in

« Plusieurs fois, nous nous sentons coupables de nous amuser loin de notre pays »: Anabel Castañón, protagoniste de Santa Bárbara

Bárbara est une migrante latina en Espagne. Elle travaille comme employée de maison. Pendant son temps libre, elle joue au football dans une équipe composée d’autres femmes migrantes. Il aime aussi danser occasionnellement la bachata. Il entretient une relation amoureuse avec Maribel, une Espagnole avec qui il a su faire de bons haltères. A distance, Bárbara entretient une communication constante avec sa famille et consacre la quasi-totalité de son salaire à l’entretien de ses enfants, deux garçons dont elle a dû se séparer pour leur offrir une vie décente. Tout bascule lorsque son fils aîné doit vivre avec elle pour avoir fait le mauvais pas.

Ce personnage féminin est joué par l’actrice mexicaine Anabel Castañón. Pendant 14 ans, il a vécu en dehors du Mexique et Sainte Barbara représente une manière de renouer avec le cinéma mexicain à travers cette coproduction réalisée par Anaïs Pareto Onghena. Le réalisateur lui a fait confiance pour jouer dans cette histoire qui aborde des questions controversées à ce jour car il existe des secteurs conservateurs qui s’opposent à leur évolution, comme le concept de famille.

Lors du Morelia International Film Festival (FICM) nous avons pu interviewer Anabel Castañón pour en savoir un peu plus sur son personnage et sa rencontre avec le cinéma à travers un titre qui faisait partie de la Sélection Officielle FICM.

Entretien avec Anabel Castañón, protagoniste du film Santa Bárbara

Anabel, votre personnage de Bárbara est complexe, entre autres, parce qu’elle porte des rôles ou des thèmes qui mettent à l’épreuve nos préjugés et nos jugements : maternité, migration, amour pour une personne du même sexe. C’est aussi une femme qui se retient beaucoup dans les situations à exploiter. Comment avez-vous créé Barbara ?

La construction du personnage était en grande partie due à ses pensées, au monde intérieur de Barbara. C’est une femme tellement pleine de contradictions que je me suis réfugiée en cela pour donner vie à l’univers complexe auquel elle est confrontée. Au début, quand je me suis vu dans le cadre, j’ai été choqué parce que j’ai senti mon visage se transformer. Mon froncement de sourcils était même perceptible à cause de la tension que Barbara accumulait en elle. Puis j’ai compris que la caméra transmettait depuis mon visage, alors je me suis concentré sur la poursuite de l’intériorisation qu’exigeaient les circonstances et les confrontations émotionnelles de Barbara pour que mon visage exprime ses sentiments. C’était plus l’expression du visage que les actions ou les dialogues.

Contrairement à d’autres films qui le font, Sainte Barbara s’éloigne du ton du chantage pour aborder la migration. D’un autre côté, nous Latinos nous sentons même coupables de quitter la nation où nous sommes nés. Comment était-ce de travailler sur ce sujet pour vous qui, d’une manière ou d’une autre, êtes un migrant ?

D’après ma propre expérience, je suis un migrant. J’ai été hors du Mexique pendant 14 ans. Dans mon cas, je ne l’ai pas fait pour des raisons économiques, mais sentimentales. Mais le fait que je sois la fille, la sœur, la tante, la nièce et la cousine de migrants a eu plus d’influence. C’est à travers eux que j’ai pu voir ces histoires de migration qui impliquent des difficultés. Cependant, il y a aussi l’autre côté : celui de passer un bon moment.

A propos de culpabilité, c’est vrai. Souvent, nous nous sentons coupables de profiter des choses de la vie loin de notre pays avec d’autres types de personnes. S’il est vrai que le visage douloureux de la migration existe et ne peut être nié, il y a cet autre visage du bien-être que beaucoup de migrants ont trouvé en dehors de notre pays. Personnellement, tout comme Barbara, quelque chose qui m’est arrivé, c’est que j’ai pu être une autre femme, c’est-à-dire faire ces activités ou prendre certaines décisions qui n’auraient pas été possibles dans mon lieu d’origine. Le film, le scénario lui-même, permet à Barbara cette identité de femme libre et capable d’aller danser sans que personne ne la juge, par exemple.

On peut dire que Barbara fait face à deux maternités avec le même enfant. D’abord lorsqu’elle accouche et le tient dans ses bras, mais ensuite elle doit le quitter pour aller chercher sa subsistance dans un autre pays et ainsi le soutenir. Vient ensuite les retrouvailles avec ce fils à l’adolescence et il est pratiquement un étranger car ils ne se voient plus depuis de nombreuses années. Comment a été le choc maternel pour votre personnage ?

C’était très dur. Pour elle, la maternité avait consisté à fournir tout le matériel et le nécessaire à ses enfants. A noter que Barbara est une femme austère, elle ne dépense pas d’argent pour sa personne car elle envoie tout à ses enfants. Elle croit que c’est la meilleure façon d’être présente et d’être une mère à distance. Cependant, la possibilité d’exercer sa maternité physiquement présente n’a pas été donnée.

Je suis convaincu qu’elle a été en quelque sorte Ulysse. Je dis cela parce que peut-être sa mère, qui était peut-être là physiquement, n’exerçait pas la maternité en tant que telle. Je le présente ainsi parce que nous répétons des schémas, soit par acceptation, soit par refus. Avec un ton intuitif, j’ai visualisé que Bárbara ne savait pas être mère parce qu’elle n’avait pas de figure maternelle présente dans les questions émotionnelles et ces carences se reflètent dans sa relation avec ses enfants. La fuite de Barbara de son pays, motivée par des circonstances économiques extrêmes, peut aussi être une évasion poussée par l’inconscient parce qu’elle ne savait pas comment faire les choses, ni comment être mère.

Il est également difficile d’être la mère d’un enfant que vous connaissez peu. Une chose est ce qu’ils vous disent ou vous disent de lui au téléphone, mais un autre scénario très différent est lorsque vous l’avez devant vous et que vous ne savez pas qui il est. Tisser des liens avec un fils que vous ne voyez plus depuis de nombreuses années et qui peut reprocher l’absence est complexe, douloureux pour vous deux. La maternité fait mal, encore plus lorsque des décisions fortes sont prises en pensant au bien-être des enfants.

Dans une situation actuelle qui facilite la communication avec les appels vidéo, l’audio WhatsApp et les messages rapides via le téléphone portable, Bárbara choisit de rester proche de ses proches avec des appels interurbains depuis une cabine téléphonique. Est-ce votre moment de démontrer l’amour maternel?

Le lien est là. Barbara s’ennuie de ses enfants, de sa famille, et le seul moment privé qu’elle peut avoir avec eux est dans cette cabane. La voix est importante lorsque vous êtes absent ou loin de chez vous, c’est le moyen de nous garder au plus près. La voix vous transporte dans une maison, dans un moment d’union. Appeler au téléphone est un acte intime de votre contact affectueux. Elle sait qu’elle n’est pas la mère qu’elle aimerait ou pourrait être, mais c’est une mère qui aime ses enfants et cherche donc le meilleur pour eux. Bien sûr, il le fait à sa manière, avec ce qu’il a à portée de main. C’est une femme qui se sent probablement mal à l’intérieur, mais qui trouve néanmoins une sorte de guérison dans ces appels.

Qu’est-ce que cela signifie pour vous d’être à un festival comme le FICM, de renouer avec les critiques, le public et les autres Mexicains ?

Beaucoup de nerfs ! Bien sûr, la peur entre à cause de la façon dont ils vont recevoir le film et comment ils apprécient mon travail. Je suis également heureux de retourner au Mexique avec un projet comme Sainte Barbara, qui a été fait dans l’esprit de montrer comment les femmes migrantes se déroulent en dehors de notre nation. Cette fiction se rapproche de la réalité de ce qui se passe. Je le répète, tout n’est pas tristesse ou souffrance.

De la même manière, je suis intrigué par les réactions qu’il suscite face aux enjeux qu’il aborde, comme la formation de nouvelles familles, ou non traditionnelles. Le cinéma est une fenêtre pour toucher à ces questions qui méritent d’être discutées. En ce sens, le festival Morelia est une vitrine extraordinaire pour montrer des films qui touchent à des questions pertinentes et transcendantales d’aujourd’hui.

45secondes est un nouveau média, n’hésitez pas à partager notre article sur les réseaux sociaux afin de nous donner un solide coup de pouce. 🙂