dans

Pourquoi les femmes ne font pas confiance à la protection de la police après la mort de Sarah Everard

À la suite de l’enlèvement et du meurtre de Sarah Everard par l’agent de police alors actif Wayne Couzens en mars 2021, la colère généralisée face au peu de mesures prises pour protéger la sécurité des femmes a secoué le monde.

Alors qu’elles pleuraient la mort de l’homme de 33 ans qui avait été enlevé alors qu’il rentrait chez lui dans une rue bien éclairée, les femmes du monde entier ont parlé des fois où elles ont été harcelées, maltraitées, traquées, attaquées et violées par des hommes.

Ce qui était censé être des veillées pacifiques organisées pour commémorer Everard et faire preuve de solidarité avec les victimes de violence masculine est devenu une autre source d’indignation après que des images ont montré que la police poussait violemment les manifestants, menottait les femmes et empêchait les foules de rendre hommage.

La réponse de la police a ajouté au sentiment que les forces de l’ordre ne sont pas disposées à entendre les besoins et les préoccupations des femmes qui craignent pour leur sécurité.

Le calcul a soulevé des questions sur une culture de misogynie qui rend les femmes responsables de la prévention et de la prévention des crimes violents contre elles-mêmes plutôt que de se concentrer sur la responsabilisation des hommes qui les commettent pour avoir fait cesser ce comportement.

Beaucoup ont également exprimé leur extrême frustration face à la manière dont le système de police permet la violence contre les femmes, à la fois à l’extérieur et au sein de leurs propres rangs.

En réponse, le Premier ministre Boris Johnson a annoncé un plan généré par le groupe de travail sur la criminalité et la justice du gouvernement qui comprendrait des mesures telles que l’amélioration de l’éclairage public et de la vidéosurveillance, ainsi que l’envoi de policiers en civil « dans les clubs, les bars et les boîtes de nuit populaires pour relayer des renseignements sur les prédateurs. ou des délinquants suspects à des agents en uniforme »- une stratégie étrange avec peu de corrélation avec le problème en question.

A lire :  Qui est Elaine Welteroth? Détails sur le nouveau co-animateur de «The Talk»

Everard a été enlevé et tué par un policier au milieu d’une pandémie alors qu’aucun bar ou boîte de nuit n’était ouvert. Et quoi qu’il en soit, comment la police envisage-t-elle de protéger les femmes des dangers qu’elles présentent elles-mêmes?

La façon dont la police traite les femmes érode leur confiance dans le système de justice.

La police a une longue histoire de mauvaise gestion des crimes contre les femmes à travers le monde. De nombreuses femmes hésitent même à signaler des crimes par crainte de ne pas être crues ou prises au sérieux, ou pire.

Pour ceux qui se manifestent, les résultats les laissent souvent plus désespérés.

Moins de 1% des viols signalés mènent à des condamnations pour crime aux États-Unis. Des chiffres similaires existent au Royaume-Uni.

Parmi ces viols signalés, 89% des survivants font face à de graves conséquences émotionnelles et physiques après s’être manifestés.

Souvent, la police ne parvient pas à collecter et / ou à enregistrer avec précision les informations vitales des victimes, ce qui signifie que les enquêtes sont compromises si elles sont menées.

Le traumatisme supplémentaire causé par le racisme systémique au sein des forces de police rend presque impossible pour les femmes de couleur de faire confiance aux systèmes qui échouent à tous les aspects de leur identité.

Les hommes et les femmes transgenres, qui sont confrontés à des violences sexuelles en grand nombre, sont sept fois plus susceptibles de subir des violences physiques de la part de la police après avoir signalé un crime que les victimes et survivants cisgenres.

Le cas de Sarah Everard a également ravivé la fureur face à la gestion par la police des meurtres des sœurs Nicole Smallman et Bibaa Henry à Wembley Park à la mi-2020.

Leur mère a été forcée d’organiser elle-même une recherche pour les femmes après que la police eut initialement ignoré les rapports sur les personnes disparues. Le petit ami de Smallman est celui qui a trouvé les sœurs et l’arme du crime.

Ajoutant encore à la douleur de la famille, il a été découvert plus tard que la police avait pris des selfies avec les corps des jeunes femmes sur les lieux et les avait partagés avec d’autres, y compris des membres du grand public.

A lire :  Slipknot annonce la vente de masques de son stade actuel | 45S

Les femmes et les autres groupes vulnérables ne sont pas protégés avant, pendant ou après les crimes violents, alors comment peut-on s’attendre à ce que quiconque fasse confiance à la police?

La police n’est pas la solution – elle fait partie du problème.

Faire confiance à une force de police qui, si souvent, maltraite les crimes contre les femmes est encore plus compliqué étant donné que la police est souvent les auteurs de ces crimes.

Everard a été assassinée par un policier à qui elle aurait dû faire confiance, et elle est l’une des nombreuses femmes dont la police a profité.

Une enquête menée au Royaume-Uni en 2019 a montré que près de 1500 accusations d’inconduite sexuelle ont été portées contre des policiers en six ans, dont seulement 25% ont abouti à un licenciement ou à une démission.

Des policiers aux États-Unis ont été inculpés 405 fois de viol forcé entre 2005 et 2013, soit une moyenne de 45 viols par an. Ils ont été accusés de caresses forcées en nombre encore plus grand, à 636 cas, pour une moyenne de 71 par an.

De plus, les données suggèrent que 40% des policiers ont admis «avoir été physiquement violents avec leur conjoint».

Si la police ne peut même pas s’occuper de sa propre famille, comment va-t-elle protéger les femmes des hommes comme eux dans les boîtes de nuit?

On pourrait alors faire valoir que la police déguisée en civil dans les boîtes de nuit et les bars peut potentiellement rendre les femmes encore plus vulnérables aux agents voyous prêts à abuser de leur pouvoir.

L’article continue ci-dessous

Ce plan de maintien de l’ordre dans les boîtes de nuit est particulièrement archaïque étant donné une enquête publique en cours au Royaume-Uni qui a révélé plusieurs agents d’infiltration qui avaient des relations avec des femmes, et même des enfants, qui n’avaient aucune idée de leur véritable identité.

Les «solutions» comme la police secrète dans les bars et l’éclairage public supplémentaire ne rendent la responsabilité de la sécurité des femmes qu’aux femmes.

Les crimes contre les femmes ne se produisent pas parce qu’il n’y a pas assez de policiers pour les arrêter.

Ils surviennent en raison de la misogynie institutionnalisée qui est enracinée dans les services de police et dans la société en général.

A lire :  Spotify 'La dernière artiste américaine de RADAR en rouge augmente le volume avant la sortie de son premier album - Spotify

Quatre-vingt dix pour cent des crimes sexuels sont perpétrés par une personne familière de la victime. Ils surviennent principalement dans les foyers, dans les relations ou dans des espaces où la présence policière est inexistante.

Un policier qui regarde du coin d’une boîte de nuit ne va pas sauver une femme de son partenaire violent ou la protéger de ce qui se passe derrière des portes closes.

Les services de police perpétuent systématiquement un récit des femmes comme des victimes constamment potentielles plutôt que de se concentrer sur les hommes dont elles sont vraiment les plus à risque.

Les fonds alloués au maintien de l’ordre pourraient être mieux répartis dans une meilleure éducation sexuelle, y compris une compréhension plus complète du consentement et une lutte contre la misogynie systémique dans tous les domaines de la société.

Alice Kelly est une écrivaine vivant à Brooklyn, New York. Attrapez-la en train de couvrir tout ce qui concerne la justice sociale, les actualités et les divertissements. Suivre elle sur Twitter pour plus.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂

  • Hartmann Paul Confiance Secure Protection Anatomique 8 Gouttes Adulte 30 unités
    CONFIANCE P/INC SECUR ABS 8G 30 sont des couches ANATOMIQUE adulte avec super absorbant adaptée à tout type d'incontinence sévère, urinaire et/ou fécale, chez la FEMME ou chez l'HOMME. Protection à découpe ANATOMIQUE, bords arrondis et effilés, constituée d'un TRIPLE coussin absorbant DRY PLUS (effet garde au
  • Hartmann Paul Confiance Secure Protection Anatomique 6 Gouttes Adulte 30 unités
    Confiance Secure Protection Anatomique Incontinence Adulte est adaptée à tout type d'incontinence sévère, urinaire et/ou fécale, chez la femme ou chez l'homme. Protection à découpe ANATOMIQUE, bords arrondis et effilés, constituée d'un TRIPLE coussin absorbant DRY PLUS (effet garde au sec garanti), d'une
  • Lemon Pharma Fleurs de Bach Perles Confiance en Soi Enfants 20g
    Fleurs de Bach Perles Confiance en Soi Enfants est un complément alimentaire du laboratoire Lemon Pharma d'après les procédés du Dr Bach à base de larix, de gentiane, de peuplier tremble et de plumbago issus de l'agriculture biologique. La législation ne nous autorisant pas à communiquer sur les propriétés de