in

Pétrole : Faut-il craindre une nouvelle flambée des prix dans les mois à venir ?

La crise de l’énergie pétrolière étant en plein dans l’actualité, on est en droit de se demander si la situation pourrait potentiellement empirer. Jusqu’à quand devra-t-on faire la queue pour remplir le réservoir de notre voiture avec de l’essence ? Est-ce que cela peut empirer ? Et surtout, est-ce que les prix vont continuer à flamber dans les mois à venir ? Notre pouvoir d’achat commence à sérieusement être impacté, notamment avec les prix du carburant et de l’électricité qui ont connu des croissances positives pharaoniques ces derniers mois et dernières semaines. Comment la situation va-t-elle évoluer ? Des indices de réponse tout de suite.

Comment le prix du pétrole va évoluer dans les prochains mois ?

Comme vous l’avez remarqué depuis plusieurs semaines maintenant, la crise de l’énergie pétrolière influe énormément sur les prix à la pompe. En France, le carburant a connu une flambée des prix sans précédent. De quoi provoquer la colère d’un bon nombre d’automobilistes, ainsi que des files d’attente indécentes à l’entrée des stations services. Une situation plutôt compliquée à vivre pour ceux qui n’ont pas le choix d’utiliser leur voiture au quotidien.

Mais alors, les prix des carburants vont-ils continuer de flamber de la sorte dans les prochains mois ? L’élément de réponse que nous allons vous donner ne donne pas vraiment de baume au cœur. Parce qu’en effet, les prix risquent de stagner à un prix élevé, voire d’augmenter dans les prochains mois. La raison ? La diminution de la production de pétrole, tout simplement. 

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep +) a pris la décision de baisser considérablement la production de pétrole. Cette baisse de production n’a rien d’anodin, puisqu’à terme, ce sont les prix des barils qui sont impactés. Qui dit moins de production :

  • Dit produit plus rare
  • Et donc, prix plus élevé.

Le prix du baril est donc amené à augmenter. Heureusement qu’il est possible de faire appel à des assurances professionnelles pour se couvrir en cas d’impact trop important de cette crise énergétique sur son secteur d’activité. À l’aide d’assureurs comme Hiscox, votre activité est protégée.

Comment se préparer face à une potentielle flambée des prix du carburant ?

Entre les pénuries de carburant, l’embargo sur le pétrole russe et la fin de certains accords privilégiés, les tarifs des carburants pourraient connaître une nouvelle hausse. Ce qui rendrait l’utilisation de son véhicule de tous les jours hors de prix pour plusieurs d’entre nous. D’ailleurs, on peut remarquer que certaines annonces du Président de la République Emmanuel Macron, à la veille de l’ouverture du Mondial de l’automobile à Paris, ouvrent la porte vers un autre moyen de consommer l’automobile. Et ce moyen, c’est bien la voiture électrique.

La notion de bouclier tarifaire

Même si le prix de l’électricité a récemment connu une augmentation, son prix reste raisonnable quand on le compare à celui du litre d’essence. Emmanuel Macron s’est même engagé à faire respecter un bouclier tarifaire. Bouclier tarifaire qui est déjà appliqué sur l’électricité, le sera bientôt pour la recharge. Ce dernier permet d’assurer que les coûts d’usage des véhicules électriques n’augmenteront pas. Et ce, malgré l’hiver qui s’annonce plutôt compliqué.

Augmentation du bonus écologique

De la même façon, à la veille de l’ouverture du Mondial de l’automobile à Paris, le président de la République a indiqué vouloir revaloriser le bonus écologique, incitant les utilisateurs de voitures thermiques à passer à l’électrique. De 6 000 euros, le bonus écologique pourrait désormais atteindre la barre des 7 000 euros. Notons tout de même que cette subvention ne sera débloquée qu’en cas d’achat d’un véhicule 100% électrique dont la valeur ne dépasse pas 47 000 euros.

Si ces deux annonces faites par le président de la République en personne, la veille de l’ouverture du Mondial de l’automobile, ne vous ont pas mis la puce à l’oreille, vous avez bien fait de nous lire. Ce sont autant de paramètres qui peuvent nous indiquer que le prix de l’essence n’est pas près de diminuer dans les semaines, voire mois à venir. Et la solution ? Selon l’État français, ce serait peut-être de passer à l’électrique.