dans

Regé-Jean Page reprend sa carrière après avoir quitté Bridgerton

Les premiers jours d’avril n’étaient pas les meilleurs pour les fans de Bridgerton, la série à succès du service de streaming Netflix, depuis Page Regé-Jean a révélé qu’il avait quitté le projet avant la deuxième saison. Les raisons du protagoniste étaient de donner la priorité à sa carrière, qui vient d’être reprise avec une nouvelle production auquel il a rejoint après être devenu célèbre sur le spectacle Shondaland. Voyez ce que c’est!

« La course d’une vie. Ce fut un plaisir et un privilège d’être votre duc. Rejoindre cette famille, non seulement à l’écran, mais aussi hors écran. Notre casting, notre équipe et nos fans incroyablement créatifs et généreux – tout est parti au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer. L’amour est réel et continuera de grandir « L’acteur a écrit sur son compte Instagram officiel pour dire au revoir à la Duc de Hastings.

Après son départ, les fans ont parié contre le créateur de l’émission, Shonda rime, mais s’est défendu dans Variety: «J’ai été très surpris, car cela se produit généralement lorsque je tue quelqu’un qui est là depuis un certain temps. Comme si nous ne l’avions pas tué, il est toujours vivant! « . Avec la confirmation des saisons 3 et 4 sur la plateforme, Simon Basset devrait revenir d’une manière ou d’une autre.

Cependant, on ne peut pas dire que l’interprète traverse une mauvaise période après avoir quitté la série qui l’a conduit à la célébrité, depuis le début de la production de Dungeons & Dragons (Donjons et Dragons) vient d’être annoncé, un film qui mettra en vedette Regé-Jean Page lui-même. Jonathan Goldstein Il dirigera le film Paramount et officialisera le début du tournage sur son Twitter.

C’était le premier projet que l’acteur a accepté au milieu du succès de Bridgerton, quand il est devenu la meilleure sortie de l’histoire de Netflix. Dans ce long métrage basé sur le célèbre jeu de société qui est apparu dans Stranger Things sera accompagné de Chris Pine, Michelle Rodriguez et le juge Smith. Les détails de l’intrigue et de son ouverture sont encore inconnus.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Jean Belgueule Stupid Fresh serum hydratant
    Sérum hydratant Stupid Fresh Après sêtre rasé ou avoir entretenu sa barbe, lhydratation du visage est la dernière étape à votre protocole de soin. Le sérum hydratant stupid fresh présente une texture fluide et non grasse qui pénètre rapidement dans lépiderme et en aucun ne fait briller la peau. Il convient à tout type de peau La formulation du sérum hydratant Stupid Fresh à base dactifs naturels et bio en fait le complément idéal de toute la gamme de produits Jean Belgueule Le beurre de karité naturel protège et adoucit la peau LHuile de Jojoba naturel donne souplesse et élasticité à la peau Cocktail multi minéral chrono énergisant et anti radicalaire (Magnésium, Zinc et cuivre) agit à tout âge sur la vitalité, la prévention du vieillissement cutané et la protection contre le stress et la pollution LAloe Vera bio est reconnu pour ses propriétés apaisantes et réparatrices
  • Jean-Pierre Thorn, Vol. 1 [DVD]
    Contient : - Le Dos au mur (1980) : Cinéaste et militant, Jean-Pierre Thorn au lendemain de Mai 68 (après avoir réalisé "Oser Lutter, Oser Vaincre" dans l'usine Renault Flins) se détourne de sa carrière naissante pour "s'établir" dans l'usine Alsthom de St Ouen, comme ouvrier O.S. où il travaillera 8 ans. "Le dos au mur", c'est avant tout cela : l'aboutissement d'une double expérience à la fois ouvrière et cinématographique. Une histoire poignante, vécue jour après jour de l'intérieur. Plus qu'un manifeste "Le dos au mur" est surtout une oeuvre cinématographique subtilement conçue qui apparaît aujourd'hui comme un formidable document historique sur la fin des années 70 et ce qu'elles portèrent comme utopies, conquêtes et désillusions. - Faire kiffer les anges (1996) : Film culte qui accompagne la naissance de la dans hip hop en France dans la fin des années 80 : du Bronx aux Minguettes - dans les souterrains des villes et leurs banlieues - s'est imposé un mouvement artistique rebelle, le "Mouv' hip hop" qui, à travers graffs, rap et "break dance" permet à toute une jeunesse - qui se vit comme "grillée" - de clamer : "J'existe !".