale asynchrone basée sur la voix. (Image : tech2)

Pour en savoir plus sur comment Gonfler fonctionne, en quoi c’est différent des plateformes comme Club-house, à quel point la modération de contenu est difficile sur les plates-formes audio et pourquoi le format audio est le Zone de conversation Boucle d’or, nous avons parlé au co-fondateur et PDG de Swell, Sudha K Varadarajan.

Tech2 : Qu’est-ce qui rend le format de chat audio si confortable à adapter et donc si populaire ?

Varadarajan : Parler est la forme de communication la plus naturelle – quelque chose avec laquelle les humains ont évolué pour devenir à l’aise au cours de milliers d’années. Les plateformes sociales pilotées par le texte ont forcé les gens à communiquer d’une manière qui n’est pas naturelle – en utilisant du texte compressé et des emojis. C’est pourquoi le chat audio basé sur la voix a été un changement rafraîchissant et populaire car il a permis aux gens de revenir à un moyen de communication plus naturel. À l’autre extrême, les chats vidéo ont tendance à être très intrusifs et à nous imposer une demande beaucoup plus élevée – nous nous soucions de notre apparence, de notre emplacement, de la bande passante pour la vidéo, etc., ce qui nous empêche de nous concentrer sur la conversation et de simplement obtenir notre voix entendue.

L’audio, en tant que mode, s’affranchit de telles contraintes, permettant aux utilisateurs de se concentrer uniquement sur leur communication, sans tracas, et c’est pourquoi il est devenu si populaire.

Tech2: En quoi Swell est-il différent de Club-house ou alors Espaces Twitter?

Varadarajan : Swell est très différent de toute autre plate-forme audio en direct, à la fois en termes de fonctionnalité et d’objectif.

Sur Swell, les utilisateurs peuvent publier des clips audio d’une durée maximale de 5 minutes, qui peuvent être entendus par n’importe qui à sa convenance ; ces publications peuvent être accompagnées d’autres supports comme des photos et des liens. Les utilisateurs n’ont pas besoin d’être présents en temps réel pour participer aux conversations. Donc, contrairement Club-house ou alors Espaces Twitter, au Gonfler, la nature des conversations est asynchrone.

Parallèlement, la plate-forme vise à maintenir les conversations non polarisées et humanisées, portant une intention, une émotion et une empathie distinctes, contrairement à la plupart des plates-formes de médias sociaux. Les utilisateurs parlent de sujets tels qu’une recette native qu’ils ont essayée ou un bel endroit qu’ils ont exploré dans des Swellcasts autonomes.

La limite de 5 minutes garantit également que les utilisateurs ont accès à une gamme variée de contenus dans une courte durée, c’est-à-dire qu’un utilisateur pourra écouter 20 Swells différents et répondre à 10 personnes différentes, dans le temps qu’il lui faut pour écouter. un épisode entier de podcast. La nature rapide de la plate-forme a été conçue pour la rendre pertinente et attrayante pour le jeune public, car il s’agit actuellement du segment démographique qui connaît la croissance la plus rapide pour l’espace audio.

Tech2 : À quel point la modération de contenu est-elle difficile pour des plateformes telles que Gonfler et Club-house?

Varadarajan : La structure et la culture de Swell font de la modération un problème beaucoup plus facile pour Swell qu’il ne l’a été pour d’autres plateformes audio comme Club-house.

Le plus grand défi du chat audio privé en temps réel, et certains diront également que leur plus grande attraction, est qu’il est privé et que les gens se sentent donc moins inhibés et peuvent dire tout ce qu’ils veulent, ce qui entraîne des conversations qui peuvent nécessiter beaucoup de modération pour éviter offenser et blesser des individus et des groupes.

Swell, d’autre part, a été dès le premier jour sur l’authenticité et la responsabilité. La plupart des conversations sur Swell sont publiques et tout le monde peut les entendre à tout moment. Swell est également asynchrone, ce qui signifie que les gens peuvent réfléchir avant de répondre et de dire quoi que ce soit. Cela garantit que les gens sont déjà automodérateurs et réfléchis avant de publier sur Swell. Il y a moins de chance qu’il y ait un coup de gueule du moment qui oblige les modérateurs à intervenir.

Cela dit, en général, la modération de contenu pour tout réseau de médias sociaux est un problème difficile, car le contenu est uniquement généré par l’utilisateur. Ainsi, plus le nombre d’utilisateurs – ce qui est une aubaine pour la plate-forme – est élevé, plus le besoin d’un mécanisme de surveillance robuste est important.

Pour Swell, nous avons décidé de redonner le pouvoir aux utilisateurs dans la mesure où ils disposent de droits de modération complets. Les utilisateurs sont autorisés à supprimer toute réponse à leurs messages qu’ils trouvent offensante ou désagréable, sans être interrogés par l’équipe de modération de Swell. De même, pour les Swellcasts, tous les co-hôtes ont des droits de modérateur.

De plus, si un utilisateur trouve un message inapproprié, il peut le signaler à l’équipe de modération de Swell pour un examen rapide et une action conformément aux conditions d’utilisation de l’application.

Tech2 : Avec Twitter qui a rejoint cet espace plus tôt cette année, à quel point est-ce difficile pour des plateformes comme Gonfler pour trouver leur public ?

Varadarajan : Nous pensons que le public qui visiterait une plate-forme audio en direct visiterait également Swell, en fonction de l’objectif de sa visite. Par exemple, un utilisateur peut écouter un sujet d’intérêt dans une conversation en temps réel sur une plate-forme sans rendez-vous. Mais ce ne serait qu’une session finie, donc une fois qu’elle se terminera, rien ne l’empêchera de parler de ce qu’il a aimé dans la conversation, ses principaux points à retenir, sur Swell. Parce que Swell est une plate-forme permettant aux gens de partager leur vie en audio, sans se limiter à un sujet ou à un moment spécifique.

Nous pensons donc que nous allons progressivement développer notre base d’audience, car Swell complète les autres acteurs de l’industrie et ne les concurrence pas.

Tech2 : Twitter et Clubhouse expérimentent tous les deux un modèle de monétisation, Swell travaille-t-il sur quelque chose de similaire ?

Varadarajan : À l’heure actuelle, notre objectif est d’offrir aux utilisateurs une expérience de réseautage audio social humanisée et authentique. Et pour ce faire, nous avons exclu pour le moment tout modèle de monétisation basé sur la publicité. À l’avenir, nous chercherons à générer des revenus grâce à des abonnements premium exclusifs et à un accès payant à certaines des fonctionnalités premium de l’application.

Alors que la première option permettra aux utilisateurs d’accéder au contenu d’un créateur qu’ils aiment vraiment écouter en payant un certain prix, la deuxième alternative est assez explicite. Cependant, il reste encore du temps pour que ces fonctionnalités soient disponibles.

Tech2 : L’audio est-il l’avenir ?

Varadarajan : Il n’est peut-être pas correct de dire que l’audio est l’avenir, car cela pourrait impliquer qu’il n’était pas là dans le passé ou qu’il n’existe pas dans le présent. L’audio était et est très présent, par exemple via la FM, la radio ou un autre support. L’audio social n’est qu’une autre nouvelle dimension de cette industrie, qui est là pour rester. Et il complétera toutes les autres formes de communication, qu’elles soient visuelles ou textuelles, en fonction des préférences, des exigences ou des fonctionnalités de chacun.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂