dans

Qu’est-il arrivé à Shana Grice? Un adolescent condamné à une amende pour avoir signalé un harceleur avant le meurtre

Les femmes qui dénoncent le harcèlement et la violence sexuels se voient généralement dire de simplement «le dire à la police». Mais que se passe-t-il lorsque le signalement d’un crime ne crée rien d’autre qu’un traumatisme et une peur accrus?

C’était le cas de Shana Grice, une Britannique de 19 ans qui a dénoncé son harceleur aux autorités cinq fois avant de l’assassiner à son domicile en 2016.

Qu’est-il arrivé à Shana Grice?

L’ex-partenaire de Grice, Micheal Lane, l’avait traquée, harcelée et maltraitée avant de finalement se suicider pendant que la police était là et ignorait les multiples rapports qu’elle avait déposés.

À une occasion, Lane a simplement reçu un avertissement de la part des agents après avoir pénétré par effraction dans la maison de Grice. Pendant ce temps, lorsqu’elle a signalé un incident au cours duquel il l’a agressée physiquement et a tenté de prendre son téléphone, elle a été giflée d’une amende de 120 € pour avoir perdu du temps à la police.

Des semaines plus tard, Lane pénétrait par effraction dans la maison de Grice pour la deuxième fois et l’assassinerait pendant qu’elle dormait.

L’histoire de Grice a été présentée dans un récent documentaire de Sky Crime, « Murder in Slow Motion,  » des femmes assassinées par des harceleurs qu’elles avaient dénoncés à la police. Le documentaire a également révélé qu’après avoir dénoncé son ex petit-ami à la police, Grice a été interrogée par des agents devant Lane et ses parents avant de voir son histoire écartée et qualifiée de «tiff de l’amant».

Il ne s’agit là que d’un autre exemple tragique de la façon dont le système juridique laisse systématiquement tomber les femmes, même lorsqu’elles passent par les canaux appropriés. Mais, malheureusement, ces occurrences ne sont pas rares.

Les femmes ont du mal à faire confiance à un système qui les laisse tomber encore et encore.

Pour les femmes qui se trouvent dans des situations similaires à Grice, il est presque impossible de rassembler le courage de dénoncer les abus et le harcèlement, surtout quand elles savent que les autorités pourraient ne pas les prendre au sérieux.

Se tourner vers la police peut être un effort futile et ne fait qu’ajouter à la honte, à l’embarras et au traumatisme que les femmes subissent aux mains de leurs agresseurs.

Depuis 2010, 2 075 femmes ont été assassinées au Royaume-Uni. 57% ont été tués par une personne qu’ils connaissaient et une grande majorité était le partenaire de la victime ou un ex.

Cela correspond directement à des chiffres similaires aux États-Unis.Selon une analyse de 2018 de 4484 fémicides, 46% des femmes sont décédées aux mains d’un partenaire intime.

Beaucoup de ces décès auraient pu être évités si les rapports précédents avaient été pris plus au sérieux. Un tiers des hommes qui ont tué un partenaire actuel ou ancien étaient déjà connus publiquement comme une menace pour leur proche.

Les hommes s’en tirent avec des avertissements, des amendes ou de simples gifles avant d’assassiner brutalement les femmes qui les dénoncent.

Plus de femmes que jamais signalent des cas de viol, mais les taux de condamnation chutent rapidement. Les rapports ont augmenté de 173% ces dernières années tandis que les poursuites réussies ont chuté de 14%.

Le courage que les femmes trouvent pour passer par les voies officielles leur est renvoyé au visage lorsque leurs affaires sont ignorées, classées ou rejetées par les tribunaux.

Les personnes à qui les femmes sont invitées à se tourner pour obtenir de l’aide sont également les auteurs de crimes à leur encontre.

Il est encore plus difficile d’approcher les autorités étant donné les taux élevés auxquels les policiers commettent des crimes contre les femmes.

Début mars 2021, un policier basé à Londres a été arrêté pour le meurtre de Sarah Everard, ce qui a suscité l’indignation et la peur des femmes du monde entier et a accru la méfiance à l’égard de ceux dont le travail consiste à protéger les femmes.

L’article continue ci-dessous

Everard rentrait chez lui dans des rues bien éclairées, couvert de la tête aux pieds, et a même passé une partie du voyage au téléphone avec son petit ami pour lui faire savoir qu’elle était en route.

Elle a fait tout ce que les femmes sont «censées faire», mais elle n’y est toujours pas parvenue.

Encore une fois, son cas n’est pas une anomalie. Les femmes sont terriblement vulnérables en garde à vue.

En Angleterre et au Pays de Galles, près de 1500 accusations d’inconduite sexuelle, notamment de harcèlement sexuel, d’exploitation de victimes de crimes et de maltraitance d’enfants, ont été portées contre des policiers entre 2012 et 2018.

Des policiers aux États-Unis ont été accusés de viol 405 fois entre 2005 et 2013. C’est une moyenne de 45 par an. Les attouchements forcés étaient encore plus courants, avec 636 cas de cette agression faisant l’objet de poursuites.

Et ce ne sont que les incidents qui ont été signalés et condamnés. Ces crimes sont divulgués à des taux incroyablement bas lorsque le signalement implique de parler aux collègues et aux pairs de votre agresseur.

Le manque de respect dont font preuve les femmes lorsqu’elles signalent des délits produit un cercle vicieux d’abus. Les femmes sont dissuadées de signaler des crimes, les agresseurs sont validés dans leurs actions en ne faisant jamais face aux conséquences et continuent ainsi à commettre d’autres abus contre les femmes.

Mais ce sont les femmes qui paient de leur vie les lacunes d’un système juridique misogyne, et les femmes qui sont les victimes récurrentes de ce cycle d’injustice.

Alice Kelly est une écrivaine vivant à Brooklyn, New York. Attrapez-la en train de couvrir tout ce qui concerne la justice sociale, les nouvelles et les divertissements.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Oh qu'il est bio Lot de 5 Carrés à Démaquiller Lavables en Coton Bio - Sachet 5 carrés à démaquiller lavables
    Oh qu'il est bio Lot de 5 Carrés à Démaquiller Lavables en Coton Biosont des carrés à démaquiller lavables en coton bio pour se démaquiller ou pour nettoyer les petites frimousses !Très douces et faciles d'utilisations, les lingettes lavables en coton
  • Oh qu'il est bio Lot de 10 Carrés à Démaquiller Lavables en Coton Bio - Sachet 10 carrés à démaquiller lavables
    Oh qu'il est bio Lot de 10 Carrés à Démaquiller Lavables en Coton Bio sont des carrés à démaquiller lavables en coton bio pour se démaquiller ou pour nettoyer les petites frimousses !Très douces et faciles d'utilisations, les lingettes lavables en coton
  • Nildor Savon Roche Rousse Peaux à Problèmes et Adolescent 4en1 100g
    Nildor Savon Roche Rousse Peaux à Problèmes et Adolescent 4en1 100g est un savon aromatique frais et revitalisant, il régule les peaux fatiguées ou à problème.