dans

Pourquoi les gens ont besoin de se sentir «  bien  » face aux motivations des tireurs

Plusieurs théories circulent pour expliquer les raisons de la fusillade qui a fait 8 morts, dont six femmes asiatiques, dans trois spas de la région d’Atlanta plus tôt cette semaine.

Le mot «théorie» est peut-être en fait trop gentil, car il s’agit en fait de suppositions, voire de demandes, c’est-à-dire: «Nous exigeons que le public reconnaisse qu’il passait simplement une mauvaise journée.»

Partant de l’hypothèse que le tireur est un accro du sexe, un incel, un psychopathe ou simplement un raciste et misogyne en colère, il y a beaucoup d’opinions fortes qui circulent avant que les autorités aient eu le temps de mener une enquête et de présenter au public un arriéré de soutien. des faits.

Pourquoi ressentons-nous tous le besoin d’avoir raison sur des choses auxquelles aucun de nous ne pourrait vraiment connaître la réponse avec certitude?

C’est peut-être parce que nous sommes connectés. Les gens peuvent avoir développé un besoin profond d’avoir raison.

L’explication dominante de l’existence de l’argumentation dans la société humaine vient d’une étude publiée par Cambridge University Press en 2011, écrite par Hugo Mercer et Dan Serber. Ils postulent que se disputer est le but du raisonnement, et la raison même pour laquelle les humains ont acquis une capacité d’action rationnelle au départ.

Même en 2011, avant l’ère Trump, le sujet de la désinformation était discuté dans les cercles universitaires.

Parce que les gens ont tendance à croire en des choses qui sont manifestement fausses, Mercer et Serber ont soutenu que le raisonnement n’a jamais été conçu pour amener le cerveau humain à posséder des informations «correctes». Au contraire, le raisonnement a évolué pour que nous puissions découvrir des moyens astucieux de convaincre les autres de croire ce que nous croyons.

Cela explique également le biais de confirmation, ou l’acte de se pencher sur des idées qui soutiennent nos propres croyances et de ne pas tenir compte de celles qui ne le font pas.

A lire :  Maci Bookout a-t-il subi une chirurgie plastique? Voir la photo qui fait parler les fans

La conclusion à laquelle le couple est arrivé est que les gens sont beaucoup plus susceptibles de rechercher des arguments qui soutiennent leurs croyances antérieures qu’ils ne le sont pour raisonner réellement sur la vérité d’un problème particulier.

Nous en voyons la preuve tout autour de nous. Quand quelque chose de tragique se produit, le besoin de l’expliquer se traduit par autant d’idées contradictoires qu’il y a de médias pour les faire circuler.

Certaines de ces opinions sont tenues en raison de notre besoin évolutif d’avoir raison et de l’expérience passée qui a façonné nos positions actuelles. D’autres arguments sont avancés dans la foi du bain pour profiter de ceux qui sont déjà d’accord, marquent des points politiques ou génèrent du buzz.

Avec autant de dépendances sur les retombées sociopolitiques des arguments dans le climat actuel, argumenter de mauvaise foi peut avoir des répercussions dangereuses.

Une recherche plus récente publiée en 2020 dans la revue Springer Nature et rédigée par Fabian Seitz est en désaccord avec le récit établi.

Alors qu’il suggère que la théorie est sur la bonne voie, Seitz décrit un modèle détaillé de la cognition des premiers hominidés, et comment le besoin d’arguments est apparu en premier lieu.

Seitz pense que l’argumentation est née du simple besoin des humains de collaborer et de résoudre les problèmes ensemble. Il déclare en outre que la capacité n’est pas apparue en réponse à un seul besoin spécifique comme être correct, mais à travers une série de traits co-évolués. Ces traits commencent par la construction de niche en tant que précurseur, puis incluent le raisonnement, la volonté de contrôler le comportement et l’intrication d’artefacts.

Les premières variantes humaines ont fait face à des obstacles importants à leur survie. Des choses simples comme «où devrions-nous chercher de la nourriture» ou «devrions-nous manger cette plante d’apparence géniale?» étaient des questions qui posaient des risques importants pour des populations entières. Seitz explique qu’après avoir établi une niche dans l’environnement, les premiers humains raisonneraient à travers des solutions aux problèmes auxquels ils étaient confrontés, travailleraient en collaboration avec les autres et tentaient de contrôler et de plier les circonstances extérieures à leur volonté.

A lire :  Nichol Kessinger est-il en contact avec le tueur de famille Chris Watts?

L’agence rationnelle aujourd’hui

Quelle que soit la manière dont nous avons développé la capacité de raisonnement et d’argumentation, nos premiers ancêtres seraient absolument sidérés par la manière dont nous déployons ces compétences aujourd’hui.

Au lieu de travailler pour résoudre des problèmes comme la faim communautaire, nous nous engageons activement dans le théâtre pour empêcher la moitié de la population de bénéficier de certaines protections juridiques.

Nous nous disputons également pour savoir qui est le meilleur Batman ou quels condiments utiliser sur les aliments populaires. Ainsi, le pendule oscille dans les deux sens. Il est difficile d’imaginer un Australopithecine effrayé se cachant d’un prédateur, interrompant brièvement leur tremblement involontaire pour regarder vers le haut dans un ciel clair à travers des feuilles couvertes de rosée et murmurer: «Je pense que c’était Michael Keaton.

Seitz souligne que le raisonnement est une compétence cognitive individuelle. L’argumentation, cependant, est socio-linguistique. Il s’agit de communiquer dans une société. Étant donné que les humains ont développé la capacité de se battre les uns avec les autres via des mots et que les questions complexes de survie ne sont pas sur la table 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, nos compétences sont orientées dans d’autres directions moins significatives.

L’article continue ci-dessous

Pourquoi il est important de comprendre ce qui est en jeu

Nous vivons dans un monde en feu. Les acteurs irrationnels adoptent souvent une approche terre brûlée pour les arguments de nos jours. L’idée d’interagir en collaboration avec des mots pour résoudre des problèmes communs peut être décédée avec nos ancêtres. Ou alors, il nous attend peut-être pour mieux comprendre ces dynamiques qui se produisent dans l’esprit et dans nos communautés alors que chacun de nous formule et entend des arguments.

Ce dernier jeu de tir est-il motivé par la haine pour un groupe spécifique de personnes? Donald Trump est-il un bon chrétien? Le peuple lézard vit-il vraiment au centre de la terre?

L’humanité peut faire mieux que de former des lignes de bataille et de soulever des agressions verbales malveillantes depuis les tranchées.

A lire :  Petite amie de Trouble: Qui est Nicole Moorman?

Lorsque les gens comprennent les mécanismes à l’œuvre dans leur propre esprit, ils peuvent en prendre le contrôle pour créer des résultats positifs.

Le fait de savoir que la majorité des arguments sont causés par un manque direct de compréhension empathique d’une autre personne peut nous aider à écouter et à apprendre patiemment avant de nous engager dans des points de discussion fatigués depuis longtemps périmés. Il est important d’attendre le contexte et les faits avant de tirer des conclusions.

Un jour, cette pratique pourrait être aussi ancrée dans nos esprits que le besoin d’argumenter l’est maintenant.

Peut-être qu’un peu de patience et de compréhension peuvent nous amener dans la bonne direction.

Kevin Lankes, MFA, est un éditeur et auteur qui travaille dans Here Comes Everyone, Pigeon Pages, Owl Hollow Press, The Huffington Post, The Riverdale Press, etc.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Cadilo Sterilised Light pour chat 8 kg
    Pauvres en calories, les croquettes pour chat Cadilo Sterilised Light sont spécialement conçues pour répondre aux besoins spécifiques des chats castrés ou stérilisés qui ont un besoin énergétique moindre. * Repas pauvre en calories * Aide votre chat à se sentir rassasié * Ne contient aucune farine de gluten *
  • Cadilo Sterilised Light pour chat 2 x 2 kg
    Pauvres en calories, les croquettes pour chat Cadilo Sterilised Light sont spécialement conçues pour répondre aux besoins spécifiques des chats castrés ou stérilisés qui ont un besoin énergétique moindre. * Repas pauvre en calories * Aide votre chat à se sentir rassasié * Ne contient aucune farine de gluten *
  • Cadilo Sterilised Light pour chat 2 kg
    Pauvres en calories, les croquettes pour chat Cadilo Sterilised Light sont spécialement conçues pour répondre aux besoins spécifiques des chats castrés ou stérilisés qui ont un besoin énergétique moindre. * Repas pauvre en calories * Aide votre chat à se sentir rassasié * Ne contient aucune farine de gluten *