dans

Quatre responsables ont demandé des données: les enquêteurs du « NSU 2.0 » suspectent des policiers

Depuis deux ans maintenant, célébrités et politiciens reçoivent des courriels de menaces de droite avec l’expéditeur « NSU 2.0 ». Certaines pistes mènent à la police. Quatre fonctionnaires de Hambourg et de Berlin sont actuellement visés par les enquêteurs spéciaux de Hesse.

Dans le cas des lettres de menace d’extrême droite avec l’expéditeur « NSU 2.0 », les enquêteurs spéciaux de Hesse suivent un rapport médiatique, selon un rapport médiatique, de nouvelles traces à Hambourg et Berlin. Comme l’ont rapporté le WDR et le «Süddeutsche Zeitung», quatre policiers au total dans les deux villes sont considérés comme de possibles suspects. Tous les quatre ont déjà été interrogés, mais devraient continuer à se présenter au travail.

À Hambourg, on dit qu’il s’agit d’un officier du district de Hambourg-Mitte et d’un officier du district de Hambourg-Neugraben. Ils auraient accédé indépendamment aux données privées de l’auteur du « taz » Hengameh Yaghoobifarah dans les ordinateurs de la police peu avant que Yaghoobifarah ne reçoive des menaces anonymes.

Selon le rapport, les responsables ont déclaré avoir interrogé les données par curiosité ou par colère via une colonne dans le «taz» sur l’ordinateur de la police. Du point de vue des enquêteurs spéciaux, cependant, il n’y a jusqu’à présent aucune preuve qu’ils aient utilisé ou transmis les données.

Selon le rapport, les soupçons à Berlin se concentrent sur deux officiers des districts de Neukölln et Spandau. Ils auraient interrogé les données privées de l’artiste de cabaret berlinois Idil Baydar dans la base de données de la police Poliks, qui a été menacée par la « NSU 2.0 » un peu plus tard – en utilisant les mêmes données qui sont protégées du public.

Des inconnus envoient des lettres de menaces sous le pseudonyme de «NSU 2.0» depuis août 2018. L’abréviation rappelle l’organisation terroriste National Socialist Underground (NSU). Il y a toujours des traces de la police elle-même: à Landshut, un ancien policier et sa femme ont été brièvement arrêtés fin juillet. Le couple est soupçonné d’avoir envoyé plusieurs lettres de menaces à des membres du Bundestag et à divers autres destinataires. L’enquête nationale est menée par un groupe d’enquêteurs spéciaux de Wiesbaden. Parfois, le groupe était composé d’environ 60 agents.

.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂